Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Moi, ma vie, mon oeuvre et mes z'amis - Page 3

  • J'ai testé pour toi : le Restaurant Gastronomique d'Alain Ducasse.

    Les gens, vous savez quoi ?

    Ben n'empêche que vous pouvez rigoler, mais à force de vous causer de Croustibats, un jour est arrivé ce qui devait arriver : une dame qui travaille chez Alain Ducasse m'a contactée pour me demander si je voulais pas venir essayer ceux que fabriquent son patron.

    Nan mais sans déconner ???

    Moi qui y connaît queud en cuisine ?

    Faut dire que niveau Croustibats, je suis fidèle qu'à eux (j'aime pô les poissons pânés de Captain Igloo, ni les aut' dérivés au saumon ou à la sauce tomate).

     

    La Dame elle m'a dit qu'en fait, Alain Ducasse il avait revisité le "Fish & Chips" des Zanglais façon cuisine gastronomique, et que vraiment fallait que j'aille goûter ça passque c'était une tuerie.

    Bon.

    J'hésite pas trop.

    Pis mon coupain Julien a commencé à frétiller quand je lui en ai causé.

    Et il s'est tout simplement incrusté avec moi.

     

    Nous v'là donc partis bras-dessus bras-dessous, et là, nous pénétrons dans l'antre de la gastronomie, j'ai nommé : Chez Alain Ducasse (drôlement impressionnés qu'on était).

    On s'installe bien sagement (Julien avait mis une cravate).

    Et tout commençait très bien.

    A-côté de moi, y avait une fille super sympa qui tient un Blog de Cuisine : Rose & Cook. Elle a déclaré : "Moi, j'adore manger, c'est ma passion dans la vie !".

    Comme on savait qu'on y allait, avant on n'a trop rien mangé et c'est comme qui dirait qu'on avait plutôt gravement faim tu vois.

    Julien, direct il m'a dit : Tu sais, moi chuis capable de manger toute une pannière de petits pains avec du beurre salé étalé dessus.

    J'ai répondu : Julien, chuis ton homme !

     

    salle.jpg

     

    On a déjà commencé par nous apporter des coupes de Champagne terrible.

    Et c'est là qu'on a attaqué la pannière de petits pains (3 différents : un normal, un avec des graines, et un aux algues).

    Le beurre salé, je t'en cause même pas... On l'a remisé par devers nous tellement qu'on voulait en profiter tu comprends.

     

    Ensuite, le Maître d'Hôtel drôlement sympa nous a souhaité la bienvenue et tout, genre "détendez-vous le gland, vous êtes là pour en profiter".

    Et il nous a présenté une Langouste (oui, une langouste vivante, là, comme ça, en toute simplicité).


     

    langouste.jpg


    J'ai eu drôlement peur sur le coup, car j'ai cru que c'était elle qu'on allait manger ensuite.

    Pis j'ai vraiment un problème avec les animaux vivants qu'on nous montre avant de les déguster tout de suite (comme en Japonie, quand j'avais pas voulu manger le poisson qui nageait dans le bassin passqu'il avait de trop beaux yeux).

    Mais on a vite été rassurés, c'était pas une langouste faite pour être mangée, mais la mascotte du restaurant en fait.

    Il nous a dit qu'elle avait 30 ans (je pensais pas que ça vivait si longtemps cette affaire-là, mais comme je te rappelle qu'en matière d'animaux, je suis un puits sans fond d'ignorance, on peut tout me faire croire).

    En tous cas, elle était super sympa la bestiole, elle faisait des guili-guili et tout.


    Donc, en attendant le festival du baffrage, on a dégusté les amuse-bouches :

     

    gazpacho.jpg

    Gazpacho de tomates fraîches sur lit de Ricotta.


     

    En tout premier lieu, on a été présentés aux entrées.

    Note qu'il y en a 3 différentes hein...


     

    entrée.jpg


    En Haut à Droite : Cookpot d’aubergines et tomate gratinées à la mozzarella et pancetta (la Tomate c'était une "coeur-de-boeuf" énorme et bien goûtue.

    En Haut à Gauche : 3 petits farcis à la brandade de morue, truffe blanche d’été (des mini-légumes tous choupinets)

    En Bas au Milieu : Légumes à la grecque caillée de brebis et amandes fraiches

     

    Je sais pas vous, mais moi, rien que quand on nous décrit les plats, ça me fait des trucs dans le dedans de moi-même...

    Pour être dans la restauration, il faut aussi gravement se tripoter le cerveau pour trouver les noms des plats.

     


    Et le plat principal, ben c'est Le Croustibat Géant !

    Bon, alors, vraiment, je dois dire que oui, faut se rendre à l'évidence : c'est bien meilleur que les Croustibats normaux.

     

    croustibat.jpg


    Le cabillaud qu'est enfermé dans le tempura, c'est... comment dire... Tu t'asseois, tu respectes, et tu dis Merci.

    J'avais déjà goûté du Fish & Chips en Angletarie, mais je dois dire que vraiment, c'était pas comme celui-là...

     

     

    Bon, là ça faisait un peu genre 2 heures qu'on était à table, et Julien, il a commencé à déboutonner son pantalon (il est très distingué en temps normal et a essayé de faire ça discrètement, mais je l'ai vu !).

    C'est là que j'ai attrapé son téléphone et que j'ai envoyé des petits coeurs et des bisous à son collègue (qui était présentement en train de lui demander par texto s'il comptait revenir au bureau un jour...).

    Julien s'est alors vengé en écrivant des horreurs à ma place sur mon profil Face Book (juste au moment où le Super-Maître d'Hôtel est revenu en nous parlant du fromage).

     

    Tiens, pour preuve : 

    FB.JPG

     Cliquer sur la Photo pour lire en plus grand.

     

    Après le "fromage", v'là qu'on était en train d'attendre le café gourmand.

    Mais c'était pas fini !

    Y avait encore DEUX desserts (oui, deux, vu qu'un seul ça risque de pas être suffisant).

     

    Là aussi, on peut se passer de mots.

     

    ECLAIR2.JPG

    Cliquer sur la photo pour lire en plus grand.

     


    Et le "Pimm's aux Fruits Rouges" (que même si t'as plus faim, t'es obligé de racler jusqu'au fond de la coupette...). 

    pimms.jpg

     Un dessert composé d’une gelée à base de thé Earl Grey

    sur laquelle est déposée une marmelade de citron et zestes de citron confits.

    Au-dessus, un biscuit croustillant recouvert d’une crème cheesecake vanillée

    et de fruits rouges. Un granité à base de Pimm’s, un alcool anglais, l’accompagne.

     

    En sortant de table à 15h30 (normal, après avoir débuté à 12h30 hein...), nous nous sommes mis en quête d'un taxi.

    Note pour plus tard : ne pas tenter de monter dans un Taxi Parisien en compagnie d'un camembert qui a de la personnalité.

    Ah oui, j'ai oublié de te dire ! Le camembert, si tu le termines pas : ben tu l'emportes chez toi dans un doggy-bag (ouais, c'est comme ça et t'as pas le choix...).

    Je crois que le chauffeur a bien repéré nos têtes et les a envoyées à tous les chauffeurs de taxis parisiens : "ne prenez jamais ces personnes, elles se déplacent exclusivement en compagnie de 2 camemberts !"

     

    camembert.jpg


     

    En arrivant au bureau, j'ai planqué les fromages dans un petit frigo de bureau (en priant pour que personne ne vienne se servir dedans en Coca...).

    Et évidemment, tu sais comme moi que l'ignominie est logée partout.

    Donc a fini par enfermer les camemberts dans 2 sacs différents et hermétiques (mais ça sentait encore). Puis on a tout mis dans un carton.

    Une pensée donc pour Julien qui est rentré chez lui en métro avec la moitié de la rame qui avait décidé de lancer un contrat sur sa tête.

     

     

    Et tiens, comme je suis pas rate, j'te file même la recette du Fish & Chips :


    PROPORTIONS (pour 4 personnes)

    Cabillaud/tempura :

    - 800 g. filet de cabillaud de ligne

    - 100 g. de farine de blé

    - 13 cl de bière

    - 1 blanc d’œuf

    - 1 pincée de sel

    Sauce F&C :

    - 1 jaune d’œuf

    - 100 g. d’huile de pépins de raisins

    - 25 g. de moutarde

    - 200 g. de mirin (sorte de saké doux)

    - 1 piment oiseaux

    - 1 bâton de citronnelle

    - 20 g. de gingembre

    - 1 botte de basilic thaï

    - 1 citron vert

    - 30 g. de vinaigre blanc

    Garniture :

    - 400 g. de petits pois frais

    - 20 g. de germes de petits pois

    - Sel, Poivre

    - Huile d’olive

    - 1 oignon blanc

    - 1 litre de bouillon de volaille

    - 30 g. de beurre

    Frites :

    - 4 grosses pommes de terre Bintje

    - 3 litres d’huile de friture

    - 1 citron vert

    - Fleur de sel

    - 10 cl de vinaigre blanc

     

    PROGRESSION

    Cabillaud/Tempura :

    Tailler  le cabillaud en portion égale de 200 gr chacune, réaliser la tempura dans un saladier en incorporant d’abord la farine, la bière, le blanc d’œuf puis le sel.

    Mettre à chauffer votre friteuse à 180°. Badigeonner le cabillaud de tempura puis le faire frire pendant 5 minutes environ.

     

    Sauce F&C :

    Hacher le gingembre, la citronnelle et le piment, les mettre dans une sauteuse à feu vif, ajouter le mirin et le vinaigre blanc, faire réduire puis refroidir. Dans un saladier mélanger la réduction, le jaune d’œuf, la moutarde puis incorporer petit à petit l’huile de pépins de raisin pour réaliser une mayonnaise. Ciseler le basilic puis l’incorporer et râper le zeste d’un citron vert.

     

    Garniture :

    Ecosser les petits pois frais. Garder les plus petits pour les présenter dans l’assiette.

    Pour la purée : ciseler un oignon et le faire suer à feu vif dans une cocotte avec un filet d’huile d’olive et un peu de beurre. Ajouter ensuite les petits pois, saler et poivrer puis mouiller au bouillon de volaille. Laisser cuire jusqu’à ce qu’ils soient fondants, mixer et refroidir aussitôt.

     

    Frites :

    Laver et éplucher les pommes de terre. Tailler des frites régulières de 1cm de hauteur et 6 cm de longueur. Plonger les frites dans l’huile à 160°, les retirer avant coloration. Les déposer sur un papier sulfurisé. Mettre à chauffer votre friteuse à 180° et  plonger les frites, elles doivent être colorées et croustillantes. Râper du citron vert et vinaigrer les frites.

     

    DRESSAGE

    Dresser la purée de petits pois chaude dans l’assiette. Déposer le poisson à côté de la purée ainsi que les cosses de petits pois et les petits pois crus. Râper du citron vert sur le plat. Dresser la sauce Fish & Chips dans un petit bol et les frites dans un cornet.  



     

     

    En l'honneur des prochains Jeux Olympiques de Londres, et jusqu'au 28 Juillet, Le Rech, le restaurant de poissons d’Alain Ducasse propose une version originale de ce classique de la cuisine anglaise signée Jacques Maximin*.

    Le Fish & Chips est proposé au déjeuner à 21 € et à 26 € accompagné d’une bière ou d’un verre de vin.

    RECH, RESTAURANT DE POISSONS À PARIS DEPUIS 1925.

    62, avenue des Ternes - 75017 Paris

    Tél : 01 45 72 29 47

    Repris en 2007 par Alain Ducasse.

    Chef permanent : Adrien Trouilloud - Chef consultant : Jacques Maximin

    www.alain-ducasse.com

     

     

     

  • The Borgias : la série où tout le monde se mélange.

    Les gens,

    V'là que je suis encore tombée sur une série assez terrible, et faut que je te raconte ça.

    THE BORGIAS (Les Borgia en Français).

     

    The-Borgias-Season-2.jpg

     

     

    L'histoire, ça se passe là-bas en n'Italie, dans la Rome Antique (mais pas vraiment en fait).

    Disons que c'était pas du temps où c'est que Jules Cesar il portait des jupes et s'envoyait Cléopâtre (ça c'était encore avant, et les Pharaons ils étaient pas encore malencontreusement décédés et enterrés dans des pyramides).

    Là, ça se passe à l'époque où c'est que Christophe Colomb il a découvert l'Amérique en fait.

    Et ya un type qui habite dans une vachement belle maison Romaine, il a sa meuf, et ses gosses.

    Normal quoi.

    Mais le type (Jérémy Irons... Rhaaaaaa), depuis qu'il est minou, il a un super grand rêve dans sa laïfe : devenir Pape.

    Ouais.

    Pape.

    Le Chef de l'Eglise et tout, quoi. 

    Y en a qui ont de ces ambitions dans la vie...

    Mais il est maqué (j'te rappelle).

    Il vit à la colle avec une dame qu'il a rencontré au bordel, alors qu'il est Cardinal (j'te précise), ça fait un peu comme qui dirait "couille dans le potage", mais paraît qu'à cette époque, ça pouvait passer (tu m'étonnes, plus c'est gros hein...).

     

    Donc, un jour, ya le Pape de l'époque qu'est très très vieux, et subitement : il meurt.

    Alors le Cardinal Borgia (Jérémy Irons, je te l'ai dit ?), et ben il se dit que c'est là qu'il va peut-être pouvoir réaliser son rêve de gosse.

    Donc, il paye les aut' Cardinaux (c'est eux qui votent pour élire le nouveau Pape) pour que les urnes des bulletins de vote soient grave truquées.

    Et soudainement : ben il est élu !


     

    The-Borgias-the-borgias-20470978-640-477.jpg

    Nan mais vise-moi ce portrait de famille surréaliste...

     

    Là, il se commence à se prendre d'adoration pour l'Eglise, et il trouve que prier toute la journée, ça envoie grave du bois. 

    Alors, il dit à la mère de ses enfants que : bon ben Ginette, tu vois, toi et moi ça le fait plus trop qu'on se tape l'affiche vu que je suis Pape. Donc, à partir de maintenant, je pourrai plus te mettre mon BIIIIIIIIIIIP dans ta BIIIIIIIIIIIIIIP.

     

    Ginette, elle est un peu dégoûtée de la vie, mais elle dit trop rien et elle accepte.

     

    Du coup, le Pape, il nomme également Cardinal : son fils Cesare Borgia (qui, à la base est Evêque, mais qui se tape tout ce qui bouge).

    Cesare qu'est pas toujours habillé en rouge, et qu'est même super sexy (tu te rappelles de Ralph de Bricassart ?). On va plutôt dire qu'il est pas frileux en règle générale...

     

    Et dans le lot des z'enfants du Pape, ya aussi : la soeur...

    Lucrecia qu'elle s'appelle (ouais, la fameuse Lucrèce Borgia c'est elle).

    Elle est godiche, mais alors godiche...

    Sa seule occupation de la journée c'est de se coiffer de façon super compliquée pour se montrer aux gens (c'est une Blogueuse Capillaire). Et sa plus grande passion c'est : les Licornes, elle pense que ça existe en vrai et cherche à en adopter une...


    Pis comme elle grandit vachement vite (elle a 13 ans), le Pape (son Père donc, cherchez l'erreur...), il se dit qu'il serait peut-être temps de la mener en épousailles.

    Donc, il lui choisit un mari très très moche et un peu vieux, mais qu'a un super avantage : il est Roi d'un bout de l'Italie (qu'était pas vraiment l'Italie complète d'aujourd'hui, vu que les gens passaient leur temps à se taper dessus pour envahir le territoire de l'autre).

    Ca fait un peu rassemblement des contrées au niveau de la cuisse, et c'est vachement compliqué et tout.


    Sinon, pendant ce temps-là, le Pape, au bout d'un moment il en a assez de bouffer des cierges, et finalement il se met à manger les fondations d'une dame qui est un peu délaissée par son mari qu'est parti voir ailleurs si elle y était.

    (et note que la Ginette, elle dit toujours rien)


    Une fois que la p'tite Lucrèce est mariée, elle part vivre dans le château de son n'époux, et elle est pas contente du tout tu sais.

    Ben disons que c'est là qu'elle découvre la vie des abeilles... Et comme elle aime pas quand son mari lui grimpe dessus, ben sa servante lui conseille de compter les moutons.

    C'est là que pour se détendre le gland, la petiote commence à se taper le mec qui s'occupe des poneys (pour mémoire, je fais pas la différence avec un cheval). Et bizarrement, avec le petit jeune, la Lucrecia, elle compte plus trop les moutons.


    Les autres trucs bizarres pour nous maintenant, mais super normaux pour l'époque :


    Genre ya le fils cadet du pape (il a une tripotée de gosses, j'ai pas réussi à tous les compter) qui arrive également à un âge où il faut le marier (pis tant qu'à faire, avec la fille d'un type qu'a aussi un bout de l'Italie hein).

    Ben à cette période, pour choisir sa future, c'était pas comme maintenant (c'est limite s'ils avaient le droit de se voir avant de se marier et d'aller faire donjon commun).

    Là, ya des types qui font d'abord fabriquer le tableau de la dame.

    Pis après, la peinture est acheminée à dos d'âne.

    Et au bout d'un certain temps, on présente "le portrait" de la Mademoiselle (et c'est généralement à ce moment que l'on pouvait avoir des surprises...).


     

    Princess Silvia Compared.jpg


    Mais finalement, y en a aucune qui lui plaît dans la galerie, alors il finit par se farcir la femme qu'on a marié à son p'tit frère de 10 ans (qu'est pas terminé au niveau de la quéquette et qui comprend rien à ce qui se passe...).


    Ya également un mec qui garde son neveu au frais dans le cachot en-dessous de la salle-à-manger (passque ce petit impertinent voulait devenir Duc à sa place).


    Et aussi un Roi qui conserve dans son salon tous les types qui l'ont embêté avant (sauf que les dits-types sont à présent empaillés...). Une petite déco en toute simplicité sans faire venir Valérie Damidot ! Est-il besoin de te rappeler qu'à cette période, les frigos n'existent pas encore, et que ça sent un peu la putridité cette affaire-là ?



    Tout le reste ça se trucide, ça complote, ça s'empoisonne et ça se tape la femme du donjon d'à-côté (pis quand le mari, il dérange de trop, c'est hyper simple : on lui donne un truc à bouffer, et paf il meurt !). Mais parfois, ça se passe pas trop bien (comme quand la dame qui s'envoie en l'air avec Cesare est pas contente quand Cesare tue son mari, et du coup, pour se venger, elle se rase la tête et s'enferme dans un couvent. Tu parles d'un remerciement, quelle ingrate !)


    Je te raconte pas la suite, mais t'as compris, tu fais comme tu veux, c'est vraiment une série qui déboite gravement.


    NB : ya Wikipedia qui dit que la Dame qui fait de la Politique et qui s'appelle Nathalie Kosciusko-Morizet, et ben c'est la descendante directe de Lucrèce Borgia. Dingue non ?


     

  • J'ai testé pour toi : le restaurant le plus étrange de Paris...

    Mais, par tous les Dieux du Gloss : qu'est-ce qu'on y dîne bien !

    Et tu vas comprendre pourquoi je te donne pas les coordonnées du lieu...

    Ouais.

    C'est très conceptuel.

    En fait, ça sert à rien que je te communique le numéro passque : c'est pas certain que la dame t'accepte.

    Ouais.

    C'est comme en boite de nuit, ya une physio à l'entrée (qu'est la même dedans aussi).

     

    Donc, v'là que j'étais chez mon copain Robert (çui qui a des ailes et dont je t'ai déjà parlé ICI).

    Nous étions en train de prendre le thé dans sa maison en racontant des grosses conneuries, pis vers 19h30 il me dit : Rhoooo,  mais c'est pas tout ça, c'est qu'il commence à faire faim. Viens on va dîner !

    J'y réponds que oui avec plaisir, grande joie et grand bonheur dans mon slip.

    Il dit : Bon, ben je t'emmène chez l'Italien !

    Il téléphone chez l'Italien.

    C'était fermé.

     

    Là, Robert il regarde son mari (oui il a un mari) et il lui dit : Bon... Ben je vois plus qu'un seul endroit.

    Son mari il a changé de couleur et il a répondu : Ah nan ! T'emmène pas Sonia là-bas, c'est beaucoup trop roots !

    Et moi j'ai fait : Hein ??? Ben j'veux y aller justement !!!

    Après, ils se sont regardés tous les deux avec juste une expression qui voulait dire : T'es bien certain ?

    J'ai serré mes petits poings très fort en les levant vers le ciel : Je veux aller au restaurant roots !!!

    Et donc ça a été décidé comme ça.

     

    Robert, il a seulement rajouté : Sonia, j'te préviens... Sois pas choquée... Pis... Tu peux prendre Maya de Bencouscous au lieu de la laisser ici, ya aucun problème, les chiens sont acceptés.

    Moi : Ah oui, t'es sûr que ça ne pose pas problème ?

    Lui : Ah nan... Ca risque pas...

     

    Bon.

    V'là qu'on arrive au restaurant (qui était en bas de chez lui en fait).

    Et sur la devanture, y avait écrit en gros :

     

    ICI, ON TERMINE SON ASSIETTE !

     

    Bon bon bon.

    Bien bien bien.

     

     

    On entre dans un tout petit établissement mignon (qui avait encore les décorations de Nowel) et composé de 6 tables de 4 personnes.

    Et là, y avait une dame.

    Une dame blonde de je sais pas quel âge, et belle.

    Et pas souriante.

    Et 2 chiens qui appartenaient à des gens qu'étaient déjà en train de dîner là (ou le contraire, je sais plus très bien).

     

    La dame elle me serre la main et elle me dit de m'asseoir.

    Je serre la main de la dame et je m'asseois.

     

    La dame vient voir Robert et lui demande s'il est toujours pas au régime.

    Moi je regarde mes pieds, et après, en levant la tête, sur la table, j'ai vu ça :

     

    moutarde.jpg

    C'est un pot à moutarde Chanel... 


    Ben j'te jure que c'est la première fois de toute ma laïfe que j'ai eu envie de voler un truc dans un restaurant (euh nan, en fait, je mens, une fois j'avais piqué une petite cuillère dans un restau étoilé car vraiment nan franchement, elle était trop belle. La vérité, m'invite jamais chez toi tu sais, je risque de repartir avec l'argenterie...).

     

    La dame elle se plante à-côté de nous et j'y demande si elle a le menu.

    Elle répond : le menu, c'est moi qui vous le dit. Pis si vous arrivez pas à retenir, ben il est affiché dehors !

    Moi : ah, ok... (pas taper sivouplaît).

     

    Alors j'ai commandé un faux-filet bien cuit.

    Elle a râlé que ça allait lui niquer sa poêle à frire (véridique).

     

    Après, ya d'aut' gens qui sont rentrés.

    La dame les a regardés de la tête aux pieds et a dit : Nan, ce soir je suis complète !

    Quand ils sont partis, Robert a demandé : Ben... Euh... Ya que 2 tables de prises là...

    Elle a répondu : Ils avaient une tête d'emmerdeurs. J'en veux pas !

    Bon bon bon.

    Bien bien bien.

     

     

    Ensuite, ya encore d'aut' gens qui sont arrivés (mais ceux-là, elles les a pris passqu'elle les connaissait).

    Un des gens a dit : Ah, j'ai cherché vot' numéro sur Internet, mais j'ai pas trouvé !

    La dame elle a répondu : Ben tant mieux !

     

    Et c'est à ce moment-là que Maya de Bencouscous a décidé de nous faire un p'tit vomito, là, au beau milieu du restau (chose qu'elle a jamais fait de toute sa laïfe, mais comme j'ai l'Univers accroché à moi comme un koala à son eucalyptus, ben il fallait bien que ça arrive un jour...).

     

    J'ai commencé à éponger avec un rouleau de PQ que la dame m'a rapporté dans sa grande mansuétude et son infinie bonté.

    Pis après, j'ai pris un sac à popo pour tout aller mettre à la poubelle (et bon appétit si vous êtes à table).

    Quand j'ai voulu aller me laver les mains, j'ai tiré sur la porte marquée "Toualettes" et je suis arrivée : dehors. Mais y avait pas de toilettes... (enfin, Robert m'a dit que c'était dans la cour, et qu'il valait mieux éviter...).

    J'ai demandé à la dame où c'est que je pouvais me laver les mains, et elle a râlé : Ben làààààà !!! Mettez vos lunettes !

    Je regarde.

    Y avait rien.

    En fait, fallait pousser un rideau pour apercevoir un tout p'tit lavabo.

    Et y avait pas de truc pour faire marcher le robinet.

    La dame, elle me lance : Mais poussez la pompe voyons !

    J'ai pas vu de pompe.

    C'est là que j'ai commencé à avoir très chaud.

    Et heureusement que Robert est venu à mon secours pour m'aider à actionner la pompe à bras du robinet (passque j'en avais jamais vu de ma vie).

    J'ai soufflé : Euh... Scusez-moi, je pensais qu'il fallait que je trouve un bouton à pousser comme dans les TéGéVés...

    Ce à quoi on m'a répondu "qu'ici, on n'était pas dans le train...".

     

    Ya encore d'aut' gens qui sont arrivés.

    Et ceux-là aussi ils ont été acceptés.

    Sauf qu'à eux, elle leur a pas annoncé le même menu qu'à nous...

    J'ai demandé à Robert : Ben pourquoi qu'elle fait ça ?

    Il a répondu : Passqu'elle a pas envie de se faire chier, et qu'elle donne les menus à la tête du client et en fonction de ce qu'elle a envie de faire.

    C'est là qu'elle s'est retournée et a brâmé : Moi, ce que je déteste faire dans la vie, c'est la cuisine !

    Moi : Ah...

     

    Oui, je t'ai pas dit qu'elle faisait tout dans le restau : l'accueil ET la cuisine.

    Ce qui fait que lorsque tu commandes, tu peux attendre 1 heure avant d'être servi...

    Mais alors, qu'est-ce que ça en vaut la peine !!!

    Sans déconner, le faux-filet était terrible. Accompagné de lamelles de pommes de terre marinées et grillées (ya pas d'autre accompagnement de toutes façons) et une sauce à tomber par terre.

    En dessert on a pris des crêpes normandes tout bonnement divines avec des pommes caramélisées de dedans.

    A pleurer.

     

    Pour le vin en revanche, c'est pas la peine d'insister. C'est pas le truc de la maison.

    Robert lui a dit qu'il était bof.

    Elle a rétorqué : Oui, je sais qu'il est dégueulasse ! Mais c'est mon copain qui le fabrique depuis 40 ans et ya que moi qui lui en achète. Au moins, quand les gens viennent dîner chez moi, il repartent pas bourrés !

    Moi : Ah ben effectivement, vu sous cet angle...


    Moi, j'lui ai encore demandé de m'esscuser par rapport au vomito de Maya, et elle a dit : Ben quoi ? C'est pas grave ! C'est un chien, ça arrive. Pis c'est passque vous venez de "l'épiler". Et un chien, quand on l'épile, il est pas content et il manifeste. C'est normal.

    J'ai juste terminé par : Merci Madame, en tous cas, j'ai très très bien dîné chez vous. C'était vraiment délicieux.


    Elle a rien répondu.

    Robert il m'a assuré que la prochaine fois que je viendrai, elle m'accepterait.

    Sinon elle lui aurait chuchoté à l'oreille (comme elle lui fait souvent le coup) : celle-là, tu me la ramènes plus jamais !


    restau.jpg



    Vin, Viande avec accompagnement, rab de pommes de terres, crêpes normandes : total pour 2 personnes : 35€ (règlement en espèces ou en chèque - mais chèques elle aime pas - CB pas acceptées).


    Si vous vous promenez du côté de la Cité des Fleurs à la Porte de Clichy, et que vous apercevez un restaurant tout bleu datant de 1900, poussez la porte... Peut-être qu'avec un peu de chance, votre tête lui reviendra...


    NB : la devanture est peinte en bleue passque la Ville de Paris avait demandé une harmonisation des établissements avec un code couleur. Donc, elle a fait exprès de mettre du bleu "juste pour faire chier".


    NB 2 : Robert il a imprimé cet article et il va le faire lire à la dame... Il m'a dit : soit elle nous tue et on est tricards à vie, soit elle va adorer. Allez, on tente, on est des aventuriers ! A suivre...


     

     

     

  • Les Bétiz de Zolaï : des bijoux sur-mesure et uniques.

    Gens, 

    Une p'tite note courte pour vous (et surprise pour la dame dont je vais parler, car j'y en ai pas causé).

    Pis comme c'est Pâques, à défaut d'aller chercher des oeufs hein :)

     

    Ya quelques mois, sur Face Book, je vois que ma coupine Audrey elle montre le collier qu'elle vient d'acheter et qu'il est fort joli :


    250474_108056955952109_5049304_n.jpg


     

    Alors, je clique sur "J'Aime" sur la page de la Dame qu'a fabriqué ça : les Bétiz' de Zolaï.

    Et je vois plein de trucs mignons et tout (en plus elle fait des vachement belles photos. Et quand les gens font des vachement belles photos, ça m'impressionne toujours beaucoup).

     

    Pis je vois passer les photos des nouvelles créations vraiment pas chères (10 à 20€ en moyenne).

    Et un jour, la Dame (Raphaëlle qu'elle s'appelle), elle poste cette photo d'un Bijou de Sac :


    389496_182055931885544_108034725954332_357235_1359797920_n.jpg


    Alors j'y demande par message privé si genre elle proposerait pas un collier avec cette jolie petite glace.

    La dame, elle répond qu'elle peut fabriquer tout qu'est-ce qu'on veut et sur-mesure et rien que pour soi, de façon unique.

    J'y dis que ça a l'air vachement gouleyant cette histoire.

    Alors m'essplique qu'elle va me proposer des photos du prototype du collier au fur et à-mesure du montage, qu'elle peut enlever ou rajouter tout qu'est-ce que je veux dessus, et en fonction de mes goûts et de mes couleurs.

    Pis elle me demande aussi d'y envoyer des photos de colliers que j'aime déjà beaucoup.

    Alors je fais des photos de porcinette (comme d'hab', mais je l'avais prévenue avant que je m'y prenais toujours comme un manche avec les z'appareils de photographie).

     

    Au bout de quelques essais, une fois que le modèle il est tout comme tu veux, et ben c'est validé.

    Et en fonction de ce qu'ya dessus, ben t'as le prix définitif (ici, ça a coûté 40€ frais de port compris).


    537060_261752517249218_108034725954332_565537_194524654_n.jpg


     

    Voilà, c'est tout comme j'aime et parfait comme ça !

    Alors j'ai demandé à la dame si genre elle avait une boutique toussa, et elle m'a dit que nan, qu'elle ne vendait que via Face Book (passque les blogs et les sites, ça fait comme moi avec les appareils photographiques).

     

    Je t'invite donc à (comme on dit) : "liker" sa page et y donner beaucoup de boulot (ça serait cool pour elle...).

    Si par exemple, tu as envie d'un bijou qui existe que dans ta tête, et ben tu peux y demander.

    Si tu n'as pas Face Book, tu peux lui envoyer un mail à : raph91220 ( AT ) live ( POINT ) fr


    Voilà M'Dame Raphaëlle, et encore merci pour ta patience !

     

    Ci-dessous, un exemple de tout qu'est-ce qu'elle fabrique dans sa maison et customise selon vos envies.

     

    Les Colliers

     

    249963_108623855895419_108034725954332_84492_6990265_n.jpg



     

    269760_113295085428296_108034725954332_124340_4916122_n.jpg


    301950_182058515218619_108034725954332_357240_911533663_n.jpg

     

    304151_163272943763843_108034725954332_299835_1717349541_n.jpg


     

    380801_180377275386743_108034725954332_352730_852513762_n.jpg


     

    395934_209727339118403_108034725954332_435519_2112400275_n.jpg



    Les Bracelets

     

    198767_134649153292889_108034725954332_205350_2234344_n.jpg

     

     

    248080_108052682619203_108034725954332_78860_2151911_n.jpg

     

    250304_108076055950199_108034725954332_79181_5089013_n.jpg

     

     

    Les Bagues

     

    296088_172934402797697_108034725954332_331592_1389422943_n.jpg

     

    388347_174264682664669_108034725954332_336389_1980784414_n.jpg


     

    392132_174265599331244_108034725954332_336391_1097432799_n.jpg



    Les Boucles d'Oreilles

     

     

    391141_169683699789434_108034725954332_320219_30940817_n.jpg

     



    Sinon, Raphaëlle m'a proposé pour 18€ cette paire de Boucles d'Oreilles, mais je vais la faire modifier encore un peu... 

    IMAG4173.jpg



  • Rendre service à ses amis...

    Avertissement : les images qui vont suivre sont d'une violence inouïe.

    Si tu es phobique des serpents et des souris, euh... Ben vaut mieux que tu ne lise pas ce billet.

    Nan passque après tu vas laisser des commentaires en disant beurk beurk et tout.

    Genre moi j'ai peur des orques, des bateaux et des croque-monsieurs (oui...), et ben j'vais pas commenter des images (de toutes façons je les regarde pas).

    Bon, ben sinon, tu diras pas que j't'ai pas prévenu hein.

    Sois fort, sois courageux.

     

     

     

    Bonjour Gens,

    Dernièrement, cette connasse de Spike, elle a eu une idée absolument lumineuse dans le dedans d'elle-même.

    Nan mais vraiment, un projet qu'elle mûrissait depuis des années (mais avant, elle pouvait pas, car sa manman y avait dit que c'était pas possible).

    Spike elle aime pas trop les animaux normaux, elle trouve que ça sert trop à rien et que ça a tout le temps faim.

    Donc, son choix s'est tout logiquement porté sur : l'adoption d'un serpent.

    Alors, dans un premier temps, j'y ai conseillé d'appeler mon p'tit cousin qui s'y connaît trop vachement bien niveau serpents.

     

    317274_10150272767266573_602886572_8173282_4850473_n.jpg

    Genre là c'est "Jean-Pierre" qui kiffe de retrouver son lointain cousin en produit fini

    (le sac Céline offert par un généreux donateur pour la vente au profit des enfants de Michel...).

     

    Mon p'tit cousin, il a plusieurs vivariums dans sa maison, avec un tas de pythons dedans.

    Et les pythons faut leur donner à bouffer...

    Les pythons ça ne mange que tous les 15 jours ou 3 semaines (bien).

    Les pythons ça mange... des souris... (moins bien).

    Les souris ça s'achète par paquet de 10 et... congelées (encore moins moins bien).

    Le repas des pythons de mon p'tit cousin, ça se conserve donc... dans le bac du congélateur de ma tatie (qui refuse d'ouvrir le tiroir). (pas bien).

     

    NB : on peut nourrir les serpents avec des souris vivantes, mais Eve (qui avait aussi des serpents) et ben une fois elle a été trauma car une souris a griffé son serpent adoré (vu qu'elle voulait pas trop être bouffée).

     

    Comme mon p'tit cousin il a beaucoup de pythons et pis que genre ils se reproduisent entre eux, ben au bout d'un moment le congélo il a plus trop suffit...

    Alors mon p'tit cousin a fini par élever des souris dans le garage (dont ma tatie refuse d'ouvrir la porte).

     

    Normalement, ici, j'voulais mettre une photo des souris congelées,

    pis j'me suis dite que c'était p'têt' un peu trop chonchon...

     

    Bon, alors Spike elle a eu une idée vraiment très très très sympa : commander son python sur Internet.

    A cause d'une suggestion vraiment lumineuse d'Eve qui y a dit que les bébés serpents étaient expédiés par transporteur dans des bouates chauffées avec des p'tits trous pour respirer.

    Et devine quoi ?

    Pour de sombres raisons, elle pouvait pas réceptionner la bestiole chez elle vu qu'ils livrent qu'à des jours précis.

    Donc, elle m'a demandé : Dis Sonia-chérie, est-ce que je peux te faire livrer Jeanne Mas à ton bureau ?

    (oui, il était question que son futur enfant s'appelle Jeanne Mas passqu'elle était rouge et noire... Des idées lumineuses j'vous dit !).


     

    photo.JPG


     

    Alors... Ben j'ai du brieffer ma collègue...

    S'en est suivi le dialogue le plus surréaliste de toute l'histoire d'un bureau :

    Moi : Dis Sophie... Si ma coupine Spike fait livrer une "bouate" ici, est-ce que ça te dérange si la dite-bouate passe la journée dans not' bureau ?

    Elle : Ben évidemment que c'est possible voyons ! Ya quoi dans la bouate ?

    Moi : Euh... Un n'animal...

    Elle : Oh c'est chouette ! Quoi comme animal ? On pourra le caresser ?

    Moi : Nan... En fait, vaut mieux pas qu'il sorte de sa bouate tu sais...

    Elle : C'est une mygale ???

    Moi : Nan... Juste un python...

    Elle : Vivant ? Pas un sac à main ?

    Moi : Oui... Vivant... Même qu'il s'appelle Jeanne Mas...

    Elle : .................................................

     

     

    Mais ma collègue elle est trop forte et trop sympa, et elle a fini par accepter.

    Jusqu'à ce qu'y précise que p'têt' on allait aussi nous livrer la "nourriture" avec et qu'il fallait la ranger dans le congélo...

    Jusqu'à ce que j'y raconte que Eve (oui, toujours elle...) un jour elle a fait décongeler une souris au micro-ondes, et elle a explosé...

     

    Là, elle s'est mise à psychoter et à imaginer la scène la plus surréaliste de l'histoire d'un bureau :

    Imagine que le python, par on ne sait quel truchement puisse arriver à sortir de sa bouate.

    Imagine qu'il se barre dans ce qu'il y a SOUS sa boite, aka : le conduit du radiateur.

    Imagine-nous, ma collègue et moi, les fesses en l'air en train d'hurler au radiateur : Jeanne Mas reviens !!!

    Imagine si quelqu'un entre précisément dans le bureau à ce moment-là ?

    Imagine si quelqu'un prend son p'tit frichti dans le frigo, se trompe de bouate et tombe sur... les souris congelées .

     

    Du coup, Spike elle a fini par trouver une aut' solution, et est allé adopter son bébé elle-même et toute seule personnellement un beau samedi matin.


     

    photo 2.JPG


     

    Je te présente : SHANTI !


     

    photo 1.JPG


     

    Nan mais sinon, on l'aurait réceptionné hein.

    Tant qu'on peut faire plaisir et que ça débarrasse...

     

     

     

  • Le Fantôme de l'Opéra.

    Gens, ce ouikend j'étais en Londonie là-bas chez nos amis les Anglais (oui, encore).

    Pour un tas de trucs à y faire, mais surtout : ça faisait 2 mois que j'avais réservé des billets pour aller vouar la Comédie Musicale "The Phantom of the Opera" (qu'en français, ça donne : "le Fantôme de l'Opéra", et qu'à l'origine c'est une oeuvre Gauloise mes z'enfants !).


    fantome.jpg


    Ouais, c'est Gaston Leroux qui a écrit le livre de base (et même pas que ça joue en France cette affaire-là !). Allez savoir pourquoi, alors qu'à Londres ils viennent fêter les 25 ans de représentation (ouais, 25 ans...).

    Bon, le spectacle je l'avais déjà vu en l'An 2000 à Nou-Iork, et j'me demandais si c'était le même qu'en Angletarie.

    Ben oui, c'est tout pareil et ya rien qui change.

    Alors c'est quoi le pitch ?

    Attention, c'est une histoire vraie ! (Ouais, faut y croire sinon ça marche pas).


    57027652phantom3-jpg.jpg


    Donc, genre ya super longtemps (mais pas trop), quand les gens ils allaient à l'Opéra de Paris habillés en pingouins, les dames en robe du soir, chapeaux et tout, et qu'après ils allaient "souper", et ben y avait un mec qui habitait en-dessous de la bâtisse.

    Et le type il chantait grave trop bien, mais comme il était un peu moche, et ben il préférait pas qu'on le voit (de toutes façons, il portait tout le temps un masque blanc pour se cacher la face). On sait pas trop pourquoi qu'il avait cette tête-là, apparemment c'est passque sa maman l'avait bercé un peu trop près du mur... C'est pour ça qu'il habite pas dans une vraie maison, mais... dans la cave de l'Opéra. Tout en-dessous, là où c'est qu'y a plein d'eau et tout (bizarre qu'il soit pas malade avec toute cette humidité d'ailleurs).

    Alors pour se détendre le jonc, il passe son temps à foutre un peu le bordel dans l'Opéra, surtout pendant les répétitions. Pis quand on l'énerve un peu trop, là il se manifeste pendant le spectacle : par exemple, il fait tomber un gros lustre sur le public, et tout le monde a très peur et se barre en courant et en hurlant.

    Du coup, ça arrange pas trop les affaires des propriétaires du bouclard, passque si ils ont pu de clients, ben ils touchent moins de thunes et tout.

    Le Fantôme ça le fait rigoler, et en plus il en rajoute une couche en les rackettant. Ouais, il envoie des lettres où c'est qu'il essplique qu'il veut des sous et une loge permanente à l'Opéra, sinon il mettra encore plus le boxon dans la taule.

    Et tout le monde a super peur, et c'est pour ça qu'ils font tout qu'est-ce qu'y dit.

    Mais un jour, ya la cantatrice vedette qu'est en train de faire ses vocalises, et (pas de chatte), soudain elle fait comme Céline Dion : elle peut pu chanter, elle a pudutou de voix.


    ThePhantomOfTheOpera3.jpg



    Alors tout le monde dit que ça c'est encore grave un coup du Fantôme.

    Et lui, même pas il se démonte et il assume en disant que ouais, passque finalement la cantatrice vedette elle lui plaît pas beaucoup, et qu'il veut mettre une autre fille à sa place qui s'appelle Christine.

    Et normalement, la Christine elle chante pas, vu qu'elle est dans le corps de ballet. Elle a pas fait les études pour ça. 

    Mais en fait, on s'aperçoit qu'elle vocalise gravement trop bien, et que finalement ça peut le faire pour qu'elle remplace la Cantatrice Carlotta (qu'est soudainement devenue muette, je le rappelle).

    Du coup, les gens y demandant où c'est qu'elle a appris à chanter comme ça. Mais elle veut pas répondre, elle dit que c'est un gros secret.

    Et on se rend compte que son "Ange de la Musique", le professeur mystérieux, en fait c'est le Fantôme (mais finalement, c'est pas un vrai fantôme qui se promène avec des chaînes en faisant HOU HOOOOOUUUUUU à tout le monde).


    phantom_opera_2004_img2.jpg



    Et là, tu sais ce qu'il fait ? Ben il emmène Christine dans sa maison en-dessous de l'Opéra.

    Dans une barque.

    Ouais, il ont besoin d'une barque...

    (en métro c'était trop compliqué en fait).


    ThePhantomOfTheOpera1.jpg



    Et la gourdiche, elle savait pas à quoi qu'il ressemblait le mec qui y filait des cours de chant (vu qu'il se cachait derrière un miroir).

    Alors, elle lui arrache son masque et elle voit qu'il est vraiment pas jojo en-dessous.

    Mais elle l'aime quand même un peu, et le Fantôme il veut l'épouser en fait et la garder avec lui, en bas sur sa barque.

    Comme elle est trop dégoûtée de la life, et qu'elle se voit pas trop habiter dans un caniveau géant, elle remonte direct dans sa chambre 

    Après, elle chante et tout. Et aussi, accessoirement, elle tombe amoureuse d'un mec qu'est Vicomte et qu'a un super brushing de la mort qui tue, mais qu'est tout coincé du fion.

    Le Fantôme ça lui plaît pas du tout du tout et il devient très très jaloux.

    Du coup, il fait encore plein de conneries dans l'Opéra.

    Et à la fin, les gens ils en ont trop marre de lui et ils descendent (en barque) le pécho.


    phantom_of_the_opera.jpg



    Mais comme il est vachement trop malin, il arrive à disparaître.

    Et tout ce qu'ils trouvent sur un fauteuil : c'est son masque.


    The_Phantom_of_the_Opera_VIII_by_Anere.jpg


     

    Et j'te jure que c'est vachement trop bien et que j'ai encore pleuré comme une gourdiche...

     

     

    Opéra de Andrew Lloyd Webber.

    En représentation à "Her Majesty Theatre" de Londres (et aussi à Broadway et à Sydney, mais chaipas où).

    Film par Joel Schumacher.

    La suite : Love never dies !



  • J'ai testé pour toi : se faire peindre.

    Ou j'aurais pu appeler ce billet : Comment essayer de comprendre quelque chose à l'Art Contemporain (et même que c'était pas gagné, à cause de cet article).

    Au début de l'année, j'avais organisé un p'tit concours avec une carte cadeau à dépenser dans un centre commercial.

    Et la dame qui a gagné la carte valable à Carré-Sénart (Martinefa qu'elle s'appelle), elle m'a envoyé un mail pour me remercier et tout, et aussi me raconter tout ce qu'elle avait pu acheter pour son grumeau.

    Dans sa signature, y avait des liens vers les trucs qu'elle faisait dans la vie.

    J'ai cliqué.

    J'ai rien compris.

    (normal, c'était une artiste).


    Quelques temps plus tard, la dame me renvoie un mail où c'est qu'elle m'essplique qu'en fait elle lit ce blog depuis 2009, qu'on se connaît padutout, mais qu'elle voudrait... me peindre... (mais genre pas me coller de la peinture sur le gras du corps hein. Naaaaan, me prendre en photo pour après peindre sur la photo, et aussi d'après la photo).

    J'ai rien compris... (en fait, j'étais un peu beaucoup honorée).


    Remarque, la peinture sur les photos, je sais à peu ce que ça donne (mais pas comment qu'on fait).

    Passque ya 2 gens que j'aime beaucoup et qui font des très belles choses.


    Genre Cali Rezo : 

    japan.jpg

    Tremblements

     

    Genre Pierre & Gilles : 

    3862.jpg

    Méduse

     

    Et maintenant, je découvre qu'ya aussi Martinefa :

     

    martine2.JPG

    Butterfly -  Inquiétude

    Et les peintures à l'huile ICI

     

    Alors, Martinefa, elle m'a dit que ce serait chouette si je me rendais là-bas vers chez Mickey pour une séance dans son atelier d'art.

    J'y ai dit que oh ben oui alors, et me v'là partie (et même pas j'me suis paumée pour une fois).

    Mais, j'ai pris une grande décision : j'vais acheter un GPS. Passque la dernière fois, quand je suis montée en wature avec Stéphanie, j'y ai tellement mal indiqué la route qu'elle a juste dit à la fin : J'te préviens, si on voit la mer, je te bute !

     

    Quand t'arrive chez Martinefa, ça sent bon, très bon. Et Martinefa elle est super belle (et elle a des gros nichons).

     

    Là, elle m'a d'abord montré ses créations (qui sont exposées dans des vitrines ou sous cloches), et ya des trucs que j'ai trouvés : terribles !


    Notamment cette petite chose sans prétention qu'elle a fabriquée avec ses mains à elle, et qui maintenant décore la chambre de son bébé : 

    martine3.JPG

    Maison de la Gourmandise

    (Qu'en vrai c'est hyper grand !)

     

    Tout d'abord, nous avons la série des transformeurs de rêves (paraît que ça marche si tu dors à-côté d'eux). Ce sont des objets qui transforment tes cauchemars en jolis rêves avec des paillettes dedans. C'est de la "mécanique rouillée" ou des "Armes à Paysages". Et même que Martinefa, elle leurs donne des petits noms : "Convertisseur de Rêves", "Mousquet à Mirages", "Divagateur" ou "Convoyeur de Rêves". 

     

    machine à rêves.JPG

    La Machine à Rêves

    (qu'en vrai, c'est tout petit et trop mignon cette affaire-là)

     

    En fait, à la base, ça s'appelle des "Volumes" (et ya aussi des "Vierges de Fer", j'me suis couchée moins bête tiens !).

    Et une fois qu'elle a terminé de les fabriquer (qu'on croit que c'est du fer, mais en fait c'est du plastique avec des trucs de récup et des tas de machins peints par-dessus et patinés, et tout), et ben elle s'amuse à les placer dans ses "Portraits Volumiques".

    C'est-à-dire qu'elle prend de vieilles cartes postales et (concept formidable), elle remplace l'objet à-côté de la personne (chien, ballon, pot de fleur, gens, rien) par l'un de ses volumes. Ce qui donne, ça :


     

    fegrelo_martinefa.jpg

    La Fégrelo

     

     

     

    207467chapi_martinefa.jpg

    Chapi

     


     

    636203luxuria_martinefa.jpg

    Khôle



    Nan mais c'est pas formidable sans déconner ?

    Toute la série est ICI.


    Nan mais dites-y à la Dame qu'il faut qu'elle propose un lot de ses cartes postales à vendre !!!


     

    Sinon, elle fait des trucs super mignons comme ces p'tites bouteilles où elle écrit ce qu'on lui demande.

     

    il_570xN.294282428.jpg

    Vous avez un nouveau Message

     

     

    Et pour terminer, elle met son chien LONA en scène (qui se laisse faire, mais alors un truc de dingue !) :

    il_570xN.278458532.jpg

    One Way

     

    lona_fly.jpg

    Lona Fly

     

     

    LONA.JPG

    Garde à vue

     

    Toute la Série des "Lona" est ICI.

     

    Quant à moi, ben j'ai posé bien sagement tout l'après-midi avec les miches quasiment à l'air (mais c'est passque Martinefa m'avait montré de belles photos d'elle toute nue dans des livres d'artistes très connus, donc ça rassure).

    Elle m'a mis un bandeau sur les yeux, des trucs sur la tête, des voiles, des drapés et tout.

    Je sais pas du tout ce que ça va donner mais j'y fait confiance (elle fait signer un contrat et tout).

     

    Et sinon, elle m'a dit : Tu vas voir, demain tu auras des courbatures...

    J'ai répondu : Ouais, même pas peur... J'ai pas couru un marathon quand même !

     

    Ben le lendemain, je pouvais quasiment plus marcher, et je faisais pas ma fière sur ce coup-là tu sais...


    En attendant que l'artiste se concentre (elle m'a dit que ça pouvait prendre très très longtemps), ben je t'invite à aller voir la boutique de Martinefa où c'est qu'elle vend des cartes postales, marques-pages, magnets, badges, photos, volumes, bijoux, attrape-rêves, toussa toussa.

     

    martinefa-sonia_02.jpgmartinefa-sonia_01.jpg



  • L'énorme Beauty Seminar de Nancy.

    Je dis énorme parce qu'il l'était !

    Même qu'on peut le mettre en compétition avec celui de Metz (Eve, ne hurle pas, tu restes Première en terme de BS !). 

    IMG_0044.jpeg


    Déjà, y avait une grosse motivation de la part des Lorrains (et des Marseillais, et des Genevois et des Montpelliérains : oui oui on arrive bientôt ! Certainement le 28 Avril à Marseille, puis les autres villes avant l'été). 

    IMG_0051.jpeg


     

    Et à la première séance, ma Pascale était présente (avec son sexy mari).

    Et ça, j'peux te dire que ça motive gravement les troupes...

    Disons que la Pascale (celle qui râle tout le temps et m'insulte régulièrement dans les commentaires), faut vraiment la prendre au 46ème degré (sinon tu peux te vexer).

    Mais sinon (quand elle n'oublie pas de prendre ses gouttes), et ben elle est très gentille.

    Même qu'elle est tellement originale que ses 2 belles-filles ont également assisté au BS... L'ex de son fils, et ... la nouvelle... (et elles s'entendent très bien en plus).


     

    P3100004.JPG


     

    C'est dingue la motivation tout de même !

    Une très sympathique jeune fille nommée Gounjou a pris le train depuis Bâle là-bas en Suisse (3h30 de transport), juste pour pouvoir assister au Beauty Seminar.

    Gounjou, elle travaille dans les laboratoires et elle donne des cours de chimie et tout. Même que parfois, pour se détendre le jonc, elle s'habille en éprouvette (ouais... On a les lecteurs qu'on mérite).

    Elle nous a raconté une sombre histoire comme quoi que avant elle avait un blog qui s'appelait "Histoires de Gounjou" (c'est comme ça qu'on l'appelle depuis qu'elle est petite).

    Et un type qui a inventé un machin pédagogique pour les grumeaux (appelé "Gounjou") lui a dit qu'il fallait qu'elle ferme son blog, car genre ça lui faisait de la concurrence (alors qu'elle racontait sa laïfe quoi...)..

    Alors, elle l'a fermé (même si l'outil pédagogique n'est plus vendu aujourd'hui).

    Ya vraiment des gens qu'ont rien d'autre à faire de la journée hein ?

    IMG_0071.jpeg 

    IMG_0070.jpeg

    IMG_0072.jpeg


    Sinon, Gounjou (je continue à l'appeler comme ça passque je suis trop une rebelle), et ben elle est venue avec la spécialité locale de Bâle : les TROUS (tu feras l'association avec le nom de la ville tout seul hein... T'as compris).

     

    P3100035.JPG


    Aussi à la séance, y avait une fille qui veut pas qu'on dise son prénom.

    C'est bien simple, moi plus tard : je veux être elle.

    Si un fan-club de cette fille existe quelque part : j'adhère de suite !

    Dans la vie, elle s'occupe de coussins à micro-billes. Et quand elle t'en parle, j'te jure que ça te fait rêver... 

    Ci-dessous, ses plus belles phrases :

    "C'est pas Bio les produits hein ? J'te préviens, j'aime pas le Bio !"

    "Ah mais je ne peux pas passer cette huile démaquillante sur ma figure, je suis maquillée, j'ai encore toute ma poudre, j'ai oublié de l'enlever !"

    Les autres personnes : elle est pas sérieuse quand elle dit ça ?

    Moi : Si... Elle est sérieuse...

     

    "Ah ça sert à rien de toucher à mes cernes. Elles sont mallaires. On peut rien faire. Je suis foutue".

    "Moi je vais jamais en boite en France. Je vais toujours à l'étranger. C'est mieux. Je préfère. C'est moi".

     

    IMG_0046.jpeg

     

    Carole était également là. Carole à laquelle j'ai dit : "Ben dis donc, qu'est-ce que t'es bonne toi !", seulement 2 minutes après avoir fait sa connaissance.

    Carole qui portait un vernis à ongles absolument magnifique : Ascalon de A-England, dont j't'ai causé ICI (le même que le mien ce jour-là quoi, et le p'tit frère de "Saint-George").

    Carole qui a mis des trucs incroyables dans des Bretzels (rien que pour ça, je l'aime).

     

    IMG_0068.jpeg


    Et aussi : POCLAIN.

    Tu sais, cette fille qui a laissé un commentaire incroyable dans le concours de Noël, comme quoi quand elle était petite, ses copains l'appelaient comme ça passque c'était l'inventeur de la pelle hydraulique.

    Sa phrase du jour :

    "Faut dire que j'aimais beaucoup rouler des pelles à l'époque... Cela-dit, j'aime toujours autant en rouler aujourd'hui !".

    Et un commentaire de la Pascale en passant : "Et la mère Poclain... Genre j'ai cru que c'était parce qu'elle avait trop lu Molière... Poquelin quoi. Tu parles, vla l'intello tiens. Elle préfère racler les amygdales des mecs. Eurcke !"

     

    IMG_0057.jpeg


    Merci à Alexandra pour son accueil dans sa très belle maison (et pardon d'avoir affamé ton chat, rapport au fait que Maya de Bencouscous lui a vidé sa gamelle quand on avait le dos tourné).


    Merci à Julianne d'être venu nous chercher à la gare !

    Merci pour vos beaux cadeaux...

    Et si voulez aider la petite Delphine passque vous aimez les produits à base d'Aloe-Vera, c'est ICI et vous pouvez la contacter par mail à delphinecoin ( AT) gmail.com


     

    P3100026.JPG



    Merci à Yukari, et à tous pour cette très belle journée !




  • Tu veux aller au Théâtre voir "Les Amours de Fanchette" ?

    Gens,

    Une fois n'est pas coutume, v'là qu'une gentille lectrice m'a fait parvenir un mail pour me demander si on pouvait y faire un peu de pub pour sa pièce de théâtre (passque ce sont des p'tits jeunots qu'ont pas de trop de moyens toussa).

     

    emilie.jpg

    L'est jolie hein ?


    Alors, je compte sur toi hein (tu vas voir, ça va pas te ruiner).

    La petite Emilie est une saltimbanque. C'est-à-dire qu'elle fait partie d'une troupe de théâtre, et que bientôt la pièce sera jouée à Paris.

    Ca s'appelle Les Amours de Fanchette. C'est une belle histoire d'amour lesbiannique et fétichiste (rien que ça) au XVIIIème siècle. C'est tout mignon, rose et doré, elles sont toutes jolies comme des chatons aux yeux bleus, et même qu'il y aura des belles robes et des jolies chaussures.


     

    ILLU_DEF_RECTO_avec_ecritures_ok.jpg

     

     

    Voici le résumé "officiel" de la pièce :

    La belle Fanchette au pied mignon est orpheline. Une marchande bien installée, Madame Villetaneuse, l'a recueillie chez elle.

    Courtisée par tous pour son pied d'une exceptionnelle beauté, elle refuse tous les prétendants que la marchande s'efforce de lui présenter, et reste du matin au soir avec Agathe, qui est pleine d'attentions pour elle. Peu à peu, les deux jeunes femmes se rapprochent et s'attachent.

    Mais dans une société encore régie par les lois du mariage et la dépendance des femmes vis-à-vis des hommes, leur histoire est menacée. En effet, Dolsans, un jeune négociant ambitieux, est prêt à tout pour l'épouser...

     

    Les Amours de Fanchette est une pièce de théâtre écrite par Imago et mise en scène par Jean-Baptiste Sieuw. Elle est librement inspirée du roman libertin de Rétif de la Bretonne,Le Pied de Fanchette, qui narre les mésaventures d'une pauvre orpheline au joli pied, convoitée par tous. 

    Cependant, la pièce prend une tournure différente et se concentre sur l'affection intense qui unit Fanchette et sa douce amie Agathe, affection qui se transforme doucement en amour tendre et sincère, dans une société qui interdit l'union de deux femmes.

    Célébrant l'amour libre et épanoui avec humour, fraicheur et tendresse, ce spectacle saura vous mettre du baume au coeur !


    il_570xN.249471439.jpg

     

    Résumé non-officiel :

    En vrai, c'est une pièce de gros fétichistes dérangés, tout le monde est gaga du pied de Fanchette, y compris la Villetaneuse, (la mère adoptive qui vend des chaussures), genre elle force la pauvre Fanchette à essayer les chaussures devant les clients pour les appâter, si si...

    D'ailleurs, tout le monde est un petit peu perverti dans cette pièce, à part la petite Fanchette qui est quand même bien nunuche, et qui ne se rend pas compte que c'est un peu louche que sa soeur adoptive la déshabille tous les soirs...


    Théâtre Le Proscenium

    2, Passage du Bureau

    75011 Paris

    M° Alexandre Dumas (Ligne 2)

    Réservation par SMS (non surtaxé) au : 06 42 89 58 22

    Ou sur Internet ICI

     

    La petite Emilie propose donc un prix spécial "Chroniques de Sonia" fixé à 10€ (ce qui correspond au tarif réduit). Pour info : j'ai tenu à payer mes places (faut encourager les petits jeunes pleins de talent moi j'dis !).

    Mais j'peux pas emmener ma copine Stéphanie car elle est podophobe... (oui).


    Important : on ne peut pas payer directement sur le Site ou par SMS, mais uniquement sur place. N'oubliez pas de préciser au guichet que vous voulez bénéficier du tarif spécial "Les Chroniques de Sonia".


    C'est une toute petite salle, il y a 50 places et la pièce dure 1h05. 

    La troupe jouera du Mercredi 7 mars jusqu'au Dimanche 25 mars pour 15 dates, c'est à dire :

    - du Mercredi au Samedi à 21h15 

    - le Dimanche à 17h15 

    seances des Amours de Fanchette.jpg

    Pour en savoir plus :

    La Page Face Book

    Le Blog


    Et : Merci pour eux !




  • Pretty Little Liars

    Vous l'avez demandé, je m'exécute...

     

    Pretty Little Liars.jpg

    Ouais, elles sont toutes sales mais c'est parce que parfois,

    la nuit elles vont courir dans la forêt avec des pelles...

     


    C'est quoi ça que tu te demandes dans les tréfonds de ton petit corps ?

    Ben une série télé mon p'tit bouchon !!!

    Et la ya tous les addicts qui font : aaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhh :)))

     

    Donc l'histoire elle se passe dans une lointaine bourgade là-bas aux Z'Etats-Z'Unis de l'Amérique.

    Que d'ailleurs, c'est genre comme un gros village, mais en fait ya plusieurs Collèges. Et les Collègues des Z'Américains c'est comme les lycées chez nous.

    Ya un groupe de filles (à la base elles sont 5 aussi solidaires que les doigts de toute une main).

    Mais un soir, on sait pas trop ce qui se passe, elles vont toutes camper dans la forêt et y en a une qui disparaît et on la retrouve pas...


     

    alison.jpg

    Pfiout, volatilisée comme ça au milieu des sapins !


    Alors, y en a une autre qu'est tellement déprimée qu'elle rentre chez elle et annonce à ses parents qu'elle en a trop marre de la laïfe, et du coup ils partent tous vivre en Scandinavie (tu m'étonnes, vaut mieux qu'elle se casse vu que ça commence à sentir le mouton...).

     

    Du coup, il en reste 3 et elles essayent de se détendre le gland comme elles peuvent.

     

     

    spencer.jpg

    Celle-là elle s'appelle SPENCER

    (oui c'est son prénom de fille, et nan c'est pas un homme en-dessous

    - mais j'ai pas été vérifier).


    Pour se changer les idées, elle s'inscrit à plein de trucs sportifs et elle devient championne d'équitation, de hockey sur glace, de volley-ball, de tennis, de plongée sous-marine, de water-polo, de base-ball et de lancer de poids (ouais, tout ça, elle est trop forte).

    Et en plus, elle trouve même le moyen d'être la première de sa classe (et aussi de se taper le voisin).


     

    emily.jpg

    Là, elle est effrayée car elle a encore reçu un texto de "A".

     

    La seconde qui se prénomme EMILIE est tellement au bout du rouleau qu'elle se met à brouter le gazon de toutes les filles qui passent (et accessoirement, celui de sa voisine Maya...).

    Et aussi, elle se met à militer activement vu que dans son Collège, ils font de la ségrégation lesbiannique et veulent plus qu'elle aille à la piscine dans l'équipe des nageuses (paraît que ça fait désordre...).

     

     

    hannah.jpg

    Et la troisième (HANNA) qui a tendance à vouer un culte au Dieu des crèmes glacées, ben elle mange plus rien du tout et elle perd 20 kilos.

     

     

     

    Au bout d'1 an, la quatrième (ARIA) elle en a trop marre des glaciers et des geysers de Scandinavie, et soudainement : elle revient !


     

    aria.jpg


    D'ailleurs, elle en profite pour se faire grimper dessus par son Professeur d'Anglais (passqu'il est drôlement sessoul faut dire). Mais c'est genre le gros secret passque sinon ça fait détournement de mineur, et le Prof (qui s'appelle EZRA, oui c'est un prénom) et ben il pourrait perdre son poste...

     

    C'est là que les choses commencent un peu à comme qui dirait se barrer en couilles.

     

    La fille qui a disparu, ALISON qu'elle s'appelle... Ben soudainement elle est retrouvée genre dans le jardin d'une maison qu'a été achetée par la nouvelle copine du côté de la cuisse d'Emilie (la Maya).

    Alors toutes les 4 elles sont vachement tristes, elles vont à l'enterrement et tout.

    Mais là où ya vraiment Houston nous avons un problème, c'est que la Alison elle est décortiquée à l'institut médico-légal, et les hommes en blanc sont formels : elle a été honteusement assassinée, avec une pelle...

    Ouais, c'est triste hein ?


    Et ça commence vraiment à puer le chameau, parce que les 4 greluches elles se mettent à recevoir des appels masqués et des sms, tous signés de "A".

    Et comme leur copine qu'est malencontreusement décédée, elle s'appelait ALISON, ben elles se mettent à flipper que ce soit genre le fantôme qui tape les textos avec ses petits doigts boudinés.

    En fait, on se rend compte que la Alison, et ben finalement elle était pas très gentille quand elle était vivante. Elle a même plein de p'tits secrets qu'on découvre au fur et à mesure.


    Donc, tu l'as bien compris, le but des 2 Saisons : c'est de trouver qui est "A" (passque ça voudrait dire que c'est cette personne qui a honteusement assassiné leur copine)


    Et "A" elle est vachement vilaine parce qu'elle espionne tout ce que les 4 autres font, genre si elles vont aux toualettes comment c'était, si ça s'est bien passé et tout.


    Alors, on demande tout du long si genre "A" c'est pas la fille qui s'appelle Jenna.


     

    jenna.jpg

    Note qu'elle rigole pas beaucoup hein... Jamais on la voit sourire... (sauf quand elle se brûle).


    Faut dire que celle-là elle aurait quand même un peu des raisons de l'avoir mauvaise, vu qu'une nuit elle était tranquillement en train de roupiller, et les 4 autres elles ont rien trouvé de mieux à faire que... d'aller lui brûler sa maison (mais paraît que c'était un malentendu en fait...).

    Y en a vraiment qui ont des joies simples...

    La Jenna elle s'est sortie de l'incendie. Mais elle est pas trop contente car depuis ce temps-là, elle voit plus rien et est obligée de se promener avec une canne et des lunettes noires (mais normalement elle va se faire opérer car ils sont trop vachement forts de la technologie, et ils ont trouvé un remède révolutionnaire et tout).


    Bon ben sinon, la seconde Saison est pas encore terminée, donc on sait toujours pas si A c'est quelqu'un de sexe masculin ou féminin.


    Alors j'attends... (en séchant dans le grenier, dans la position de la chauve-souris).


    Sinon, c'est vachement bien cette série, mais faudrait tout de même qu'on m'essplique 2 ou 3 p'tites choses :


    - Comment des filles qui ont genre 16 ans à tout casser peuvent être aussi bien coiffées, maquillées et sapées ?

    J'veux dire, j'imagine que genre ça se passe à Beauvais là-bas dans l'Oise (là d'où je viens, et j'en suis fière !). Ben on a bien une Université et tout, mais jamais j'ai vu des filles de cet âge-là se promener comme ça (à part ma Catoche, mais elle c'est le concept de la ville et tout le monde la connaît). Une amie à moi a d'ailleurs déclaré récemment : "Moi, plus tard, je veux ÊTRE Catoche...".


    - Comment qu'on peut recevoir des textos d'un numéro masqué ?

    Les mails, je sais bien que ça existe et on peut se créer des adresses bidons.

    Mais des sms provenant d'un numéro caché, comment que c'est possible cette affaire-là ?


    - Comment on peut conduire une super grosse bagnole très chère quand sa môman (celle d'Hannah) qui travaille dans une banque est obligée de piquer l'argent d'une vieille pour remplir son frigo ? 


    Bon, pis plein d'aut' trucs, mais c'est passque ça se passe aux Z'Etats-Z'unis de l'Amérique, c'est que là-bas ça doit tout simplement pas être comme chez nous. C'est comme ça, et pissétou.


    En attendant, moi je dis que "A" ça peut que être l'une des 4...




  • Les Liaisons Dangereuses au Théâtre de l'Atelier mises en scène par John Malkovitch.

    Gens,

     

    Mardi dernier, je suis allée au Théâtre de l'Atelier pour assister à la représentation d'une pièce que j'attendais depuis des lustres : Les Liaisons Dangereuses.

    Et même que le metteur en scène c'était John Malkovitch himself (mais je l'ai pas vu... John je t'aime !).

    Alors qu'est-ce que c'est que cette affaire-là ?

    Ben juste l'une des plus belles oeuvres de la littérature Française mon p'tit bouchon !

    Même que c'est Choderlos de Laclos qui l'a écrit ya un bail de ça.

    C'est quoi l'histoire ?

     

    Très simple.

    Ecoute bien, même pas ça va te faire mal à la tête... Tu vas voir...


     

    liaisons-dangereuses-88-02-g.jpg


     

    Genre au XVIIIème (ouais, ça fait mieux d'écrire en chiffres Romains), ben ya une Dame (qu'est une Marquise en fait) et qui fout rien de chez rien de sa journée, à part décider de la hauteur de la choucroute qu'elle va porter sur sa tête.

    Faut dire qu'elle a comme qui dirait épousé un très très vieux Monsieur quand elle avait 15 ans.

    Et un jour, pfiout, son mari il est subitement décédé là comme une crotte !

    Alors elle se retrouve toute seule dans un Château avec plein de sous à dépenser.

    Et elle a rien à glander de la journée à part tripoter des tas de jeunes biroutes (car son mari, il était plutôt du genre flapi-flapo, sitôt tu la vois, sitôt tu la vois plus).

    Donc, comme elle se touche gravement, ben elle rencontre dans un Monsieur genre Vicomte dans un "Salon".

    Un "Salon" à cette époque-là, c'est un truc vachement à la mode en fait.

    Mieux que le bistrot du coin vu que le concept c'est : tu vas chez des gens qu'ont un tas de sous et qui t'offrent le thé gratuitement. Et le but c'est : dire un tas de mal des gens qui vont dans les autres Salons.

     

    Alors évidemment, la Marquise et le Vicomte ils font les langues de pute, ils copulent et tout.

    Mais au bout d'un moment, la Marquise elle décide qu'elle en a marre de sa gueule et elle va voir ailleurs.

    Le Vicomte ça le dérange pas plus que ça vu qu'il est pas trop exclusif comme mec, et que c'est plutôt un détendu du gland (si je puis dire...). Donc, il va aussi copuler ailleurs (c'était quand même vachement plus simple à cette époque-là).


     

    liaisons-dangereuses-88-18-g.jpg


     

    Mais ils restent en contact sympa et tout, car ils s'aiment beaucoup.

    Alors ils s'écrivent un tas de lettres où ils se racontent tous les trucs sessouels qu'ils font. Genre les travaux de jardinage que le Vicomte fait une chez Comtesse dont le mari n'a plus trop les mains vertes, toussa, toussa...

     

    Et un jour, ils ont une super idée lumineuse et passent un genre de pacte (accroche-toi au pinceau, c'est un peu perché) :

    - La Marquise elle se fait plaquer par un goret (et ça elle aime pas du tout passque normalement c'est elle qui plaque). 

    - Le mec qui l'a plaquée c'est passqu'en fait il préfère les petites jeunettes qu'ont jamais vu une biroute de leur vie (et la Marquise elle a un peu vu tout ce qui se fait niveau biroutes à Paris). Et le Goret, il a pour projet de mener en épousailles une petite qui vient juste de sortir du couvent, et qui connaît rien de la laïfe à part les bonnes soeurs.

    - La Marquise demande donc au Vicomte d'y rendre un p'tit service (ooooh, trois fois rien...) : montrer sa biroute A LUI à la petite du couvent AVANT que celle-ci ne puisse officiellement voir celle de son futur époux (l'ex de la Marquise, le Goret donc).

     

    Le Vicomte y veut pas passqu'il dit que c'est trop facile, et lui il préfère trouver des objectifs un peu plus compliqués.

     

    Il essplique à la Marquise qu'en fait, il a trouvé un meilleur défi : essayer de se taper une Dame qui passe toute sa journée à l'église, qu'est marié avec un Président (elle s'appelle pas Carlita), et qu'adore discuter avec des curés et tout.

     

    La Marquise elle trouve ça rigolo, et elle promet au Vicomte que s'il arrive à montrer sa biroute à la Présidente, et ben en récompense elle lui montrera sa foufoune.

     

    Ouais, franchement, à cette époque, ils avaient des gros problèmes existentiels, et ils s'amusaient d'un rien, hein ?


     

    atelier.jpg


     

    Donc, le Vicomte il va à l'église pendant que la Présidente est en train de bouffer des osties, et il essaye de lui causer.

    Mais au début, la Présidente elle veut même pas y adresser la parole parce qu'elle a entendu dire dans un autre Salon que c'était vraiment le Roi des Gorets (et en plus, le Curé il lui a interdit parler au Vicomte).

     

    Comme c'est vraiment super compliqué comme manoeuvre, le Vicomte il apprend que la personne qui dit un tas de mal de lui à la Présidente, en fait c'est la maman de la p'tite du couvent que la Marquise lui avait proposé comme joujou.

    Donc, évidemment, pour se venger, il rend finalement service à la Marquise et il grimpe sur la petite en lui promettant que naaaaan vraiment ya rien de grave à ce qu'il lui mette sa BIIIIIIP dans la BIIIIIIIIP.

     

    En plus, la petite, finalement ça lui plaît bien de jouer avec la flute du Vicomte, et elle croit que ça fait partie de son éducation d'avant son mariage, et comme ça, son futur mari il sera très très content d'elle et il divorcera jamais (note que la dinde existait aussi à cette époque...).

     

    Du coup, tant qu'on y est et plus on est de fous, plus on rigole, ben la Marquise elle colle également dans les pattes de la petite du couvent un joueur de piano aussi viril que ma mère et qu'est bêtement là à glandouiller (et comme ça, elle est bien certaine que la petite sera vraiment pas toute neuve le soir de ses noces, et que le Goret il va pas être content du tout du tout).

     

    Au bout d'un moment, on sait pas trop c'qui se passe, mais la Présidente elle fini par arrêter de bouffer des cierges, et, sur un malentendu, elle se met à manger celui du Vicomte...

     

    liaisons-dangereuses-88-13-g.jpg

     

     

    Alors le Vicomte il court chez la Marquise avec une attestation sur papier et tout (z'étaient vraiment bizarres) pour y réclamer son dû : pari gagné = il a le droit de bouffer la touffe de la Marquise.

    Mais figure-toi que (pas de chatte, et c'est le cas de le dire) : la Marquise elle veut plus. Elle dit que c'est passque le Vicomte il est tombé encore plus amoureux de la Présidente que d'elle (et du coup ça la rend jalouse).

    Du coup, pour prouver qu'elle a tort, le Vicomte il largue la Présidente en y disant que c'est pas de sa faute.

    Et juste avant, elle l'avait gaulé avec une prostipute (mais il lui avait dit qu'en fait c'était juste une copine et qu'elle venait là pour l'aider à protéger les chiens battus... Et évidemment qu'elle l'a cru cette pintade).


     

    atelier2.jpg



    Alors tu sais ce qu'elle fait cette morue de Marquise ?

    Ben elle dit au Pianiste que... Ben... Comment dire... Il était pas le premier à grimper sur la petite quoi !

    Et comme ça lui plaît pas du tout au gosse, il prend sa grosse épée et il va taper le Vicomte avec.

    Et le Vicomte, ben il meurt.


    Mais avant, il file toutes les lettres que lui a envoyées la Marquise. Et le Pianiste, il les distribue dans Paris.

    Après, la Marquise elle meurt de honte (en fait, elle a chopé la petite vérole).

    Et à la fin, elle est tellement énervée qu'elle se démaquille à la lingette (oui...).



    "Les Liaisons Dangereuses, c'est l'histoire du Vicomte de Valmont qui veut recoucher avec la Marquise de Merteuil, qui ne veut plus coucher avec lui.

    Il veut coucher avec La Présidente de Tourvel, qui ne veut pas.

    Alors il couche avec Cécile, qui couche avec Danceny." 

    André Malraux



  • L'histoire du garçon qui voulait absolument faire l'Armée.

    Les gens, le titre il est super sérieux, mais crois-moi que quand mon copain Robert m'a raconté cette histoire, j'me suis étouffée de rire et j'y ai demandé la permission de raconter son aventure ici (le prénom "Robert" c'est lui qui l'a choisit tout seul). En plus, il dit que si j'écris son histoire, ça lui fera un peu passer son traumatisme encore présent aujourd'hui.

     

    Alors, v'là que dernièrement j'étais au restau en train de manger des crêpes avec mon coupain Robert.

    Et tout d'un coup, il me dit : Tu sais Sonia, le plus grand regret de toute ma vie, c'est quand même de pas avoir fait l'armée...

    J'y dit : Gné ? Euh... Sans te vexer... Toi ? J'veux dire, t'es un peu précieux quand même... 

    Là, il s'est redressé avec sa bolée de cidre à la main, et il a dit : Tu sais, quand j'veux, ben j'peux faire super viril !

    J'ai répondu : Oui... Si tu parles pas, tu peux faire illusion...


     

    armee67.jpg


     

    En fait, quand il était minou, c'est-à-dire quand il venait d'avoir 18 ans, en son temps, l'Armée c'était toujours obligatoire pour les garçons.

    Et y avait un truc qui terrorisait tous mes potes : faire les 3 jours.

    Les 3 jours (pour les jeunots qui lisent ce Blog et n'ont pas connu cette époque), c'était passer 3 jours dans une Caserne avant de devoir faire l'Armée.

    Mais ça pouvait durer moins longtemps. C'était si tu veux, une période pendant laquelle on t'auscultait sous toutes les coutures, on te faisait passer des tests et tout, et aussi, là il était décidé d'un truc terrible : est-ce que t'étais apte pour faire l'Armée, ou pas ?

    Mes potes, en allant faire leurs 3 jours, ils avaient qu'un seul objectif : se faire réformer.

    En gros, je sais que Alexis (cette trainée qui vit à Lyon) et ben il y est carrément allé habillé en femme (avec les talons, la jupe, le maquillage et tout). Il a traversé toute la Caserne comme ça. Au beau milieu du chemin, il s'est fait chopper par des militaires qui y ont dit : Ah... Encore un... Euh... Pour vous Mademoiselle, pas la peine d'aller passer la visite médicale... Vous allez directement voir le Grand Général et vous aurez vot' papier de réformation.

    Alexis il a tendu une main vernie de rouge, il a attrapé le précieux sésame et il a dit : Au revoir la Compagnie ! Et il a jamais fait l'Armée.

    Pour mes aut' potes, c'était à peu près similaire. Au moment des 3 jours, ils ont esspliqué qu'ils avaient de gros problèmes psychologiques, et que donc, ben pour le bien-être de leurs compagnons de chambrée, ça serait peut-être mieux de pas trop les mélanger jour et nuit avec des garçons en slip (sinon il risquait d'y avoir comme qui dirait quelques problèmes).

    Et tout ce beau monde, et ben ils se sont fait réformer P4.

    Ouais.

    P4 ça veut dire que t'as des gros problèmes dans le dedans de ta tête en fait.

    Même Alexis... Qui pourtant allait très bien, c'est juste qu'il était homossessouel (ce qui n'est pas une maladie). Donc, ils ont pas cherché et ils ont mis P4 aussi.

    Les gens à vapeurs inversées, y avait pas une case pour eux marquée "pédérastique". Alors, on cochait la case P4, vu que c'était plus facile.

    Alexis, il s'en tapait vu qu'il voulait être réformé de toutes façons. Alors cette case-là ou une autre...

     

    Mais Robert, lui, il était bien décidé à faire l'Armée coûte que coûte. Même que tous ses copains l'ont traité de cinglé...

    Alors la veille des 3 jours, il a pas beaucoup dormi tellement qu'il était excité à l'idée d'aller à la Caserne.

    Il est arrivé tout propret et mignonnet devant le point de rendez-vous, et même qu'il portait une jolie petite valise toute choupinette.

    Avant de partir, sa maman elle y a dit : Surtout, tu fais pas des grands gestes comme tu fais d'habitude hein ? En gros, pour une fois : tu ranges tes ailes ! 

    Robert il a fait un bisou à sa maman et il lui a promis qu'il éviterait de parler trop...


     

    CIMG1672.JPG

    Copyright Cousin Mimine (c'est une de ses Colombes...)

     

    En faisant la queue (si je puis dire) pour aller à la visite médicale, ya un officier qu'est venu lui demander : Monsieur, qu'est-ce que vous transportez dans votre valise ?

    Robert, il a répondu : Ben mes slips !

    L'officier, il a dit : Vous avez besoin d'une valise complète pour 3 slips ?

    Robert, il a fait : Ben oui ! Et j'ai aussi mes tenues de rechange, 2 ou 3 pots de crème, mon savon, mon parfum toussa quoi ! Rhooo, trois fois rien quand on y pense. Juste l'indispensable pour un garçon raffiné qui ne passe pas la nuit chez lui pendant 3 jours.

    L'officier il a regardé Robert de la tête aux pieds et il lui a dit : Monsieur, venez avec moi...

    Robert, il a braillé : Ben et la visite médicale ??? Mais je veux la faire moi !!! Vous z'allez pas me priver de la vision de tous ces garçons en petite culotte tout de même ???

     

    Ben ils l'ont pas laissé causer et il est directement allé en entretien avec le Grand Général.

    Robert il m'a dit : Rho la la Sonia, il était beau comme un Dieu, tu peux pas t'imaginer... Après, j'ai rêvé de lui pendant 1 mois...

    Une fois arrivé devant le Grand Général, Robert il a vu que son dossier à lui était sur la table, et le Grand Général il le regardait d'un air hyper sérieux et tout.

    Robert, il a demandé : Euh, scusez-moi mon Général, mais qu'est-ce que vous écrivez dans mon dossier ?

    Le Monsieur, il a pas répondu.

    Robert, il a commencé à se tortiller sur sa chaise (c'était un peu difficile pour lui, passqu'il pensait à ce que lui avait dit sa Maman : Range tes ailes !). Et en plus il était vraiment ébahi par la beauté de l'Officier tu comprends...


    Au bout d'un moment, le Grand Général, il a annoncé : Bon, ben Monsieur, on va vous réformer.

    Robert, il a demandé : Hein ??? Mais pourquoiiiiiii ??? (ici, imaginer le cri de Moundir dans la forêt de Koh-Lanta).

    Le Grand Général, il a dit : Comme ça...

    Robert, il a répondu : Mais c'est quoi la raison ??? Je veux faire l'Armée moi !!! (c'est là, qu'il a commencé à sortir une de ses ailes).

    Le Grand Général, il a fait : Monsieur, ne faites de grands gestes... Ca fait un peu Albatros là...

     

    Robert il a essayé de comprendre pourquoi qu'on voulait le réformer alors qu'il était super motivé de chez motivé pour manipuler la baïonnette.

    Jamais on n'a pu lui répondre...

     

    Alors Robert, c'est là qu'il s'est dit dans le dedans de lui-même qu'au point où il en était, il avait plus trop rien à perdre.

    Il a sorti ses DEUX ailes, et il est parti dans de grandes envolées lyriques :

    Si vous voulez, j'peux même être votre secrétaire ! En fait, je peux même vous faire tout c'que vous voulez !!!

    Le Grand Général il lui a fait les gros yeux : C'est très gentil, mais j'en ai déjà unE de secrétaire...

    Robert : Mais je VEUX faire l'Armée moi ! Je veux apprendre à tenir une arme, conduire un char, toussa quoi...

    Le Grand Général : Vous savez, c'est une petite Caserne ici... En fait, on n'a pas besoin de grand monde. Donc vraiment, ne soyez pas vexé... Mais mieux vaut que vous rentriez chez vot' Maman...

    Robert : Ah ben je fais même pas les 3 jours alors ?

    Le Grand Général : Nan, pas la peine...

    Robert : Je vais pas voir les garçons en slip...

    Le Grand Général : Nan... Tenez, voilà un mouchoir, mouchez-vous...

     

    Et ensuite, il a coché la Case "Garçon à Vapeurs Inversées" sur le gros dossier tout moche.

     

    Robert, la queue entre les jambes (si je puis dire) il est rentré tout triste dans sa maison.

    Sa maman lui a dit : Ben t'es déjà revenu ???

    Robert, il a répondu : Ouais... J'ai même pas eu le temps de souffler dans une trompette... Les 3 jours, moi j'ai fait même pas 3 heures, complot !

     

    Le Dimanche suivant, il est allé au Marché aux Puces, et là il a acheté tout un stock de vêtements de l'Armée.


    Et même aujourd'hui, plus de 20 ans plus tard, il continue à s'habiller en vert kaki...



     

     

     

  • L'Univers, l'Ignominie, toussa, toussa !

    Depuis un petit moment, avec mes coupines on se pose des questions super existentielles tu sais. Ouais, ça nous arrive de réfléchir en fait...

    Concrètement, déjà, normalement, en principe, le 21 Décembre 2012 on sera tous malencontreusement décédés à cause des Mayas (donc j'aurai toujours 40 ans finalement, et on s'en fout).

     

    Mais d'ici là, on en profite et tout.

     

    Dernièrement, ya une fille que je connais genre de loin qui a dit un truc étrange à une autre fille que je connais genre très bien (et donc une amie) :

    "Tu sais Isabelle, si tu es célibataire c'est parce que tu dis trop de gros mots. L'Univers il aime pas ça. Donc, tu renvoies une image négative, les énergies baissent, et l'Univers t'envoie de l'Ignominie sous forme de "Le Goret en milieu urbain"..."

     

    univers.jpg

     

     

    Mon amie Isabelle est donc venue m'en causer en me demandant : "Dis moi franchement, chuis vulgaire ?"

    Ce à quoi j'ai répondu : "Nan, juste grossière. Mais comme toutes les morues que l'on fréquente régulièrement et que l'on aime, donc c'est normal quoi !"

     

    Mais Isabelle, ça l'a beaucoup perturbée tu sais...

     

    Et c'est à partir de là qu'elle a commencé à se reprendre régulièrement au niveau linguistique.

    Exemple, au lieu de dire :

    "Sonia ma connasse, tonight je sors avec mes truies, j'espère qu'il y aura du goret auquel rouler sa pelle !"

    Ca donnait :

    "Sonia, ma douce, ce soir je me rends à une réception donnée par mes amies, j'ose caresser l'espoir que la gente masculine sera de nature élégante, aimable et accueillante !"

    Résultat : je comprenais plus rien du tout à ce qu'elle me racontait. Elle était toute modifiée et c'était plus vraiment elle...

     

     

    Ca l'a drôlement perturbée Isabelle tu sais...

    Par exemple, l'amener à sortir des trucs comme ça :

    "Bon, maintenant faut que je dise moins de gros mots, et que j'arrête de traiter mes amis de "connasses" sinon je ne trouverai pas de mari et l'Univers se retournera contre moi (il paraît...)."

     

    Ce à quoi j'ai répondu que c'était vraiment n'importe quoi.

     

    Sur ces entrefaits, j'ai commencé à faire attention quand j'y causais (ça faisait bizarre de plus trop dire de gros mots d'ailleurs...).

    Au lieu de dire : oooooh, ben Isabelle, t'as vraiment pas eu de chatte sur ce coup-là alors !

    Je disais : oh, et bien ça alors ! Vraiment ma pauvre Isabelle, ce n'est pas de chance !

    Résultat : je me comprenais même plus moi-même (déjà qu'en temps normal c'est pas facile de comprendre le dedans de ma tête).


     

    lfgnehqi.gif


     

    Donc, je suis allée voir cette connasse de Spike en lui expliquant que par égard pour Isabelle, je préférais désormais commencer à me reprendre systématiquement au niveau linguistique (histoire de ne pas faire trop d'écarts de langage afin que l'Univers ne se retourne pas également contre moi...).


    Mais c'est justement ce jour-là que Spike elle m'a offert un Gommage au Sucre qu'elle avait fabriqué elle-même (oui, cette fille est parfaite).


    Elle m'envoie donc le message suivant : fais gaffe à pas toucher ta chatte avec le gommage que je t'ai fabriqué sinon tu vas douiller ta mère en frottant ! Bisous ma moule !

    Moi : promis, je prendrai garde à ne pas effleurer les muqueuses de mes parties intimes avec le produit que tu as confectionné de tes blanches mains, sinon je risque de me faire un peu mal. Et par pitié, arrête de jurer ! Bien à toi.

    Spike : Car la présence d'huiles essentielles risque de t'endommager le cul !

    Moi : J'y veillerai, tu es bien aimable de te soucier ainsi de mon intégrité. Cordialement. 

    Spike : Je suis en effet inquiète quant aux dommages éventuels pouvant être causés par une utilisation un peu trop agressive et abrasive de ce gommage merveilleux sur les parties sensibles de ta personne. (ta chatte donc)
    Bien à toi.
    Cordialement.

     

    Ca devenait n'importe quoi, et à force on allait finir par tous se vouvoyer.

    Quant à Isabelle, elle était toujours persuadée que son célibat venait de là... A chaque fois qu'il y avait une couille dans le potage, elle était persuadée que c'est parce qu'elle avait eu un écart de langage la veille, et que, de ce fait : l'Univers se vengeait.

    Mais fallait qu'on agisse tous par solidarité tu comprends ?

     

    Alors on a essayé d'y prouver qu'y avait un tas de gens qui juraient comme des charretiers, et que dans leur vie sentimentale tout se passait très bien.

    Isabelle elle nous croyait toujours pas, et à chaque fois elle répétait : nan, ça c'est encore un coup de l'Univers !

    Parfois, on lui postait même des preuves de ce genre :

     

     

    Capture2.JPG

     

     

    Puis un soir, ça lui a pris comme une envie pressante, Isabelle a eu genre une révélation comme quoi finalement, l'Univers c'était rien qu'une vaste fumisterie.

    Et tout ce qu'elle a pris sur elle pendant des jours, et ben elle l'a laché là subitement pendant une soirée : elle a commencé à parler Sodomie avec des gens qu'elle avait jamais vu avant (en fait).

    (mais j'ai quand même eu droit à un sms : je signe ma virginité de 2012. Bien à toi).

    C'est précisément à cet instant, que tous les gorets de la place de Paris ont commencé à pleuvoir par grappes sur la tête à Isabelle.

     

    LE_PERE_1.jpg

     

    Au final, comme dit si justement notre amie Lulubelle :

    "Chère amie, j'espère que ta journée commence sous les meilleures auspices... L'univers m'a parlé cette nuit, il dit que savoir recevoir est plus important que donner, il dit aussi que les truies vont au paradis :)))

    Je pense que grâce à toi mes chakras s'alignent à la perfection, c'est pour cette raison qu'il m'est indispensable de faire rejaillir sur toi un si grand bonheur..."


    Quant à Spike, elle a déclaré dernièrement (je cite) : moi je fais pipi sur l'Univers !

     

     

    Tu l'auras compris, c'est pour Isabelle que j'écris ce billet... Non, l'Ignominie ne peut pas toujours être logée n'importe où (Merde alors !).


    Et : GROUIIIIIIIK !!!



     


  • J'ai testé pour toi : s'occuper d'un enfant.

    Gens,

    Dernièrement, j'ai eu un moment d'absence.

    V'là que j'étais en train de faire un benchmark hyper pointu niveau couleurs de vernis à ongles avec Spike (on a toujours des discussions très constructives avec mes amis...), et là, sans aucun rapport avec le bifteack, j'y lance comme ça : Dis, si tu veux j'emmène ton gosse un soir au Cirque du Soleil pour voir le Spectacle "Cortéo" !

    Spike, elle en a pas cru ses z'oreilles, et elle a répondu : Hein ? Tu me garderais mon fils un mercredi ?

    Ouais, même que je te le rends nourri, que j'y ai dit.

     

    Corteo01.jpg

     

    Spike elle a juste rajouté : T'inquiètes, il est sage. Tu le connais depuis plusieurs années maintenant.

    Ouais, que j'y ai dit.

     

    Et ensuite, elle a fait : OK alors. Il va être content !

     

    Le Jour J, il était donc prévu que l'on me livre l'enfant directement au bureau.

    Aussi excitée qu'un acarien au salon de la moquette, j'appelais les hôtesses toutes les 5 minutes pour leur demander si y avait pas genre un mini-truc de sexe masculin (avec de très beaux yeux) qui était genre perdu à l'accueil.

     

    A l'Heure H, l'enfant est arrivé (et même qu'il avait pris le métrokipu tout seul et sans se perdre, et ça m'a drôlement impressionné tu sais...).

    J'ai juste envoyé un message à Spike pour y signaler que j'avais récupéré le paquet à bon port, et puis on est partis main dans la main.

    Auparavant, j'avais informé Spike du postulat suivant : Ma mission est donc de m'occuper de ton fils, et de te le rendre en parfait état de marche à la fin de la journée. Toi t'es une vraie amie tu sais... Merci de ta confiance. Bien à toi.

    Ce à quoi elle a répondu : T'en fais pas, il fait pipi tout seul. Cordialement.

     

    corteo03.jpg

     

     

    Dans la rue, j'ai dit au petit homme que ça serait bien qu'il mette sa capuche passqu'il tombait 3 gouttes, et que ça serait un peu bête si je le rendais tout mourant à sa mère.

    L'enfant m'a répondu que c'était pas la peine.

    J'y ai répondu que ça serait sympa de pas trop me contrarier, rapport au fait que je pensais que là, subitement, mon côté Mère Juive était ressorti du dedans de moi-même.

    L'enfant a donc mis sa capuche et pour plus de sécurité, j'y ai même fermé son blouson en lui demandant s'il avait pas froid.

     

    Ben quoi ? On m'avait confié une mission à  lourde responsabilité, non ? (on voit bien que tu connais pas Spike).

     

    J'y ai envoyé un message : Je crois qu'à la fin de la journée, ton fils va me détester. Bien à toi.

    Ce à quoi elle a répondu : Nan, il est cool. Cordialement.

     

     

    corteo-show-03.jpg

     

    Après, on a rejoint une coupine à moi qui était accompagnée de 3 de ses enfants (oui, trois).


    Elle a demandé au p'tit : Ben comment que tu t'appelles toi ?

    Il a dit : Ben je m'appelle (ici, insérer le prénom de l'enfant-de-Spike).

    Elle a répondu : Rhoo, c'est chouette !

    Il a fait : Oui... C'est ma mère qu'a trouvé ça sur Internet.

    J'ai dit : Sa maman est peu originale faut dire...

    NB : l'enfant de Spike ne s'appelle pas "APPLE" ou "ERREUR 404", que ce soit bien clair.


     

    Dans la grande wature, on s'est organisés.

    L'enfant de Spike s'est posé sagement à-côté de moi.

    J'en ai mis 2 devant mon siège, histoire de les avoir à l'oeil.

    Puis, aidé à déshabiller tout le monde.

    Et là j'ai demandé à ma coupine : Ben pourquoi que tu te mets tout devant ? Ya de la place à-côté de nous !

    Ce à quoi la n°3 de la portée a rétorqué : C'est parce que mon frère n°2 il vomit en voiture.

    J'ai dit : Ah...

     

    Ma coupine a lancé : D'ailleurs, c'est ballot, mais j'ai pas de sac à vomi !

    Direct, j'ai sorti de ma poche le graal : Ah ben j'ai 2 sacs à popo de chien si tu veux ?

    Ma coupine : Tu me les cèderais à bas prix ?

    Moi : Ben, dans mon infinie bonté, j'peux même te les donner tu vois... Tant qu'on peut faire plaisir et que ça débarrasse...

     

    Une fois installés dans la wature, le frère n°1 a demandé à prendre ma main.

    J'ai demandé à sa soeur : Il va pas être malade à être tourné dans l'aut' sens?

    Elle a dit : Nan, lui il vomit jamais. Mais moi : oui !

    Moi : Bon, ben ça va alors... Mais les sacs à vomito, ils sont chez ta maman. Au pire, j'ai toujours mon sac à main...

     

    Pis le n°1 a aussi voulu que je lui donne ma deuxième main.

    Une dame qui était installée à-côté a dit : Il est charmeur, mais il me fait de l'oeil aussi...

    Ce à quoi l'enfant de Spike a rétorqué : Il a raison, il essaye différentes possibilités.

    J'ai demandé : Ben c'est comme ça que tu fais avec les filles toi ? T'en tentes plusieurs ?

    Nan, qu'il a dit. J'm'en fiche des filles en fait... J'ai le temps. Mais là, je constate...

     

    En épluchant le programme du Cirque du Soleil, j'ai vu un truc intéressant et j'ai envoyé un sms à Spike : Oh cool, ya un atelier de maquillage pour enfants !

    J'ai reçu en réponse : Ah j'te conseille pas de le maquiller, sinon il va se barrer ! Même moi j'peux rien en faire à ce niveau-là, il me désespère tu sais.

    J'ai juste répondu : Spike, mon Amour... Tu m'as confié ton fils à tes risques et périls... Ce soir, tu récupéreras une drag-queen ! Bien à toi.

    Elle a juste dit : T'es rien qu'une connasse. Cordialement.

     

     

    dd_corteo01.jpg

     

    En arrivant au Cirque du Soleil, c'était tout bonnement merveilleux et totalement régressif.

     

    Armés chacun d'un pot géant de pop-corn dans une main, et d'un coca dans l'autre, et ben l'enfant de Spike (quoique puisse en penser sa mère) il a beaucoup aimé regarder les autres petits enfants se faire maquiller (et même pas j'y ai proposé d'en faire autant, quoique l'on puisse en penser).

     

    C'est là qu'y a eu, comme qui dirait, un léger problème...

    Le petit a commencé à me dire : Tu sais, une fois j'ai mis 52 pop-corn dans ma bouche en même temps.

    Ah ouais ? C'est cool ça ! que j'ai dit.

     

    Et ma coupine est venue me parler pour m'esspliquer que son numéro 2 (çui qui avait finalement pas vomi) voulait absolument avoir un papillon sur la joue, mais qu'au final ça lui plaisait plus et qu'il voulait qu'on le lui enlève.

     

    Et là j'entends : 37...

     

    Ma coupine me dit : Bon, le numéro n°2 veut être un chat, mais il est pas décidé pour la couleur.

    Ah ouais, que j'y dit.

     

    Derrière moi, j'entends vaguement : 47...

     

    Une dame vient me voir pour me demander si par hasard je sais où sont les toilettes.

     

    58...

     

    Un type me demande s'il peut me piquer un peu de mon pop-corn salé passqu'il en a pas trouvé.

     

    65...

     

    Je me retourne et je vois l'enfant de Spike rouge comme une tomate avec : 72 pop-corn dans la bouche.

     

    J'envois un sms à Spike pour y esspliquer la situation.

    Elle répond : Oh ben c'est le digne fils de sa mère. Moi, quand j'étais petite, je faisais des concours de mangeage de Pringles !

     

    L'enfant m'essplique avec des signes qu'il en est à 82.

     

    Un type vient me parler de la manoeuvre de Heimlich (ou, au pire, conseille en dernier recours d'appeler le 15).

     

    Mon côté mère Juive ressort et je dis : Bon, là faut que t'arrêtes et t'avales hein ! Euh... NAAAAAANNNNN pas tout en même temps ! Crache Bon Dieu, CRAAAAAACHE !!! SI tu meurs, ta mère va me tuer, bordel !!!

     

    Ben il a tout avalé.

    Et il a esspliqué que (je cite) : Avec la salive, ça devient mou, et pis après ça passe (en fait).

     

    Ensuite, on a vu le Cirque du Soleil, qu'il était vraiment très très beau.

     

    Que c'est un Cirque où y a aucun animal (et ça c'est bien). Enfin... Ya 2 Poneys, mais avec des gens à l'intérieur en fait.

    Et le moment le plus terrible, tiens-toi bien : c'est quand on s'est pris une pluie de poulets (oui, un déluge même).

     

     

    2012-01-05 11.15.55.jpg

     

    D'ailleurs, j'en ai récupéré un pour décorer mon bureau, et même qu'il fait pouêt (c'est mon plus beau trésor à ce jour je crois).

     

     

    A la fin du spectacle, on avait les yeux un peu mouillés.

    J'ai dit à l'enfant de Spike : C'était beau hein ?

     

    Il a répondu : Ah oui... Sur ce coup-là, on s'est pas fait niquer !

     

     

     

     

  • Downton Abbey, la série terrible !

    Gens,

     

    Tu connais Downton Abbey ?

    Si oui, ben tu vas comprendre ce que je vais te raconter ci-dessous.

    Si nan, ben tu vas adorer (et pissétou, car il ne peut en être autrement). 

    Downton-Abbey-period-films-15626884-991-1045.jpg


    La semaine dernière, v'là que j'étais en train de me vernir les doigts de pieds en rose bonbon (j'ai toujours eu très bon goût) et en même temps je bavassais au téléphone avec ma copine Prune (oui, j'ai une copine qui s'appelle Prune, et je vois pas où est le problème).

    Et là, elle me cause de la série Downton Abbey, qu'y paraît que si tu l'as pas vue, et ben t'as plus qu'à aller te cacher dans une grotte.

    J'y demande : qu'est-ce que ça raconte ?

    Elle répond : ben, c'est des gens, ils sont morts dans le Titanic.

    J'ai fait : ah ouais... D'accord... Ca a l'air drôlement passionnant dis donc.

     

    Bon.

    Admettons.

     

    J'me suis dite dans le dedans de moi-même : bon, ben on va regarder le début, et pis ce sera tellement naze que je vais éteindre, et ensuite je me ferai un nouvel épisode de la Caverne de la Rose d'Or (là, au moins avec Tarabas torse nu, on a de la valeur sûre).

     

    Ben mazette.

    J'ai tellement scotché dessus que j'ai regardé toute la 1ère saison d'un coup dis donc.

    Et là je savoure la deuxième.

     

    Atta, j'te raconte, tu vas comprendre...

     

    Le décor ça se passe là-bas en Londonie dans la campagne.

    Les gens ils habitent tous dans un Donjon.


     

    ITV-drama-Downton-Abbey-006.jpg


     

    Et dans le Donjon où c'est qu'ya une chiée de pièces, ya 2 choses bien séparées :

    - Les gens qui dorment tous seuls dans un lit avec de la dentelle (même le mari et la femme, ils font chambre séparée passque sinon ça se fait pas pour une dame du monde. Même qu'un jour, elle tombe enceinte et qu'elle se demande comment ça a pu arriver cette affaire-là, parce que non vraiment elle voit pas...).

    - Et les gens qui dorment par deux dans un lit tout en bois moche.

     

    Donc, en gros : ya les Nobles... et le Petit Personnel.

     

    Et les Domestiques ils complotent grave et tout, j'te jure c'est trop bien.

     

    Genre, y en a un qu'est Valet de Pied.

    Et son unique but dans la laïfe c'est de passer Valet de Chambre passque c'est le top de la promotion sociale tu vois (mais comme il est homossessouel, il la ramène pas trop passque c'est mal vu).

    La cuisinière elle a compris que la petiote qu'est dingue de lui elle l'aura jamais car il est à vapeurs inversées. Et elle lui dit : Thomas est torturé, ce n'est pas un homme à femmes (la petiote elle comprend pas, et elle trouve ça super classe qu'il soit pas coureur de jupons en fait).

     

    Le Valet de Pied : il sert à table.

    Le Valet de Chambre : il habille les gens personnellement.

     

    Ouais, passque les gens riches ils ont comme qui dirait un gros poual dans la main.

    Genre, il savent pas s'habiller tous seuls passque c'est super compliqué.

    De toutes façons, vu que ça se passe vers 1910, et quand tu vois ce que les filles portent sur le dos, tu te dis que c'est tellement compliqué que c'est évident que ça peut pas s'habiller tout seul cette affaire-là.


    Ya aussi une femme de chambre, son rêve ultime c'est de devenir secrétaire-sténo-dactylo et elle prend des cours en cachette. Un jour, on découvre qu'elle a caché une machine à écrire dans son armoire et c'est un vrai scandale (y en a qui ont des vies compliquées j'vous jure...).


     

    downton.jpg


     

    Donc.

    Un jour, il se passe une grosse couille : ya des gens qui ont comme idée saugrenue de monter sur le Titanic.

    Et le Titanic, ben c'est un peu balot, mais : à cause d'un gros trou d'iceberg, il coule au milieu de la banquise avec un tas de monde dedans.

    Et là où vraiment c'est pas de bol du tout, c'est que les 3 qui coulent, et ben : ce sont les héritiers du domaine.

     

    En fait, dans les riches ya : le Comte, la femme du Comte (qu'est Américaine à la base et c'est pour ça que la mère du Comte l'aime pas trop - C'est Maggie Smith, celle qui joue la Comtesse Douairière et qu'est toujours habillée en violet) et 3 filles.

    Et les 3 filles, c'est bien con, mais : elles peuvent pas hériter du domaine passque justement elles font pas d'efforts et qu'elles sont de sexe féminin.

     

    downtonabbey_dinner.jpg

     Note l'éclate totale au dîner, cette joie sur les visages, ces mines réjouies, sympathiques et tout.


    Alors tout le monde s'habille en noir et c'est terrible car paraît que c'est pas trop à la mode et limite vulgaire (en tous cas, les filles elles font grave la gueule vu que ça va pas les aider à trouver un mari), et v'là que le Comte il est obligé de chercher un aut' héritier.

    Donc il rapatrie un lointain cousin du-côté de la cuisse de sa mère.

    Et le cousin, normalement il faut qu'il épouse une des filles passque sinon le Donjon il sera perdu.

     

    Mais ya une grosse couille dans le potage, c'est que le Cousin il est pas du tout éduqué et il veut absolument faire un truc inadmissible : bosser dans le barreau (avocat quoi, pas dans un sex-shop).

    Et la fille aînée du Comte ça lui va pas du tout (elle préfèrerait avoir un mari qui sache tenir correctement sa fourchette en public tu comprends).


    Donc, pour se changer les idées et réfléchir à son avenir, elle participe à une chasse à courre où c'est qu'ya des gens qui soufflent dans des trompettes.

    Là, elle rencontre un Ambassadeur Turc.

    Tellement sessouel que quand tu le vois, t'as juste envie d'aller directement te rouler dans les falafels !

     

    webdowntonabbeys1ep3f.jpg

     

    theo-james-2011-7-28-21-40-6.jpg

    L'est chonchon hein ? C'est Théo son p'tit nom dans la vraie vie...


    L'Ambassadeur Turc il a vraiment pas de chance, passque dès qu'il rentre de la chasse, il manque de se faire violer par le Valet de Pied homo.

    Alors pour se détendre le jonc, il dépucèle (sur un malentendu) la fille du Comte. En fait, il lui essplique que nan vraiment ya rien de grave à ce qu'il lui mette son ******* dans la **** (et cette gourdasse elle le croit évidemment).

    Et là où c'est vraiment pas de chatte (si je puis dire), c'est qu'en plein orgasme : le Kebab géant, il meurt d'une crise cardiaque, là, subitement comme une crotte (pfiout !).

    Et qui c'est qui débarasse tout le merdier ? Ben la maman de la fille et une servante.

    Pendant ce temps-là, la fille elle dit : c'est dommage, il était si beau... (tu m'étonnes couillonne).


    Ensuite, ya un gros bordel passqu'y faut étouffer le scandale.

    Et la soeur du milieu, elle rêve de se marier avec le cousin qui sait pas tenir sa fourchette (même qu'elle l'invite à faire des trucs passionnants qui envoient du bois, comme : visiter les églises...), mais comme elle est pas vraiment dotée d'un physique facile, c'est pas trop gagné...


    D'ailleurs, je trouve que c'est super compliqué quand même cette époque-là, vu que tous les soirs faut se vêtir pour le souper.

    Traduction : si tu veux manger des Croustibats, les doigts de pied en éventail devant "Faites entrer l'accusé", t'oublies. Là faut s'habiller en pingouin comme si que t'allais à une soirée de Nouvel An (sauf que c'est tous les soirs, et même que la mère de famille elle porte toujours un nouveau gros diadème et tout).

    Et tout le monde est obligé de se tenir bien droit à cause des corsets et des plastrons amidonnés. C'est pour ça, qu'à table, ils ont tous l'air d'avoir avalé un balai, et de ne pas être allé aux cabinets depuis 1789.


    Sinon, pendant toute la première saison, t'attends juste une chose : que le Valet de Chambre de Monsieur le Comte il roule enfin une pelle à la femme de chambre de la fille du Comte.

    Mais en fait, ils se roulent pas de pelle du tout (passque le Valet il veut pas avouer qu'il est encore un peu comme qui dirait marié, et aussi qu'il a genre fait un peu de prison du temps où il était alcoolique).

    En attendant : il boite. Du coup, il essaye de porter un appareil pour redresser la jambe, mais à la fin il en a tellement marre qu'il finit par jeter la fausse jambe dans le lac en disant "fuck la life quoi !".


    Aussi, ils aiment pas trop l'électricité et évitent de mettre la lumière partout sinon ça leur fait mal aux yeux (z'ont vraiment de graves problèmes existentiels).

    Le téléphone qui arrive, ça leur fait super peur, à tel point qu'ils veulent pas le toucher...

    Même que les Domestiques ils REPASSENT les journaux avant de les donner aux maîtres (pour que l'encre soit bien sèche et qu'ils évitent de se salir les doigts...).


    Bon, ben j'te raconte pas la suite, c'est tout bonnement génial, et magnifiquement filmé.

    Faudrait que tu regardes quoi... (z'ont passé les premiers épisodes sur TMC samedi dernier, et en rediffusion le dimanche)

     

    downton1.jpg




  • J'ai testé pour toi : la salle des ventes (aux enchères).

    Gens,

     

    Bonjour.

     

    Faut que je te dise un truc : plus jamais je pose mon séant dans une salle des ventes.

    Ouais.

    J'ai vu, j'y reviendrai pu, chuis trauma.

     

    Avec mon amie Valou (celle que son métier c'est de vendre des trucs sur les brocantes) on est allé à une vente aux z'enchères.

    Mon amie Valou, elle m'impressionne beaucoup tu sais.

    A peine elle regarde un meuble (même un truc qui à la base semble insignifiant) et ben elle est capable de te dire en quelle année il a été fabriqué, par qui, en combien d'exemplaires, et surtout : combien que ça vaut maintenant (c'est mieux si le mec qu'a fabriqué le truc est décédé en fait).

    Faut dire qu'elle aime que les meubles genre vieux hein.

    Elle regarde que la période d'avant, là où sa grand-mère vendait du beurre aux allemands (sinon ça l'intéresse pas).

    Même que le jour où ya quelques années, j'ai acheté mon appartement, et que la dame qu'habitait dedans avant moi a eu la bonne idée de me laisser la cave pleine du sol au plafond, et ben Valou elle m'a grave sauvé la mise sur ce coup-là.

    J'ai ouvert la porte de la cave.

    J'ai vu toutes les merdasses.

    J'ai pleuré.

    Je me suis mouchée et ensuite j'ai appelé Valou pour y dire qu'y fallait venir sauver Willy.

    Valou elle est arrivée direct au volant de son 33T (ouais, elle a le permis pour le conduire). Et même qu'elle a toujours le vernis impeccable et le brushing qui se casse jamais la gueule.

    Elle a regardé ma cave et elle a dit : OK.

    Ben apparemment, y avait des trucs sympas qui ont trouvé preneur. Genre :

    - un stock de vieilles poupées Barbie (même pas j'aurais pu penser que ça pouvait se vendre aussi cher ces trucs là),

    - une table orange (que si on me l'avait donnée, j'aurais poliment dit non merci), mais apparemment c'est un truc super recherché...

    - des chiées de vêtements genre vieux (mais en fait, faut dire "vintage"), et crois-moi, le Vintage ça s'arrache façon hystérie.

    - et une sorte de chose (qu'au début je pensais que c'était un pied de lampadaire), mais finalement c'est un porte-manteau du début du siècle.

    Drôlement contente elle était la Valou, ça j'te prie de croire.

     

    Alors j'y ai dit : dis donc, tu m'impressionnes ! Tu peux pas me donner des cours de meubles pour que je sois moins idiote ?

    Elle a répondu : ben viens, j't'emmène avec moi en salle !

    Moi : en salle de quoi ?

    Elle : ben en salle des ventes, espèce de dinde !

     

    Alors, dans une salle des ventes, la première chose à savoir, c'est qu'ya des gens qui passent leur vie là-bas.

    Genre ils tapent dans le dos du Commissaire-priseur, genre ils se promènent avec le catalogue à la main en cochant des pages et en marquant des tas de chiffres dessus (ouais, j'ai regardé par-dessus l'épaule d'un mec et j'ai rien compris à ce qu'il avait écrit. Si ça se trouve c'était en langue Gaëlique).

    Ou sinon, ils tatent les meubles d'une façon inquiétante (comme les gens à la foire aux bestiaux avec les jarrets des vaches, limite un peu sessouel, toussa...).

     

    Et pis surtout, quand on comprend rien à L'ART (comme moi quoi), ben t'as tout bonnement l'impression d'être sur Mars.

    Même quand ils causent, tu comprends rien.

    Moi j'étais aussi à l'aise qu'un goret au Salon de la Saucisse, inutile de te le dire.

    Et la Valou qui évoluait là-dedans avec autant d'aisance qu'un Koala sur un eucalyptus.

    Bon, ben voilà, la scène était en place.

     

    En naviguant dans la salle avec la grace légendaire qui me caractérise (NDLR : mon ami Anthony il m'interdit catégoriquement de rentrer dans une boutique qui vend des trucs de porcelaine par exemple, parce que sinon il dit que je vais causer des problèmes), j'ai aperçu un truc.

    Et quand j'ai vu le truc, j'ai immédiatement pensé au Cousin Mimine.

     

    Une horloge.

    Une grosse, grande et grasse horloge (tout moi quoi).

    Une Comtoise que ça s'appelle.

    Et le Cousin Mimine, son voeu le plus cher depuis qu'il est minou c'est : acquérir une Comtoise.

     

    Selon lui, il n'y a rien de plus incomparable que le son du machin quand ça marque les heures.

    Ca fait DONG super profond (à cause du bois) et paraît que vraiment c'est une tuerie.

     

    Donc, moi je bloque sur la Comtoise en me disant dans le dedans de moi-même que ça ferait un vachement beau cadeau de Nowel et tout.

    Et je commets l'erreur suprême : je cause pas de mon projet à Valou.

    Faut dire qu'elle était présentement en train de discuter le bout de gras avec une bande de mecs a propos d'un miroir (moche) et même qu'y en avait un qui était en train de pleurer d'émotion parce que le dit-miroir (affreux) aurait apparemment été trouvé dans une benne à ordure, et que non vraiment c'était à deux doigts de passer à-côté d'un tel chef-d'oeuvre, et que ça aurait pu être perdu pour l'humanité et tout et tout.

    J'ai rien compris et je suis allée m'asseoir dans la salle comme une gentille petite fille.

     

    Là ya un Monsieur style Commissaire-priseur qu'est arrivé, l'air sérieux et tout (il portait même un noeud papillon) et il était très très précieux...

    Incroyable, tellement qu'il voulait pas se salir, et ben c'était 2 mecs derrière lui qui manipulaient les pièces à vendre.

    Et si l'un d'entre eux commettait l'affront suprême de le toucher avec un bout de poussière de tableau, et ben le Commissaire il sautillait sur place en faisant "ouh ouh ouh" vachement viril, ou sinon il disait : oups !

     

    Valou, elle était super concentrée et elle arrêtait pas de lever le bras pour acheter plein de trucs étranges et pénétrants (notamment un machin bizarre que je suis certaine que c'était un sex-toy étrusque, car il ne peut en être autrement).

    Quant au miroir horrible, il est parti à un prix tellement indécent que j'ai renoncé à compter les zéros, et j'étais persuadé que c'était une plaisanterie...

     

    Mais l'ignominie est arrivée quand ils ont présenté la fameuse Comtoise.

    Dès que je l'ai vue, toute frétillante, j'ai levé le doigt comme à l'école en faisant : moi moi moi !

    Valou elle m'a regardé avec la tête d'une poule devant un cure-dents : mais qu'est-ce que tu fais ???

    Moi, hyper fière : ben je vais l'acheter comme cadeau de Nowel pour mon Cousin Mimine !!!

    Elle : ne fais surtout pas ça !

    Moi : pourquoi ? Elle est super belle non ?

    Elle a juste répondu un truc important : et ne garde pas ton doigt en l'air, ça fait monter les enchères... Euh... D'ailleurs, t'es toute seule à enchérir là...

    Et elle a rigolé.

     

    Le commissaire-priseur il a tapé son marteau sur la table d'un geste élégant (petit doigt en l'air et tout) et il a dit avec une voix choupinette toute droit sortie du Tagada de la rue Vavin : adjugéeeee, vendue !!!

     

     

    17h32 : je suis propriétaire d'une horloge Comtoise pour la modique somme de 120€ (+ les taxes).

     

     

    horloge.jpg

     

     

    NB : même pas je me suis posée une petite question pratique.

    Oh, une question très simple...

    Trois fois rien tu me diras...

    Comment envoyer une horloge Comtoise de 3 Tonnes ET fragile, au départ de Paris, à : là-bas dans le Sud chez Cousin Mimine ? 

     

    Nan. Dans mon monde merveilleux, on n'a pas ce genre d'interrogation.

    Ah... Tu veux peut-être connaître la suite ?

     

    L'horloge de mes deux, tu sais pourquoi qu'elle n'était pas si chère que ça ?

    Ben...

    Comment te dire...

    Rigole pas hein...

     

    Parce qu'elle était : creuse.

    Oui.

    Creuse.

     

    C'est-à-dire : en apparence, elle fait gravement Comtoise et tout.

    Mais quand tu ouvres à l'intérieur, ya : RIEN. Le vide astral et le néant (tout moi quoi).

     

    Donc, j'étais pas contente car elle pouvait pas faire DONG comme il aime bien le Cousin Mimine.

    Oui M'sieurs-Dames, j'ai acheté un truc factice qui ne sonne pas (dont les aiguilles sont fixes, évidemment) et ne sert donc qu'à décorer (où est le fuck j'ai envie de te dire ?).

    La Valou elle se tenait les côtes de rire en répétant : mais pourquoi tu m'en as pas parlé avant de faire des conneuries ??? Ca fait des semaines qu'elle est en vente cette Comtoise et à chaque fois elle part pas car ya tout le mécanisme à faire !

    J'ai regardé mes pieds, et j'ai pensé que la vie, finalement, c'était drôlement fatiguant (surtout quand on a plein de gens dans sa tête).

    Non, j'en ai pas parlé à Mimine sinon il me la mettrait en travers de la gueule la Comtoise (qu'on m'explique pourquoi même vide elle pèse aussi lourd hein ? On aurait pu y mettre Mimine, Mimina et Miminou qu'ils auraient été parfaitement à l'aise pour y jouer à la belote).

    Oui, Valou a parlementé (en faisant plein de moulinets de bras) avec les gens de la salle en esspliquant que j'étais une andouille (m'en fous, j'assume) et on a réussi à faire annuler la vente.

     

    L'ignominie peut se loger n'importe où mes enfants, n'oubliez jamais ça.

     

     

    tabous3.gif

     

     

  • J'ai testé pour toi : le démaraboutage...

    Gens,

     

    J'ai une amie : elle a la poisse.

    Mais genre la poisse gravement hein.

    Pas simplement une fille qui rate son train le matin pour aller au boulot, juste après avoir marché dans du popo de chien (là où tu te dis en général : je vais passer une journée de merde...).

     

    NAN.

     

    ELLE, elle a la poisse qui s'accroche et fait que les trucs s'enchaînent le plus en plus dans l'ignominie (qui peut se loger n'importe où, je le rappelle).

     

    En gros, ma coupine elle a CA :

     

    - Des problèmes dans son corps (qu'elle dit qu'elle a un corps pourri qui fait rien qu'à l'embêter). D'où des abonnements divers et variés chez tous les spécialistes de toutes les parties humaines de la Place de Paris.

    - De la maudissure qui s'abat continuellement sur sa wature (alors qu'elle est quasi-neuve).

    - Des soucis dans sa maison que même pas je peux t'esspliquer, car tu dirais que c'est juste pas possible. Et elle a du déménager de sa maison d'avant car y avait "un truc" planqué dans le compteur électrique qui lui parlait (oui...).

    - Une vie sentimentale qu'à ce niveau-là c'est plus drôle, et même pas susceptible de figurer chez Enfoirage Affectif.

     

    Le genre de fille qui quand elle sort d'un concert ; si quelqu'un lance un oeuf sur la foule (pourquoi un oeuf, je sais toujours pas). Et ben l'oeuf, il va arriver SUR la copine. Pas devant, ni derrière, ni à-côté, ni sur l'une des 5000 autres personnes présentes. 

    NON : SUR cette fille-là précisément.

     

    Un soir, y avait genre beuverie à la maison avec plein de gens que j'aime et ma coupine est arrivée.

    Elle faisait une drôle de tête car elle avait mal dans le dedans de son corps.

    Pis elle nous a raconté qu'elle avait genre une fuite d'eau dans sa maison.

    Puis que son dernier mec lui avait proposé un plan à 3 (avec elle et... un travesti qu'ils seraient allés chercher au Bois).

     

     

    Et elle nous a aussi dit :

    Que sa wature venait de sortir de la révision.

    Que pendant la révision, on lui avait prêté une aut' wature.

    Que la wature de prêt avait été embarquée par la fourrièrre.

    Que la fourrière était au moins à 40 kms de chez elle.

    Que quand elle s'était pointée à la fourrière, on n'avait pas voulu la lui rendre vu que les papiers étaient pas à son nom.

    Qu'il fallait qu'elle se lève le lendemain hyper tôt (alors que c'était le ouikend) pour aller à la société de location pour avoir un pouvoir (uniquement signé par le patron, et que c'était pas certain qu'il serait là...).

     

     

    Et après, quand elle a récupéré sa voiture habituelle, elle est allée faire des courses.

    En sortant, sur le parking du supermarché, elle a constaté que quelqu'un venait de lui emboutir sa voiture (qui sortait donc de révison...).

     

    En gros : qu'elle en avait marre, qu'elle avait mal partout, qu'il fallait aussi qu'elle gère la fuite d'eau (en plus du reste), qu'elle avait juste envie de se rouler par terre en brandissant ses petits poings bien fort vers le ciel, et qu'elle voulait sa mère.

     

    On s'est tous regardés, et d'une même voix, on a dit : là, c'est plus possible, faut faire quelque chose !

     

    J'ai lancé : bon... A ce niveau de maudissure, on n'est plus cartésien. On va te démarabouter !

     

     

    sorciere et chaudron 02 copie.jpg

     

    C'est là qu'on a contacté genre une dame qu'on connaît pour y esspliquer not' cas (c'est une sorcière gentille, un truc comme ça...).

     

    On y a dit qu'on avait une amie qui avait beaucoup beaucoup de problèmes, et que quand elle en avait terminé avec un, ben direct y en avait d'aut' qui poussaient derrière.

     

    Apparemment, ça date de quand elle était minou, ya une vieille bonne femme qui lui a jeté un sort. Normalement, il faudrait qu'elle aille s'esspliquer avec la dame en question, mais vu que c'était dans un pays lointain et ya super longtemps, la bonne femme elle doit être en train de manger les pissenlits par la racine à présent...

     

    La dame-gentille sorcière elle a dit que moyennant un paiement libre, elle allait nous aider.

    C'est là qu'on a tout bien fait comme elle a dit.

     

    Sans trop rentrer dans les détails avec la coupine concernée, on y a dit dans un premier temps qu'il fallait qu'elle aille acheter du gros sel gris pour se tremper dedans (via un bain ou c'est qu'elle devait se frotter).

     

    La coupine elle en avait tellement marre de sa laïfe que si on lui avait conseillé d'acheter de la fiente de pigeon, elle l'aurait fait aussi de toutes façons.

     

     

    C'est alors que ça a donné lieu à des échanges de conversations assez étranges.

     

    De : Sonia et ses amis

    A : la Dame qui pratique les Démaraboutages

    Objet : Démaudissure.

    Bonjour Madame,

    Alors voilà, on voudrait juste savoir :

    - Notre copine elle doit se frotter tout le corps au gros sel gris. Mais qu'en est-il des cheveux ?

    Nan passque j'veux dire, les cheveux c'est imprégné de poisse aussi non ? Donc, elle doit aussi tremper sa tête nous présumons... 

    Par ailleurs, pourriez-vous nous indiquer quelle dose de sel faut-il ? 

    Merci Madame.

     

    Bien à vous.

    Cordialement.

     

     

    De la Dame qui pratique les Démaraboutages

    A : Sonia et ses amis

    - Juste le corps ce sera très bien, et amplement suffisant.

    Pas les cheveux, elle risque de les abimer... 

    Pour la dose : une grosse poignée.

     

     

    Nous :

    - Devons-nous assister au bain ?


     

    Elle :

    - Vous êtes malades ? 

    Enfin... Si ça ne dérange pas votre amie, c'est elle qui voit... 

    PS : j'imagine bien la nana qui trempe, et 3 filles à-côté en train de regarder, avec un Cubi pour passer le temps. 


     

    Nous :

    - Bonjour Madame, c'est encore nous (les chieuses).

    Est-ce que notre amie peut prendre genre du sel gris mais fin ?

    Elle dit qu'ya pas de gros sel au Monop'.

    Pis le gros sel finalement ça fond et ça devient fin aussi non ? 

    Et la photo de notre amie, faut vous l'envoyer avant, pendant ou après le bain ?

     

     

     

    Elle :

    - Nan. C'est du gros sel qu'y faut. C'est important. 

    Une photo d'elle normale et en vacances (habillée), ce sera très bien. C'est une fixette chez vous de vouloir la regarder pendant son bain...

    Vous fumez quelque chose de particulier sinon ?

     

     

    Nous :

    - Bonjour Madame, ne supprimez pas ce mail, on a juste une petite question :

    L'eau du bain où se frotter au gros sel, elle doit être à une température spéciale ?

    Sinon, combien de temps doit-elle rester dans le bain ?

     

     

    Elle :

    - Non. Température d'un bain normal. Et durée d'un bain classique, selon son envie...

     

     

     

    La Dame elle a été super patiente tu sais... 

     

     

    19756960.jpg

     

     

    A la base, nous on voulait quelque chose de soft tu vois.

    Nan passque dès le départ, quand on a décidé de faire ce truc, on a déclaré : ah mais j'vous préviens, il est hors de question qu'on nous demande d'aller faire des trucs bizarres avec un poulet, ou de chanter toute nue dans la forêt un soir de pleine lune, hein !

     

    Ce à quoi, une amie, souhaitant conserver l'anonymat, a répondu : faut pas être hostile... Le poulet on le mange.

     

    Ce à quoi, une autre amie, souhaitant également conserver l'anonymat, a rétorqué : oui, surtout qu'il faut attendre 24h avant de manger le poulet...

    On lui a fait les gros yeux, et on y a demandé : ben comment tu sais ça toi ?

    Elle a dit : je préfère pas en parler...

     

    Toujours est-il que ça va, on n'a pas touché à un quelconque poulet (de la Magie Blanche que ça s'appelle).

     

    Ensuite, une fois que notre coupine s'est frottée au gros sel, la Dame elle a demandé sa photo et a dit des tas de trucs bizarres dans une langue forestière.

    Elle a aussi fait brûler une bougie.

    Pis elle a redit des trucs bizarres.

     

    Ensuite, not' coupine elle a du conserver sur elle une pierre étrange que je me rappelle plus le nom.

     

    Ben crois-moi, crois-moi pas : plus de poisse !

    Pfiout, envolée la maudissure !!!

     

    On sait pas trop ce qui s'est passé.

    Mais toujours est-il qu'aujourd'hui : ben il se passe plus rien dans sa laïfe (et c'est drôlement mieux comme ça moi je dis).

     

    Et son nouveau compteur électrique il lui cause plus (c'est toujours ça de pris). 

     

     

    baguette magique.gif

  • Comment j'me sens bien détendue dans n'importe quel milieu.

    Ces temps-ci, je sors beaucoup et je vois plein de gens différents.

    Et j'en arrive donc à la conclusion qui donne le titre de cette note (ce qui est super intelligent, mais en même temps c'est pas comme si je racontais souvent des trucs intelligents).

     

    Alors voici donc par exemple, ce que j'ai retenu :

     

     

     

    1°) Ambiance : La Vérité si je mens.

     

    Ma coupine Vanessa (celle qui m'a faite marraine de son fils ya 10 ans) elle m'a emmenée dans une Synagogue.

    J'y étais déjà allé pour le mariage de la fille de mon dentiste (ouais, chuis comme ça moi, mon dentiste m'invite aux épousailles de sa fille, mais ça c'est parce que je crois que secrètement il compte me refourguer son fils...).

    La première fois que j'y suis rentré (dans la Synagogue), j'ai essayé de tout bien faire comme il faut, c'est-à-dire : pas parler trop fort, et rester bien sagement assise avec les dames (ouais, les Madames et les Monsieurs sont pas ensemble passque c'est pas correct).

    La seconde fois, j'étais donc déjà brieffée à pas trop faire de gaffes.

    Sauf que là, c'était un peu différent vu que j'avais l'impression d'être à Hollywood !

    Rapport au fait que si tu portais pas un chapeau, tu pouvais attendre à te faire répudier de la fête (c'était une Bar Mitzva en fait).

     

     

    la-verite-si-je-mens-02-04-1997-50-g.jpg

     

    Tata de Vanessa : Vanessaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa ! Ma fille, t'es là ! Mais la vérité, t'as grossi ! C'est qui ta copine ? Elle est Juive ?

    Moi : euh, non... Désolée hein... Chuis juste invitée par vot' nièce. Bonjour.

    Autre Tata de Vanessa : Vanessaaaaaaaaaaaaaaa ! Viens ici dire Bonjour à ton cousin Alfred !

    Vanessa hyper motivée : oui oui, j'arrive...

    Encore une Tata de Vanessa (je sais toujours pas combien elle en a en fait) : Vanessaaaaaaaaaaaa arrête de faire l'andouille et viens ici ET VIENS DIRE BONJOUR A TON COUSIN ALFRED !

    Vanessa à moi : j'te jure, j'ai qu'une envie c'est de me barrer...

    Tata de Vanessa : t'aurais pu mettre du rouge à lèvres, là on dirait que t'es morte ! Et pourquoi elle parle pas ta copine ?

    Moi : parce que vous me faites peur... Je veux pas trop déranger...

     

     

     

    2°) Ambiance : Couscous-Boulettes

     

    Là, c'est chez moi comme là-bas en Afrique. Donc, normalement j'ai l'habitude.

     

    Le dress-code c'est qu'y faut porter des choses avec des couleurs (rose c'est mieux) et des paillettes (obligatoire).

    Alors c'est pas trop différent de l'ambiance au-dessus dans la mesure où les gens ils parlent aussi très fort (c'est mieux). 

     

    youyous.jpg

     

    Et moi ce que j'aime bien dans les mariages, ce sont les youyous !

    NDLR : c'est un genre de cri qu'on fait en mettant sa main devant sa bouche.

     

     

    Et là, j'ai appris un truc incroyable (tiens-toi bien) : ya des Youyous différents en fonction de la région d'où l'on vient !

     

    Ya des Youyous qui durent super longtemps.

    Ya des Youyous qui sont cadencés (ça c'est super impressionnant).

    Et y en a d'autres qui sont pas pareils (mais j'ai pas tout compris vu que j'ai un cerveau dans le genre limité).

     

     

     

     

    3°) Ambiance : Afrique.

     

     

    Ben mes z'enfants, j'ai cru que j'allais pas pouvoir repartir !

    Ya un moment où je ne sais toujours pas comment, je me suis retrouvée entre 4 magnifiques dames en boubous.

    Elles voulaient pas me laisser sortir de leur cercle, vu qu'il était question qu'éventuellement je me marie avec l'un de leur fils (avec photo et tout).

     

     

    guinée.jpg

     

    Ensuite j'ai mangé un truc absolument délicieux et bien pimenté comme j'aime.

    Pis je suis retournée leur causer, et je sais toujours pas pourquoi, mais il semblerait que mon haleine fétide et chargée les ai finalement fait abandonner toute vélléité d'épousailles...

     

     

     

     

     

    4°) Ambiance : feutrée.

     

    Lieu : hôtel particulier sur l'Île Saint-Louis (que si t'as pas une carte, tu te perds !).

    Décor : Dîner dans le grand monde.

     

    La première fois que je suis rentrée dans ce "domaine", ya une gentille dame qui m'a ouvert la (grande) porte.

    Je pensais que c'était la maman de ma coupine, alors je lui ai fait la bise.

    Mais en fait c'était une Madame qui était juste chargée de prendre mon manteau...

     

    Ensuite, l'on m'a introduite (si je puis dire) dans le petit salon (qui faisait la taille d'un stade de foot) afin que nous y prenions l'apéritif.

    Là, on nous a apporté un Nabuchodonosore de Champagne que jamais j'en avais goûté un aussi fabuleux de ma laïfe.

    Avec, il y avait de l'apéritif (et c'était pas des Curly...). Des trucs à grignoter qui fondent tous seuls dans la bouche.

     

     

    Et ensuite, ben ensuite : ça a été une succession de boulettes de ma part. Exemple :

     

    Moi, m'extasiant sur un gros tableau coloré : rhooo c'est beau cette toile !

    Le Monsieur des lieux : oui, c'est un Sonia Delaunay.

    Moi : ah, Sonia comme moi ! Quand j'étais p'tite j'allais à l'école Sonia Delaunay, mais je savais pas qu'elle était peintre.

     

     

    Moi : Monsieur, je dois dire que votre vin rouge est absolument délicieux !

    Le Monsieur des lieux : oui, il est vrai Sonia... C'est un vin, disons... Très intéressant.

     

     

     

    Après, faut passer à la salle à manger (qui cette fois-ci est grande comme une piscine olympique).

     

    Là, ya un Monsieur en gants blancs qui fait le service et tout.

    Il passe derrière toi avec le plat et faut que tu te serves avec des couverts en argent, que s'ils tombent sur toi : tu meurs.

    Evidemment, je savais pas comment qu'il fallait doser.

    Evidemment, j'ai fait tomber des trucs vu que je mange comme un cochon.

     

    Et j'peux te dire que si ya bien un truc que j'ai regretté de ne pouvoir faire, c'était : saucer mon assiette avec un bout de pain ! (c'était une viande appartenant à une bestiole dont j'avais jamais entendu parler et dont j'ai même pas retenu le nom).

     

    Et la soupe rose ? T'as déjà mangé de la soupe rose ? Tuerie ! Le lendemain, tu fais pipi rose c'est trop mignon.

     

    A la fin du repas, faut passer dans le boudoir afin de prendre le digestif avec des chocolats.

     

    Et chuis rentrée chez moi toute bourrée en chantant "La P'tite Huguette" (je n'oublie jamais mes origines provinciales, et à Beauvais là-bas dans l'Oise, j'ai été élevée avec des chansons paillardes dans les salles des fêtes communales).

    NB : les gens présents avec moi au dîner (qui est organisé tous les 3 mois) lisent ce Blog et je sais que ça va les amuser ;) 

     

     

     

     

  • J'ai testé pour toi : l'Art Contemporain.

    Gens, je viens de vivre une expérience étrange et pénétrante et faut que je vous la fasse partager.

     

    J'ai toujours été une grosse nouillasse niveau Art.

    Le seul moyen que j'ai trouvé pour me donner un semblant de culture en la matière, c'est d'aller lire le Blog de ma coupine La Vie en Rouge (et elle a du boulot avec moi, mais elle est très très patiente).

     

    En fait, niveau Art, je ne connais que 2 choses :

     

     

    tumblr_lcgxj2wBN41qa70eyo1_1280.jpg

    Pierre & Gilles

     

     

     

     

     

     

    chemiakin-mihail-carnival-figures.jpg

    Mihail Chemiakin

    (que tout ce qu'il fait ça me bouleverse. Surtout ses immenses statues en bronze).

     

     

     

    Pour le reste : c'est le vide astral et le néant.

     

     

     

    Histoire de m'apprendre un peu plus de trucs, on m'a donc emmenée voir une "performance artistique". Un "Happening" que ça s'appelle...

    Là, j'ai rien compris...

     

    Ambiance : artistes underground de la scène parisienne.

     

    Y avait : une rue.

    Dans la rue : une boutique avec des machines à laver dedans (on dit "un Lavomatic" normalement).

    Et l'artiste (on appelle ça une "performeuse") elle faisait une lessive.

    Et ça avait l'air très très interessant car y avait un tas de gens qui regardaient.

     

    Ensuite, la dame-artiste, elle a enlevé le linge de la machine à laver (et tout le monde a applaudit).

    Et après, elle a fait un truc incroyable : elle n'a pas fait sécher le linge.

     

    Elle a accroché des fils dans la rue (au-dessus des voitures toussa).

    Et elle a étendu le linge dessus (même les slips).

    Et tout le monde a encore applaudit (et moi avec, car il paraît que c'était génial et tout).

     

    Ensuite, comme les chanteurs dans les concerts, elle a lancé un baril de lessive dans la foule en délire, et tout le monde s'est jeté dessus pour le récupérer (je crois qu'après elle l'a dédicacé et tout).

     

     

    Les gens dans les voitures ils avaient pas l'air contents du tout (paraît que justement c'est ça qu'était bien).

     

    On m'a esspliqué que c'était génial passque "ça démontrait que l'être faisait fi des barrières sociales et sortait du politiquement correct et du confinement de son habitat, du confort social etc..." (j'ai rien compris). 

     

     

    Paraît que la dame elle gagne des sous comme ça (respect)...

     

     

     


  • Comment j'ai tiré sur un gosse, et même pas j'ai eu honte...

    Dans mon stage de Punkitude, il a été admis une chose essentielle : je suis trop snob.

    Il fallait donc me décoincer et me faire faire des trucs sales (histoire de me rendre moins précieuse).

     

    Là, j'ai mourru...

    Tu comprends, j'en suis actuellement à un stade où s'il était possible de manger un sandwich avec un couteau et une fourchette, ce serait volontiers ! Tu conviendras que l'on part de loin hein...

     

    Et ben tu sais ce qu'ils m'ont fait faire ???

     

    On m'a emmenée dans un grand tunnel tout noir pour que je me perde, et qu'on ne me retrouve jamais.

     

    En fait, on m'a trainée LA :

     

     

    labyrinth-lasermaxx.jpg

     

     

    Le Laser Maxx que ça s'appelle !

     

    Le concept c'est de se mettre un gros harnais clignotant sur les épaules, et d'aller courir connement dans un labyrinthe de 700 m² pour tuer des gens.

     

    Sympa hein ?

     

    Alors, déjà tu arrives dans cette pièce où c'est que tu dois choisir ton harnais.

     

    sas-lasermaxx-metz.jpg

     

     

    Moi j'ai pris celui où c'est qu'y avait marqué "Albator".

     

    Une fois que tu l'attaches sur toi, il se met à clignoter en violet fluo (avec des cibles et tout) et tu détaches le pistolet qui y est accroché.

    Ensuite, on te lache dans le labyrinthe et faut viser les gens avec le truc qui fait du laser.

    Le but c'est simple : quand tu tues quelqu'un, il s'éteint et tu le vois plus.

    Il se rallume au bout de 3 secondes et après c'est lui qui peut te tuer.

    Donc toi qu'est-ce que tu fais : et ben tu te barres en courant !

     

    Au départ, on a du décider de si on faisait un genre d'alliance par équipe.

    Moi j'ai dit que je voyais pas la tête des gens dans le noir, et que j'étais donc capable de tirer aussi sur des gens de mon équipe.

    Donc on a fait chacun pour sa gueule et pas de quartier !

     

     

    02052011415.jpeg

    Note comme j'ai trop l'air méchante en fait !


     

     

    Y avait juste un seul problème : Eve avait emmené 2 de ses gosses, celle de 8 ans et çui de 5 ans.

    Et des gosses harnachés dans le noir avec des trucs fluos, ben ça fait comme si tu voyais courir plein de R2-D2 devant toi en fait...

     

    Et un enfant c'est faible, et ça a pas toujours compris comment tuer les autres gens !

    Ce dont les aut' gens (comme moi) profitent aisément... Vu que plus tu tues de gens, plus tu marques de points.

     

     

    Ca a donc donné lieu à des dialogues surréalistes.

    Exemple : à un moment, le grumeau d'Eve est tombé et s'est mis à pleurer.

    Moi je suis arrivée en courant et j'en ai profité pour tirer dessus !

    Eve m'a dit : mais t'as pas honte de tirer sur un gosse à terre ?

    J'ai répondu : Non. Et tiens, prends ça aussi toi !

    Eve elle a hurlé : Mais tu m'as tuée là ? PUTE !!!

     

    Et je me suis barrée.

     

    Ensuite, je l'ai retrouvée plus tard et elle me dit : viens, on fait une sorte d'alliance !

    Moi : Nan. Tiens, prends ça !

    Elle : PUTE !!!

     

    Et je me suis barrée.

     

     

    Autre exemple de dialogue surréaliste.

    Cette fois-ci, c'était à cause d'un truc incongru, qui, à la base, n'avait absolument rien à faire dans le labyrinthe : "Mafalda", le chien d'Eve.

    Comment ce chien s'est retrouvé là ? Aucune idée !

    Comment j'en suis arrivée à shooter dedans ?

    Toujours aucune idée.

    Eve qui me dit : mais t'es rentrée dans mon chien !

    Moi : c'est de sa faute, on la voit pas dans le noir ! Elle n'avait qu'a mettre un harnais comme tout le monde.

     

     

    A un moment, j'ai même croisé le futur mari d'Eve avec leur bébé dans les bras (même que vu qu'il ne bougeait pas, au début j'ai cru que c'était un hologramme). Mais à mon grand regret, j'ai pas pu leur tirer dessus car aucun ne portait de harnais...

     

     

    Résultat, tu sors de là toute transpirante et écumante, mais il n'empêche QUE :

     

    La Eve qui fait genre qu'il faut pas tirer sur ses gosses, oui ELLE.

    Et bien elle a gagné CAR elle a tiré 28 fois sur son propre môme !

    Oui M'sieurs-Dames...

    Honteux, n'est-il pas ?


     

    Cependant, il y a toujours une justice, car les Cieux l'ont punie en lui mettant une honte internationale !

    En fait, son bébé il a une manie : enlever sa couche en public et se promener tout nu en se tirant sur la nouille...

    Du coup, ya une dame qu'est venue nous demander : excusez-moi, est-ce que l'enfant qui court cul à l'air est le votre ?

    Nous on a répondu : nan, on le connaît pas, on l'a jamais vu...

     


     

    Et moi je suis arrivée 6ème au classement, parce que je me suis faite tirer dessus par un Punk...

    En fait, je crois qu'il a voulu se venger passque quand je suis allée chez "Patrice Coiffure" à Metz, le salon où ya pas un seul moche (40€ le shampoing-coupe-soin-brushing, que du bonheur !), je lui ai demandé de s'occuper de Maya de Bencouscous...

    Quand il me l'a ramenée, j'ai lu la haine dans son regard ;)

    Oui, c'est donc bien là que le concept de "Punk à Chien" peut parfaitement s'appliquer !

     

     

    laser maxx.JPG

    Ca, c'est la fiche du dit-Punk qui, notez, est arrivé 2ème car il a tiré 17 fois sur Spiderman

    (le gosse d'Eve).


     

     

    Au final, c'était vraiment super ce séjour, ya encore tellement de choses à explorer, et sachant que je dois continuer mon stage de rebelle, et bien : j'y serai encore toute la semaine prochaine !

    Comme prétexte, j'ai dit qu'il fallait que je mette une mine au cousin d'Eve (çui qui normalement chante de l'Opéra).

    Pis aussi, z'ont essayé de m'initier au Jeu de Rôle (un truc qui s'appelle "Talisman") : j'ai rien compris, alors j'ai demandé à tenir la banque...

    Au final, ils ont arrêté car Eve a dit : v'nez on arrête, et on raconte de la merde ! (sauf que les garçons ils aiment pas trop bitcher comme les filles).

    Du coup, on est allé fumer des clopes dans l'abattoir (ouais, chez Eve ya un abattoir dans sa maison, avec les crochets, la porte de la chambre froide et tout, et on compte y tourner un snuff-movie).

    C'est là qu'on a regardé les anciennes cabanes à poules dans le jardin et Eve a déclaré que la veille, comme elle s'emmerdait, vers 1h du matin elle avait commandé 2 chèvres sur Internet, et même qu'elle va les appeler "Véronique et Davina".


     

    Punk is not dead moi je dis !