Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Moi, ma vie, mon oeuvre et mes z'amis - Page 6

  • Une Pintade, une Courge et une Gourdasse font du Bricolage...

    Arrivées chez Lareine-Merlin, avec seulement 1 heure de retard et aucun moyen de prévenir cette coucouille de Nama, on l'a trouvée sagement assise comme une reine au rayon carrelage.

    Quand je dis "assise", elle était assise SUR un tas de carrelage.

    Toujours très classe, digne et égale à elle-même : robe avec nénés débordants, jambes croisées, bas couture avec porte-jarretelles, talons, et frange Betty Page. Tenue tout à fait idéale et adaptée au samedi courses chez Brico... Tu sais, quand ya des gens qui portent plutôt un survêtement et qui ont oublié de se laver sous les bras le matin...

    Surtout que Nath et moi on sortait de l'ascenseur où c'est qu'y avait très élégamment écrit : fuck la race de ta mère par la bouche...

    Sur ce merveilleux langage fleuri, on a cueilli la Nama sur son tas de carrelage qu'on aurait cru que c'était la putasse du coin, et on a essayé de chercher de quoi remplacer mes carreaux de douche pétés par Monsieur Ramirech'.

     

    Et visiblement on a eu beau chercher, on a jamais trouvé.

     

    Le vendeur il avait du passer sa nuit au Queen passqu'il en avait rien à carrer de nous autres gonzesses, et surtout du fait que mon carrelage à moi il était "légèrement grainé, dans les tons anthracites avec une pointe de bleuté dedans, mais en mat, pas en brillant"...

    Jamais j'ai retrouvé le même.

     

    Je me suis assise sur un bidet en pleurnichant : bouhhhhh, ma douche est défigurée à jamais, ya pu le carrelage qui va dedans, je veux mourir !

     

    C'est là que Nath, qui était en train de jouer les sirènes comme dans Alerte à Malibu en se regardant dans tous les miroirs, a eu une idée de génie : ben tu sais quoi Soso ? A la place des carreaux, on va mettre des galets ! C'est beau les galets nan ?

     

    J'ai téléphoné au Cousin Mimine pour savoir ce qu'il en pensait, mais il était en train de discuter avec sa colombe et apparemment je le dérangeait.

    Ouais, le Cousin Mimine a des discussions passionnées avec sa colombe. A-priori, il lui parle et elle lui répond. On a beau lui dire que ces oiseaux là c'est pas comme des perroquets, en principe ça cause pas. Et ben il répond que nan, nous on est qu'une bande de nazes et qu'on comprend rien à la zoologie...

     

    Bref.

     

    On a été voir les galets.

     

    J'ai regardé le prix et j'ai demandé : meuh ya un zéro en trop nan ?

    Nath et Nama elles ont dit que c'était grave cher.

     

    J'ai répondu que psychologiquement il était hors de question que je paye aussi cher pour des simples et bêtes cailloux, que tout ça c'était un complot et rien qu'une vaste enculerie intergalactique !

     

    Nath et Nama elles ont répondu que j'avais pas le choix, et qu'à moins d'aller faire un aller-retour au Tréport, il fallait les acheter là maintenant tout de suite !

     

    Chuis retournée m'asseoir sur le bidet en braillant que nan c'était pas possib', et que chez Bricobordel ils rigolaient des genoux, et qu'ils se touchaient gravement et tout !

     

    C'est là que Nath elle a pensé qu'il fallait pas trop me contrarier.

     

    Elle a pris une boite de galets.

     

    Et dedans, elle a a fourré 3 plaques d'autres galets qu'avaient pu de boites...

     

    J'ai dit : meuh nan ! Nath c'est de la volerie ! On peut pas faire ça !

     

    Nath, vu qu'elle bosse avec des pauvres, elle trouve toujours des solutions pratiques et elle m'a dit de me taire et de retourner m'asseoir sur mon bidet pendant qu'elle et Nama fourraient les galets dans des boites.

     

    10 minutes plus tard, y avait pu un seul galet dans le rayon.

     

     

    Mais moi j'avais juste 4 grosses bouates dans mon caddie.

     

    Ensuite, chuis allé reprendre mes esprits en m'allongeant dans un caisson à UV que même pas il était branché, mais que je croyais que la luminothérapie allait me faire oublier LE MAL...

     

    Nath elle a pris mon caddie et arrivée en caisse elle a dit d'un ton autoritaire : faut qu'on trouve une caissière blonde ! C'est très important.

     

    Je précise que Nath elle-même est blonde ! Ceci est de l'auto-dérision.

     

    On a trouvé une caissière blonde qu'avait l'air un peu radasse.

    Et Nama et Nath elles ont pris les bouates de galets en présentant sagement les codes-barres pour aider la caissière qui les a trouvées drôlement gentilles et serviables, et que même pas elle s'est rendue compte que les bouates elles pesaient suspectement lourd et qu'elles étaient remplies jusqu'à la gueule...

     

    On a repris l'ascenseur où c'est qu'ya avait juste marqué cette fois : ta mère est une putte (oui, avec 2 "T" c'est mieux).

     

    Et j'ai juste pensé à la France et au pouvoir d'achat en me remettant du gloss de grande marque...

     

    Ben quoi ? Faut faire des choix dans la laïfe nan ?

     

    EDIT DE 23H20 : Photo de ma douche actuelle.

     

    CIMG0168.JPG

     

     

     

     

  • Clip-maison par Ludivine Van de Spock

    Bon, ya cette gourdasse de Ludivine Van de Spock (Belge comme son nom l'indique) qui m'a très gentiment demandé de buzzer sa création-maison ci-dessous.

    J'avoue que ça m'a beaucoup fait rigouler !

    Et surtout, ya une superbe créature à moitié nue, qui ne sait absolument pas chanter, mais on lui en veut pas car il est tout bonnement divin !

    Dommage qu'il nous fasse pas un strip-tease intégral... Soupir...

    Pis habillé en marin vers la fin, moi j'en peux plus tellement j'ai chaud dans le dedans de moi-même ! Pourquoi qu'y en a pas dans les rues de Paris des types comme ça hein ???

    Ludivine-chérie, t'as beau être un garçon plus que sensible, sache que je kiffe grave tes jambes...

     


     
                      
    NB : si vous avez des réflexions désagréables et politisées, merci de les garder pour vous.
    Ceci est du Second Degré !
                    
    N'hésitez pas à relayer cette information de la plus haute importance...
       
  • Aidez-moi à les départager !

     

     EDIT :

    LA GAGNANTE DE LA SOURIS ROSE KITCH EST

    CONNASSEEE !!!

     

     

                                            

     

    Nan passque vraiment là je sais pas...

    Ya des cas de loose vraiment géniaux nan ?

    Soyez pas vexé si vous êtes pas dans la sélection finale ! Vraiment c'était difficile de faire un choix.

    Il ne doit en rester qu'1 seul sur ces 12 cas !

    Et c'est 1 seul Vote par personne, merci...

     

     

    C'était lors d'un joli moi de septembre. Je promenais mon nain au parc.
    Tout à coup, au loin, un visage m'est familier ... Mon mari me reproche tout le temps de ne pas calculer nos connaissances respectives dans la rue, de ne pas les saluer et m'engueule régulièrement ... C'est pas ma faute, souvent j'ai la tête ailleurs !
    Pour dire un jour au supermarché, j'ai pesé mes bananes à côté de ma mère, sans la reconnaître ... elle était sur les fesses !
    Bref, revenons à nos endives au gratin, j'étais donc au parc et là, je me dis intérieurement que je vais mettre un point d'honneur à saluer la personne comme une gente dame.
    Je reconnais en fait vaguement une ancienne collègue de mon mari, avec qui on avait fait une soirée boulot. Elle se rapproche, me sourit, bingo, c'est bien elle.
    Je m'approche à mon tour, je lui claque la bise et là, je lis comme une stupeur étrange sur son visage. Je sors trois banalités, elle me répond, je descend mes yeux et je vois qu'elle pousse une gamine sur un vélo, je réfléchis : je ne connais personne qui a une enfant de cet âge. Je prends congé dignement et je m'éloigne ... piteuse ...


    Putain, mais à qui donc ai-je claqué la bise comme si je la connaissais depuis les calendes grecques et qu'on avait gardé les marsupilamis ensemble ????? Mon front commence à perler de sueur, je me concentre ... je commence à sentir les terribles affres de la honte m'envahir, le rouge me monte aux joues ...

    BORDEL DE PUTAIN DE MOI-MËME : j'ai fait la bise à ma ....


    .......

    ......

    ........


    PHARMACIENNE !!!!!!!!!

    Voila, tu l'auras compris, j'ai du faire un détour de 5 kms pendant des années pour m'acheter ma crème hémorroidaire dans une autre pharmacie plutôt que dans celle qui était à 20m de chez moi ...

     


    Une autre, c'est cadeau c'est bonheur (mon fils avait 10 mois ... il a 6 ans maintenant ... bien c'est toujours aussi vif de honte).

    Je sors donc de mon appart avec mon sac à main, le sac de nounou de mon nain et mon fameux nain de 10kgs sur les bras. Bref, un bonheur, autant essayer gracieusement de porter 3 enclumes. Je rentre dans l'ascenseur tant bien que mal. Je soufflette comme un bovin qui aurait taquiné un 100m. Et ô rage, l'ascenceur stoppe au 4ème. Un voisin-ami rentre, me tape la bise et nous descendons. Au RDC, il sort et me souhaite une bonne journée, le sourire aux lèvres et en sortant, je m'aperçois que ma chemise sous le poids des divers balots que je me coltine, a cédé au niveau du poitrail !!!!!!
    Je me retrouve donc à 8 heures du mat', dans le couloir de ma résidence, les nichons à l'air et les bras pris.

    La vie est une pute qui pue des pieds parfois !

    @UAL

     

     

     

    Il y a bien longtemps, une éternité, quand j'étais étudiante, on se faisait souvent refouler des boîtes de nuit lyonnaises, parce que mes copines et moi avions l'air trop jeunes (et avec le recul, soyons honnêtes, nous l'étions, trop jeunes).

    Un soir, je décide de mettre le paquet, histoire de mettre toutes nos chances de notre côté face au physio. Pantalon blanc moulant, mules noires avec des talons immenses (oui, en 1997, c'était à la mode les mules) alors que je mesure déjà 1m76, là je culminais à 1m86 je pense, haut noir largement décolleté, et bien entendu, un bon platrage du visage, rimmel en grosses couches, rouge à lèvre carmin, la TOTALE.

    On arrive devant l'objet de notre convoitise, la boîte de night, et on s'enfile dans la queue (c'est une image). Lorsque nous nous présentons devant le physio, ils toise le groupe de minettes, et comme d'hab' fait non de la tête. Puis il m'aperçoit, et semble changer d'avis. Et là, devant mes meilleurs amies, en me désignant du menton, il sort : "Nan, les filles, vous vous rentrez pas, par contre, le trav', là bas au fond, il peut".

    Autant dire, te faire traiter de travelo, à 18 ans, et avec tout le respect que je porte à ces personnes, devant toutes tes amies, c'est le genre d'humiliation dont tu te remets difficile. Par contre, depuis, j'y vais mollo sur le maquillage .... :D

    SASA LA LOUTE

     

     

     

    Moment de loose totale. J'avais préparé ma liste de questions pour l'interview de Rupert Everett, et j'avais ajouté une connerie entre parenthèses à l'usage exclusif de mon collègue journaliste, qu'il le lise avant, une joke entre lui et moi. Ca donnait ça :

    - Rupert, vous croyez encore à l'amour  ? (après tout ce que vous avez sucé)

    Je pose la question à Rupert, il réfléchit, répond et, alors que j'enchaîne, s'empare de ma feuille en la lisant lui-même...
    - Mais qu'est-ce que vous avez écrit en tout petit, voyons, je ne vois pas de là ? "...Après tout ce que j'ai sucé"... Oye... Charmant, merci. La grande classe, Ron.

    Et il me fixe froidement de son regard sublime, me carbonisant en un instant. Je deviens rouge pivoine, bredouille et renverse mon Coca partout. Je classe ce moment number two dans le top 5 des plus grandes hontes de ma vie.

    SHAME SHAME SHAME !

    RON L'INFIRMIER

     

     

    Tiens j'en ai deux autres c'est cadeau, Pierre richard et mon père Biologique...

    1/ Je me fais embaucher dans une grosse boite de pub, j'ai 19 ans,  le patron est un pseudo mafieux qui gère ses salariés d'une main de fer.
    Au boulot nous avons deux WC l'un pour les hommes, l'autre pour les dames.
    Celui des dames étant en panne nous devons aller chez les hommes, entre midi et deux pauses-pipi obligatoire, j'ai la vessie sur le point d'exploser.
    J'ouvre la porte et une odeur nauséabonde s'en échappe, quelqu'un y avais fait la grosse commission.
    Pas d'autres WC dispo pour cause de travaux et je vais me pisser dessus, donc je rentre en apnée et en ressort à peine 2 mns plus tard exténuée car je suis asthmatique, l'apnée n'est pas pour moi.
    Devant moi Big boss qui va au petit coin, je suis médusée de terreur, il va croire que je fais popo pendant la pause déj au bureau!
    J'ai bredouillé nerveusement "c'est pas moi, promis c'est pas moi" et suis partie.
    Je pense que pendant les deux ans de mon contrat il a du m'appeler pause caca !


    2/ Toujours dans cette même boite, gros budget, réunion au sommet le matin à l'aube, panne de métro je suis en retard, je cours de toutes mes forces, le métro sonne les portes vont se fermer.
    Je cours de plus belle et saute dans la rame, mon escarpin reste sur le quai...
    Je bossais au milieu de nul part et il était 6h30 du matin, impossible de m'acheter une paire de chaussures.
    Qui a été en réunion pieds nus ?

    GLAMAZONE

     

     

    Je suis le roi de la boulette et je passe mon temps à les raconter sur mon propre blog, alors honnêtement je vois pas trop laquelle choisir...

    Sinon, depuis, il y a aussi eu le premier jour de boulot où je me suis gouré de porte en allant à la compta, et où j'ai demandé de ma plus angélique voix à mon PDG: "Hmm, c'est pas ici les tickets restos?"...

    VINSH

     

     

    Sinon l'histoire que j'ai hésité à te raconter, c'est que je suis banni du Queen.... Enfin c'est volontaire. Disons que je ne bois jamais et une fois je me suis laché (tiens la encore) et apparemment le lendemain on m'a raconté que je me suis mis sur les tables, torse nu et en boxer que j'étais SHAKIRA et BEYONCE, et je dansais comme elles....

    A ce qu'il paraît j'ai un super déhanché...

    NIKHOLAS

     

     

     

    Bon moi la plus grande honte est la suivante (je ne l'ai jamais racontéeeeee)

    Dans mes périodes je me prends pour une bombe et je veux ressembler à une star du RNB, je m'habillais et me coiffais un peu n'importe comment!
    Dans ces conditions je rencontre un mec, mais vraiment la bombe sexuelle de la fac !
    On se tourne autour, j'arrive à le séduire et on se donne rendez vous un soir pour faire connaissance en profondeur....
    Je passe la journée à réfléchir comment je vais m'habiller et surtout comment me coiffer !
    j'avais les cheveux dans un état lamentable et je voulais coûte que coûte ressembler à Left Eye des TLC et pas de coiffeur en vue !
    J'opte pour une solution radicale et je me sens fin prête pour la soirée !

    Du coup pendant tout le repas je souriais bêtement et n'avais quune hate paser à l'acte enfin !
    Une fois chez lui dans une position très hot (je vous passe les détails) et après moults embrassades et autres je vois monsieur qui se fige et me regarde d'un air surpris !

    Je ne comprends pas !

    je mets ça sur le coup de l'excitation !

    Quand voyant que je ne comprends pas ce qui se passait il me dit "je crois que tu as perdu quelque chose ! regarde sur le lit !"

    Et qu'est ce quil y'avait là devant moi sous les yeux de moi

    Ma perruque !

    Eh oui pour ressembler à Left Eye j'avais mis une perruque pour me la jouer femme fatale ! sauf que ben la perruque n'est pas recommandée pour des situations hotesques comme ça !

    Du coup je me suis retrouvée con avec mes collants sur ma tête (pour retenir mes vrais cheveux) et complètement à poil !!

    Je vous laisse imaginer la scène !!

    Honte mais quelle honte

    CONNASSEEE

     

     

    En même temps les deux verges, c'était juste en face de moi la première fois qu'on se rencontrait...t'aurais-je autant aimée si tu ne m'avais pas sorti ça pour ensuite partir dans un fou rire grandiose et te moucher dans ta serviette (en tissu !!!) au restaurant ???
    On ne le saura jamais !

    Sinon c'est un peu ma spécialité les grandes hontes comme ça, mais là je ne me souviens pas de tout, enfin quand même l'autre jour dans la rue je vois une vieille connaissance avec sa mère et deux autres mecs, devant une boutique de meuble en train de charger des trucs dans la voiture, je fais la bise à tout ce petit monde en demandant à chacun comment il va... Les deux mecs me regardent, l'air ahuri... C'étaient juste des vendeurs du magasin.

    Ah et puis hier aussi, j'allais récupérer ma voiture sur un parking gratuit, un charmant jeune homme en golf noire s'arrête à mon niveau, ouvre la fenêtre ''bonjour mademoiselle, excusez moi de vous demander ça comme ça mais... je peux vous suivre...''
    Moi, je m'offusque ''mais comment ça me suivre nan mais ça va pas la tête nan mais les gens c'est pas possible !''

    C'est alors qu'il ajoute ''vous suivre pour prendre votre place de parking.''

    AHEUM

    ELIIIIIIIISE

     

     

    La deuxième fois, encore plus honteuse, est très récente. L'autre jour, j'avais une pause entre deux cours. Comme il était midi, qu'il faisait froid et moche, je décide d'aller déjeuner au chaud dans un ciné. Confortablement installée dans le noir, je finis par déboutonner mon jean complètement pour être plus à l'aise (oui, je sais...)
    Au bout d'un moment le film se termine, je suis très contente, repue et heureuse.
    Quand la lumière se rallume, je me lève et m'étire longuement, largement, nonchalamment, en toute insouciance.
    Soudain, quelques rangées devant moi, un groupe de personnes tombe en arrêt. Je les entends faire "oh" en me voyant puis ils se mettent à pouffer.
    Et là, le souvenir horrible de ce que j'ai fait 2h plutôt s'insinue en moi : oui, j'avais la braguette grande ouverte, la culotte en goguette à la vue de tous.
    Je préfère même pas savoir ce qu'ils ont pensé. Je suis devenue aussi rouge que mon siège, me suis ratatinée sur celui-ci, pulvérisée de honte, et j'ai rassemblé trèèès lentement mes affaires histoire de laisser tout le monde sortir.


    Et oui, la classe incarnée.

    LIXUAN

     

     

    Ouais, le plus important c'est de conclure, après tout.


    Pour ce qui est du gagnage de la KitschyMouse, voilà la première anecdote qui me vient à l'esprit :

    Je donnais un cours individuel à un gars dans une société, pis il me demande un cd d'exercices. Je lui dit "à la fin du cours, venez avec moi jusqu'à ma wature, j'en ai peut-être un".

    On va jusqu'à la wature, donc, j'avais une caisse avec des livres et tout et tout pour mon cravail dans le coffre, et donc j'ouvre le coffre, on discute avec le gars, je prends le premier livre sur le dessus et commence à fouiller le coffre. On discute, et vu que je suis du genre à mouliner des bras quand je discute, je lui mouline le livre sous le nez pendant trois plombes. A un moment, je vois bien que je n'ai pas le cd dans le coffre. Alors je dis "bon, ben tant pis, vous en apporterai un au prochain cours alors". Et je me penche pour remettre le livre sur le dessus du coffre.


    Et là, je vois que ce livre, c'est un truc du genre "dynamisez votre baise-age" ou quelque chose du même acabit. Je suis restée quelques secondes la tête dans le coffre à espérer que la terre s'ouvre avant que je ne doive me relever. Est-ce que je dois dire la vérité ? Càd je ne sais pas du tout d'où vient ce livre, c'est po à moi, etc. Ou est-ce que c'est encore plus pathétique ? J'opte pour le fermage de gueule, me relève, et prend dignement congé.


    Les 40 heures de cours individuels ont été très dures pour moi. Le fait que mon cher et tendre actuel, 5 ans plus tard, bosse avec ce stagiaire, n'est pas pour arranger les choses. Je n'ai toujours pas osé aborder le sujet.



    Et pis, pour ne pas vous laisser sur le mystère de d'où que c'est donc qu'il venait ce livre, et ben c'est un pote à moi qui a un sens de l'humour exquis qui me l'avait "offert". A l'insu de mon plein gré.

    CHARISMA

     

     

     

    Il y a un an et demi, je suis avec mon amoureux de l'époque et il vient de se faire retirer son permis. Il habite dans une petite banlieue avec que des pavillons et le seul moyen de gagner le RER, c'est de prendre le car qui ne passe que toutes les 30 minutes. Ce matin la, il a des partiels alors quand le car passe sous notre nez il se met a courir et me crie d'en faire autant.
    Je cours donc... Avec mes nouvelles ballerines. Dans ma course je me retrouve sur un trottoir un peu boueux et décide dans une dernière envolée sauvage alors que je suis tout près du car, de sauter sur cette plaque en métal, là, qui à l'air toute propre. Histoire de ne pas salir mes nouvelles chaussures.
    J'ai glissé. Mon pied s'est tordu, je me suis étalée, la tête dans une poubelle que j'ai serrée très fort dans mes bras.
    Et là j'ai entendu : "Manon, lache cette poubelle, y'a le monsieur du car qui t'attends".
    Quand je suis rentrée dans le car en pleurant a moitié tellement j'avais mal, j'ai compris que tous les passagers avaient été témoins de la scène. Eux aussi, ils pleuraient à moitié. Mais de rire.


    Deuxième honte, à la même periode. Je fais un stage dans le journalisme. La chargée de prod' a un mignon petit chien qui m'adore. Je joue avec lui et sans faire exprès je lui fais mal. Le chien couine. La nana arrive et elle me regarde comme si j'étais un bourreau de chien.

    Je m'excuse auprès du chien en le caressant (oui), donc je suis penchée en avant "oh mon petit minounet, je suis désolée, t'as pas maaaal ?" et là, moment de solitude quand je me relève : je bave.
    Oui. Première fois depuis mes deux ans. Quand je me suis relevée, j'ai bien vu qu'elle avait vu. Là j'ai juste eu envie de disparaitre.

    MANONNN

     

     

     

    Du genre : en voulant dire bonjour à The Boss, je l'ai embrassé sur la bouche, il y avait 20 témoins et je précise qu'au boulot on se serre la main... Mon geste était de l'étourderie, j'étais morte de honte... la suite ? Ben je ne te dis pas les rumeurs !

    LENIA

     

     

     

     

  • Comment passer des dents de Bugs Bunny au plus beau râtelier de la place de Paris.

    Ya des années de celà, quand je n'étais pas encore un être de lumière destiné à sauver le monde, on m'appelait : DRACULETTE...

    A cause de mes dents.

    1713839514.jpg

    J'te situe :

    Tu mets des dents en vrac dans un shaker.

    Tu secoues bien comme il faut.

    Et t'as une idée de ma dentition de l'époque...

     

    Un charmant garçon avait même dit : Sonia, c'est pas des dents qu'elle a, c'est un décapsuleur...

    Vas vivre avec ça quand t'as 13 ans, toujours pas tes règles (donc pas de seins...), des lunettes en cul de bouteille, que tu dépasses tout le monde d'une bonne tête, et... les dents de Bugs Bunny.

    Et surtout, quand ta môman t'oblige à porter des knickers écossais !

    484634964.jpg
    Pendant longtemps, on m'a aussi demandé si j'étais la soeur de Tintin...

     

    Même que quand tu veux sortir avec un GRAND du Collège, tu t'entends répondre : Sonia ? Ah nan ! Elle a même pas de seins ! Trop la honte !

    Tu vas pas me croire, mais du jour au lendemain, mes seins ils ont poussé poussé poussé poussé pousséééééééééééééééééééé, jusqu'à ne plus jamais s'arrêter....

    Même que quand j'ai revu ce garçon l'an dernier à une réunion des Copains d'Avant, et ben il m'a dit en louchant sur mon décolleté : qu'est-ce qu'on peut dire comme conneuries quand on est jeune hein ?

    J'ai répondu, tout en me remettant du gloss : ouais, et qu'est-ce qu'on peut être couillon passé la trentaine ! J'te laisse. C'est pas tout ça, mais j'ai un protège-slip à changer...

     

     

    Tout ça pour revenir à mon problème dentaire.

     

    Une fois j'étais dans la cour de l'immeuble de ma mamie pour lui dire au revoir, car elle rentrait en Afrique. Ma mémé elle est comme les z'oiseaux migrateurs, tous les 6 mois elle va dans les pays chauds.


    Donc j'y dit pôliment, comme une très gentille petite-fille : bon wayage mamie et tout et tout... Tu sais, je vais acheter une wature ! La prochaine fois, c'est moi que je t'amène à l'aéroport !

    Et là, je souris fièrement de tout mon décapsuleur.

    Et ma mémé, la voix de la sagesse, répond : non. N'achète pas de voiture. Tu n'en as pas besoin à Paris... Refais plutôt tes dents. Sinon tu trouveras JAMAIS de mari ! Et quand tu trouveras un mari, lui il t'en achètera une de wature !

    Je suis rentré vexée comme un pou.

    En soupirant, j'ai continué à regarder les watures sur l'Internet... Et pis après j'ai tapé REDRESSER DES DENTS et j'ai vu CA :

    156800473.jpg
    C'est le magicien des dents qui pose ça...
    Même que comme il était assez sexy,
    il m'est parfois arrivé de lui lécher les doigts à travers ses gants en latex...
    Chuis rien qu'une 'tite vicieuse hein ?

     

    24911534.jpg

    Il transforme le râtelier de toutes les danseuses de l'Opéra d'ailleurs.

    Ouais, et j'ai même vu des gens connus dans son cabinet.

    Ils se cachent et tout... Mais ils y vont quand même...

     

    Donc j'y suis allé.

    Il m'a pris toutes mes z'économies ma race.

     

    1665102529.jpg

    Il m'a posé des rails de train (comme celles des gosses), mais dans le dedans de la bouche. C'qui fait que ça se voit pas, mais c'est pour ça que c'est cher.

    J'ai souffert pendant 4 ans à me faire recadenasser la bouche tous les mois.

    Et j'avais l'impression d'avoir une langue de veau toute épaisse... Les gens qui m'ont roulé des pelles à l'époque devaient avoir l'impression d'embrasser un boeuf, tellement c'était gonflé.

    Maintenant, je ne peux plus manger de caramel, de nougat ou croquer dans une pomme.

    Pendant 4 ans, j'ai zozoté en disant : Bonzour Zilles !

    Aujourd'hui, j'ai du mal à dire le mot "saucisson", car j'ai un fil de contention à vie...

     

    Et j'ai toujours pas de mari.

     

    Donc, j'ai quand même acheté une Smart, au lieu de sécher dans le grenier pendue par les pieds... La position de la chauve-souris, tu connais ?

     

    Mais rien n'est désespéré.

    J'hésite entre la Suède, et l'homme qui porte des robes mais qu'est pas pédé (et là elle s'excite la GW****A... Elle va encore envoyer des sms pour dire qu'elle est flattée d'être mise en avant ici.... 'tain elle me fatigue depuis des mois elle !).

     

    30826500.jpg
    hin hin hin.... Rire diabolique...

     

     

    Crédit photos orthodontie linguale : Copyright Anne

     

     

    Mes dents aujourd'hui :

    30826500.2.jpg
    J'ai pas de photos d'avant...
    Je souriais jamais...
  • La maison qu'était fermée de l'intérieur...

    Ma coupine Laurence et moi, ya quelques temps, pour oublier notre misère affective et le fait que quand le ouikend arrive, au lieu de faire le bonheur d'un n'hom, nous on squatte devant un dévédé, le pot de Ben & Jerry's à la main, on a décidé d'aller se murger la tête au bistrot.

    Nous avisons un bar à vins, ma foi bien sympatoche où que les serveurs y sont pas radins pour te remplir ton verre.

    Je précise que ça n'était pas le soir, mais vers l'heure du déjeuner.

     

    Ouais, c'est bon... Je sais que je finirai aux z'Alcooliques z'Anonymes !

     

    Bref, nous sortons de la taverne passablement éméchées et là on décide de retourner chez Laurence pour se regarder un film rigolo.

     

    Le problème ça a été : les clés de chez Laurence.

    D'où qu'elles sont ?

     

    Impossibles à retrouver.

     

    On est retournées au bistrot.

    Elles y étaient pas.

     

    Dans le sac à main.

    Elles y étaient pas non plus, les counnasses...

     

    Dans les popoches du manteau de Laurence.

    Y avait pas la queue d'une clé.

     

    C'est là que Laurence elle me dit en bavant : euh... J'crois qu'en fait j'me rappelle maintenant, hips ! Ya forte possibilité qu'elles soient SUR la porte de chez moi, mais évidemment, dans le dedans de ma maison...

    Moi, j'ai répondu : ben on fait comment aloooooors ? On appelle un serrurier ?

    Elle : ah nan hein ! Un ouikend, il va me prendre ma race ! Hips !

     

    Alors on est sorties mater le devant de l'immeuble, histoire de voir c'qu'on pouvait faire.

     

    Vu que Laurence habite au 4è étage, on a vite abandonné la lumineuse idée que je lui fasse la courte échelle.

     

    Pis, de toutes façons, bourrées comme on était, ça aurait pu être dangereux...

     

    C'est là qu'on a avisé un chantier de construction juste à-côté.

     

    Direct, chuis allée voir les Môssieurs casqués et je leur ai demandé : euh... Scusez-moi M'sieurs-Dames, vous auriez pas une échelle des fois ?

     

    Les Môssieurs ils ont rigolé et ils ont dit que nan, ils avaient pas d'échelle.

     

    Mais, chaipas si c'était l'alcool dans mon cerveau qui m'a fait avoir cette très brillante idée.

     

    Non je sais pas en fait...

     

    Tu sais ce qu'on a fait à Laurence ?

     

    Non, tu sais pas.

     

    Evidemment...

     

    Passque j'ai remarqué que même si y avait pas d'échelle, ben y avait quand même un autre truc de chantier vachement pratique...

     

     

    931317872.jpg
    Ca en fait !

     

    Mais pas une grue avec un truc qui soulève.

    Nan.

    Là, c'était une grue avec un truc qui "pellète"...

     

     

     

    Alors...

     

     

     

     

    Ben, on a mis Laurence DANS le godet de la grue !

     

     

    Oui, passque sa fenêtre était ouverte tu comprends...

     

    Et le môssieur qui conduisait la grue et ben il a pu la déposer gracieusement sur son balcon !

     

    Ben quoi ?

     

    N'empêche que dans l'adversité, on trouve toujours des solutions !

     

    Et pis finalement, dans le godet de la grue, Laurence elle est restée très digne.

    Et vachement contente de ne pas avoir à téléphoner à un voleur serrurier !

     

     

    De toutes façons, quand je suis ivre, je réfléchis mieux...

     

         

     

     

  • Brèves en vrac

    Le Cousin Mimine, Plombier à ses heures.

    Jeudi, j'ai eu des problèmes de chauffe-eau.

    Suite aux travaux de Monsieur Gomech', j'avais bien compris que le machin avait été réglé sur le plus bouillant possible.

    En hiver, c'est pas gênant. J'te rappelle que je suis pas écolo...

    Mais là, en presque-été, v'là que je m'ébouillante les fesses !

    Alors, j'ai appelé le Cousin Mimine pour savoir comment qu'on faisait pour régler ce bordel de couillonnerie de chauffe-eau !

    Et là, il m'a dit un truc incroyable : mets pas tes mains dedans, si tu touches les fils tu meurs ! Ecoute-moi au moins une fois dans ta vie !

    Comme ça m'a fait très peur, j'ai fait tomber le tournevis, et figure-toi que j'ai plus voulu y retoucher.

     

    Un tournevis c'est LE MAL !

     

    Ensuite il m'a dit : bon, on va faire une manipulation très très simple... Tu vas dévisser le cache d'abord.

    J'ai répondu : gnééé ?

    Lui : ton chauffe-eau, c'est quelle marque ?

    Moi : y en a pas ! Euh... NF !

    Lui : NF ça veut dire "NORMES FRANCAISES" ! Quoi, ya pas de marque ??? Môssieur Gomech' t'as filé de la daube ?? J'vais l'appeler tout de suite !

     

    Chaipas ce qu'il lui a dit exactement à Monsieur Gomech', mais moi j'ai toujours de l'eau bouillante quand je prends ma douche...

     

    Et je vais en avoir longtemps, passque Monsieur Gomech' après il m'a téléphoné et j'ai entendu en vrac : ingratitude, tarif spécial, plus jamais, débrouillez-vous avec vot' cousin puisqu'il est si intelligent ! etc...

    Moi, j'ai aussi répondu dans le désordre : parquet niqué, taches blanches, d'où qui sont mes plinthes ? Dans ton cul !

    Et je peux pas appeler directement le plombier vu qu'il est sourd, qu'il correspond que par sms, et que j'ai pas son number...

    La dernière fois je l'ai laissé chez moi, et jamais il m'a ouvert la porte car il m'entendait pas.

     

     

    Enfoirage nocturne.

    Un coupain m'a raconté un truc incroyable !

    Nan mais vraiment, j'te jure que c'est le "plus beau" témoignage que j'ai jamais reçu dans le Club des Pintades-Gourdasses...

    M'est avis que ce Groupe a encore de belles années devant lui...

    A moins qu'on s'expatrie toutes en Suède...

     

    Une coupine à lui est infirmière.

    V'là qu'elle devait aller travailler de nuit.

    En arrivant à l'hosto, elle s'est rendue compte qu'elle s'était gourrée dans son planning, alors elle est rentrée chez elle.

     

    Et là...

     

    Tiens-toi bien...

     

    T'es prêt ?

     

    Elle a trouvé son mari.

     

    Au lit.

     

    Tout nu.

     

    A 19h30...

     

    Avec...

     

     

     

    Son papa.

     

     

     

    Son papa à elle...

     

    Maintenant, elle est en thérapie depuis 3 ans...

     

     

     

    Vendredi soir, chuis retournée dîner dans le grand monde.

    Y avait mes coupines Aude & Leslie (car l'une ne va pas sans l'autre), et d'ailleurs j'en profite pour te dire que leur dernier ouvrage est en vente dans toutes les bonnes librairies...

    1341730838.jpg
    Illustrations par Pénélope Jolicoeur !

    Un ouvrage que je vais étudier par coeur !

    849986596.jpg

     

    Mais avant, si tu connais les z'auteurs, tu sais qu'elles écrivaient des ouvrages de couisine...

    Elles ont aussi écrit un merveilleux livre où que chuis dedans à la page 11 j'te rappelle...

     

    Bon là, on s'est assez empiffrées...

    J'ai dit : les filles, j'crois que c'est mieux si on reste côté buffet hein ?

    On a fait genre que c'était pour une étude pour leur prochain bouquin. Et moi j'ai aidé à tester.

    Malheureusement, y avait pas de soupe rose cette fois-ci.

    Heureusement pour la santé de mon pipi d'ailleurs...

     

    Y avait aussi not' coupain C. dit "le Sexopathe".

     

    Si il est sage je vais lui présenter ma coupine Eliska...

     

    C'est-à-dire ELLE :

    620400158.jpg
    Copyright Agence Metropolitan.
    T'excites pas, elle est quasiment mariée...

    Et là, c'est avec moi :

    1824991203.JPG
    Copyright moi-même...
    Un intrus s'est glissé sur cette photo, sauras-tu le retrouver ?
    Pourquoi suis-je si mal coiffée te demandes-tu ?
    J'en sais rien... C'est un mystère qu'on s'essplique pas...

     

    Et la semaine dernière, j'ai rencontré une adorable fille qui m'a dit qu'elle était mannequin corps. C'est-à-dire qu'elle vend ses pieds, ses mains, ses bras, ses jambes, tout ça...

    455247117.jpg
    Copyright Agence Metropolitan / Palais de Tokyo / Nivea
    Là par exemple, elle a vendu son dos...

    Et j'ai aussi vu une pub d'elle pour un truc amincissant où qu'on voit que son fessier...

    Soit je me pends tout de suite, soit j'arrête de fréquenter des taupes-modèles !

     

     

     

     

    NB : je suis consciente que comme d'habitude, cette note n'a ni queue ni tête. Ca t'étonne ?

     

     

  • L'Homme Suédois est l'Avenir de la Femme Française !

    Ah mes chéris, j'peux vous dire que heureusement les ouikends de loose se suivent mais ne se ressemblent pas !

     

    Ya quelques temps de ça, j'ai dit à une coupine : 'tain, ya pu d'homme célibataire digne de ce nom ici, tous des tarés et des névrosés ! Va falloir en importer. Trouve-moi un mari comme le tien, c'est-à-dire grand et Suédois !

    Ben j'peux te dire qu'elle s'est pas foutue de ma gueule et m'en a ramené 4 sur un plateau...

     

    Enfin... C'est plutôt son mari à elle qui m'a ramené ses 3 coupains d'enfance et il m'a dit : Sonia-chérie, t'as plus qu'à faire ton marché ! C'est pour toi, c'est cadeau, c'est bonheur.

    Coupine, elle m'a appelée avant et elle m'a dit : tu vas voir chérie, y en a un... Tu vas t'évanouiller sur place...

     

    Pas manqué. Quand ils ont débarqué à la maison, dès que j'ai ouvert la porte, j'me suis évanouillée j'ai vu CA :

     

    364587096.JPG
    Jimmy, 30 ans, 1m90. Médecin urgentiste, célibataire et gentiiiiiiiiiiiil...

    Et CA, ça te pose un homme t'en conviendra ?

    T'as pas envie de soudainement tomber malade ?

     

    Illico, j'ai eu la fièvre je leur ai demandé la permission de les vendre ici et ils ont été enchantés.

     

    1370524854.JPG
    Jonas, 31 ans, Docteur spécialiste en Médecine Interne.

     

    370210406.JPG
    Andréas, 30 ans. Ingénieur Informatique.

     

    1234555983.jpg
    Quand l'Homme Suédois se déplace chez Sonia, il lui amène des fleurs et il met une cravate !
    En blanc, c'est Nicklas, l'homme le plus fantastique de la planète.

     

    Bon, j'te préviens, le produit est à aller chercher sur place, c'est-à-dire en Suède.

    Ben ouais, tout n'est pas facile dans la laïfe...

    Et pour le Jimmy, tu peux te brosser, j'me le garde pour moi !

     

    Autant te dire tout de suite que nan ya rien eu, nan ya pas eu roulage de pelle et tout et tout.

     

    SONT PAS COMME CA LES SUEDOIS ! SONT EDUQUES EUX !

    PRENEZ EXEMPLE, AU LIEU DE VOUS JETER SAUVAGEMENT SUR LES FILLES !

     

    C'est une race supérieure en fait...

     

    NB : sache qu'ils ont que des blondes là-bas... Donc, ils aiment bien le contraire... hu hu.

    NB2 : ils m'ont dit : toi beautiful Sonia, si tu viens vivre en Suède, tu ne resteras pas célibataire !

     

    Ouais mais la Suède faut prendre l'avion pour y aller, et ça c'est pas très pratique...

     

    1432611630.JPG
    Là, ils sont en train de rigouler passque je viens de dire :
    "Rhoooo, je rêve d'aller en Suède voir la petite Sirène du Port de Copenhague !"
    Gourde je suis, gourde je resterai...

     

    Sinon, les Suédois c'est vraiment pas des gens comme nous.

    Quand tu vas au restau avec des Suédois, ils tirent ta chaise pour que tu puisses t'asseoir dessus. Ensuite ils t'enlèvent ton manteau et... Ils te le plie !

    Ouais.

    Et ça commence pas à dîner si tu leur dit pas Bon Appétit avant.

    Ouais.

    Soupir...

     

    J'ai vraiment espéré que j'allais tomber malade, histoire que le sexy-doctor me fasse du bouche-à-bouche.

    Mais nan ! A mon grand désespoir, j'ai même pas été un p'tit peu malade.

     

    Comme j'avais rien d'autre à faire, j'ai commencé à prendre des cours intensif de Suédois, afin de mieux pouvoir communiquer avec nos z'amis  Européens.

     

    C'est une vachement belle langue moi je dis...

     

    Tu sais comment on dit "VERRE" ?

     

    GLOSS !

     

    Incroyable non ?

     

    Quelle peuplade fantastique...

     

    "TROTTOIR" c'est "TROTOAR"

    "GARDE-ROBE" c'est "GARDE-ROBE"

    "MENAGE A 3" c'est "MENAGE A 3"

    "GARAGE" c'est "GARAGE"

    "BOUQUET" c'est "BOUQUET"

    "SOMMELIER" c'est "SOMMELIER"

    "MAGASIN D'ALCOOL" c'est "SYSTEM BOLAGEN"

    "IKEA" c'est "IKEA"

    Moi je dis que finalement c'est super facile, passque l'essentiel se dit pareil que chez nous !

     

     

    Alors tu sais ce que j'ai fait ? Vu que j'ai le vice dans la peau...

     

    Nan, tu sais pas...

     

     

     

    J'ai accepté de monter sur un bateau !

    Ouais, t'as bien lu...

     

    Normalement, selon mes plans, j'allais bien finir par devenir verdâtre et me hyper-ventiler.

    Ben nan. Rien. Pas la queue d'un malaise !

    Dég' j'étais.

    1540347274.JPG
    Regarde-moi c'te mine débile et réjouie...
    Normalement sur un bateau, je vomis bordel !
    Et là NAN !
    RIEN !
    C'est un complot moi je dis...

     

    Selon mon don de me mettre dans des situations improbables ; juste avant de prendre le bateau, j'ai rencontré un type habillé en canard et il m'a vendu un oeuf...

    Comme il me faisait de la peine avec toutes ses plumes, et vu qu'il faisait grave chaud, j'ai dit : ouais, mais l'oeuf j'en fais quoi après ? J'veux pas polluer la Seine, elle est déjà assez dégueue comme ça...

    Finalement, on a fait un deal, et il m'a donné CA à la place :

    1369902675.JPG
    Moi, perso j'aime pas.
    Si tu les veux, tu m'envoies un mail et je te les donne...

     

    En rentrant chez moi (quel ouikend étrange), j'ai croisé une wature sur les quais.

    J'ai trouvé que le passager avait l'air un peu bizarre...

    Donc, j'ai pris une photo (vu que maintenant j'ai un APN !) :

    477081434.JPG
    T'en penses quoi toi ? C'est aussi un complot ?

     

    Qu'est-ce que je peux te dire d'autre ?

     

    On a bouffé, bouffé, bouffé...

    238399135.jpg
    Jardins du Château de Versailles.

     

    133606260.jpg
    La gigolette...

     

    Et bu, bu, bu... (voir la vidéo du Teasing précédent).

     

    Et j'me suis paumée dans le cimetière du Père Lachaise, et encore une fois, heureusement que les Suédois étaient là...

    Et même qu'en sortant j'ai rencontré ma délicieuse Marie-Hélène qu'est belle, et qu'attend Madeleine.

     

    Et aussi on a bien mis l'appartement de la coupine en bordel, vu que l'homme Suédois fait beaucoup de Shopping et ne s'habille qu'en Sonia Rykiel...

    2100754452.jpg

    Et bien fantasmé sur Jimmy...

    1079431588.jpg
    Nan regarde-moi ce râtelier à toutes épreuves !
    Chaipas pour vous, mais moi les dents blanches chez un mec,
    c'est ce qui me fait le plus craquer !

     

    1233278634.jpg
    Perso, un médecin comme ça, j'en ai pas encore vu en France...

     

    J't'ai pas mis une photo de lui en train d'essayer un Cachemire chez Zadig & Voltaire. Psychologiquement c'est pas tenable et inhumain....

     

    Et on a marché, marché, marché...

    Même qu'à la fin de la journée on a eu beaucoup mal aux pieds.

     

    363637427.JPG
    Classe, sobriété, chic et bon goût à la Française.

     

    Voualààà...

     

    PS : si t'es intelligent, tu auras évidemment remarqué dans le Teasing précédent que j'ai eu 2 bouquets de fleurs...

    Hin, hin, hin... Rire diabolique... Ca doit être le Printemps ?

     

     

  • Comment je me suis faite charcuter

    Ceci est un petit billet à l'attention de tous les gens qui auraient la bonne idée de se faire un piercing au nombril...

    Ouais...

    Moi, mon anneau dans le bidou je l'ai depuis 1996.


    Ca t'en bouche un coin nan ?

     

    Même pas c'était la mode.

    Celà-dit, quand tu sais qu'en 1996, la boite haïpe où il fallait se montrer à moitié nu c'était Le Queen et rien d'aut'...

     

    Maintenant, quand je vais dîner dans un bar à vins, et ben ça suffit à me rendre heureuse.

     

    En 1996, j'avais une copine qui s'appelait Juliette (et je présume qu'elle doit toujours s'appeler comme ça, sauf si elle a changé de sesse entretemps).

    Même que sa tata, c'était une danseuse étoile très connue.

    J'aime bien que mes coupines soient d'ascendance célèb'...

     


    Alors, un jour Juliette elle me dit : Sonia tu m'accompagne dans le Marais ? Je voudrais me faire percer la langue !

    Moi : mais... T'es sûre ? Je vois pas l'intérêt.... Pis ça doit faire mal nan ?

     

    A l'époque, les boutiques de piercings y en avait pas à chaque coin de rue comme maintenant.

    C'était des endroits hyper confidentiels...

    Tous rassemblés dans l'antre du vice : le quartier du Marais à Paris !

    Là où se retrouvent tous les garçons un peu sensibles de la Capitale...

    Faut-il croire qu'il n'y a que les garçons qui aiment les garçons qui voulaient se faire poser des choses métalliques dans le corps ?

     

    J'arrive avec ma copine Juliette dans une boutique de sessoualité exclusivement testiculaire, qui s'appelait TTBM.

    Et ça j'ai mis 3 ans à capter ce que ça voulait dire...

     

    Très Très Bien Monté...

     

    Passqu'y faut savoir qu'ya des codes chez les homossessouels :

    Si on dit : ce garçon est TBM, c'est que c'est vachement interessant d'aller jouer les grandes horizontales avec lui. Mais encore faut-il qu'il soit d'accord...

    Si quelqu'un est TTBM, cherche pas, c'est qu'il s'appelle Rocco Siffredi et qu'il a une statue de sa zizouille exposée dans un musée...

     

    Et chez TTBM, les vendeurs ils ont été très gentils.

    Déjà on a eu le droit à : oooooohhh des filles ! On m'avait dit que ça existait mais j'en avais jamais vu en vrai ! On peut toucher ?

    Juliette, elle a dit : bonjour M'sieurs-Dames, je voudrais me faire percer la langue.

    Le vendeur a dit : chérie, la langue trouée c'est pas élégant pour une fille. Aujourd'hui on fait une promo. 2 piercings au nombril pour le prix d'1 !

     

    Pendant que je manipulais d'un air dubitatif le truc étrange qu'était posé sur le comptoir, Juliette elle m'a regardée d'un air bizarre.

     

    J'ai répondu : ah nan hein ! Ca sert à rien de me z'yeuter comme ça. Moi, ya personne qui me trouera mon bide !

     

    J'te passe les détails...

     

    Surtout quand j'ai du relacher le truc posé sur le comptoir, passque le caissier m'a traité de petite vicieuse..

    Est-ce que je pouvais deviner que c'était ce que je croyais pas que ça pouvait être hein ?

    En 1996, j'te rappelle que j'étais pas terminée...

     

    Est-ce que je le suis aujourd'hui me diras-tu ?

     

    Et moi j'avais pris ça pour un interphone...

    Oui.

    Mais c'était pas un interphone...

     

    Honte, honte...

     

     

    Toujours est-il, que sur un malentendu que je ne me suis toujours pas esspliqué à ce jour, et ben je suis ressortie de chez TTBM, 15 minutes plus tard avec un bide de femme enceinte ET troué à vie.

     

    On m'avait pas dit...

     

    C'était un complot je crois.

     

    Plus jamais je suis allé dans le Marais.

     

    Mais le trou je l'ai gardé. C'est comme un vieux copain de cette époque lui et moi...

     

    Ceci était la séquence nostalgie.

     

    Allez, j'te souhaite un super bon ouikend prolongé !

    Moi, ben comme d'hab' j'ai rien de prévu, vu qu'à moins d'un miracle je ne rencontre de l'hom chaud et musclé.

    Je retourne à mes Croustibats et mon Millefeuille, comme une pôv' cloche...

     


     

     

  • Le déjeuner chez Georgette

    Ma copine Titain, elle m'a invitée à l'anniversaire de son papounet en province.

    Et moi je l'aime bien son papounet. On l'appelle "le poupon" passqu'il a des belles joues et qu'à 80 ans, il continue à draguer tout ce qui bouge.

     

    Et pis j'aime bien la province aussi. Dois-je te rappeler que je viens de Beauvais dans l'Oise ? Là où qu'ya une usine d'éponges qui puent, une usine de betteraves, et une autre qui fabrique des brosses ?

     

    Le seul problème du poupon, c'est : GEORGETTE.

     

    Sa seconde femme. Donc, pas la mère de Titain...

     

    Et Georgette, comment te dire... Elle est juste épuisante...

     

    Déjà faut savoir que Georgette, à chaque fois qu'elle cause, faut qu'elle rajoute "hein, hein, hein ?" à la fin de chaque phrase.

     

    Et ça c'est grave chiant.

     

    J'te pose le décor.

     

    Une maison du côté de Chinon.

     

    Georgette.

     

    Georgette et sa radinerie.

     

    Georgette et ses réflexions que t'as envie de la claquer et de la clouer au mur comme un p'tit goret.

     

    En arrivant, j'ai suivi Titain dans la cuisine car elle voulait préparer une sorte de salade avec des trucs dedans.

     

    Et Georgette elle a voulu l'aider...

    "Titain, j'mets des tomates, hein, hein, hein ?"

    "Titain, tu regardes pour la vinaigrette ? C'est bien comme ça, hein, hein, hein ? Vouiii...".

     

    Moi, je suis sortie me remettre du gloss m'en griller une, passque dans une cuisine, comme tu sais, en général, je sers pas à grand chose, si ce n'est à casser des trucs.

     

    Quand chuis revenue, y avait Georgette qu'était en train de couper du persil.

    Et elle dit là comme ça tout d'un coup à Titain et à sa frangine : en tous cas, vot' père, à son âge... Et ben il m'honore encore... C'est étonnant non, hein, hein, hein ? Ah voui voui voui !

    Avec Titain on s'est regardées. Moi c'était juste écrit sur ma tête : est-ce que je comprends bien ce que je dois comprendre qu'elle en train de raconter ce que je crois ?

     

    Et la Georgette, elle en remet une louche : ah nan, mais vraiment, je suis impressionnée hein, hein, hein ? Vot' père il m'a fait la même chose que quand on a mis la biquette au mâle la semaine dernière ! Ah voui...

     

    Là, j'ai regardé par la fenêtre, et je l'ai vue la biquette. Une mini-chèvre qui s'appelle Josette.

    Et Josette, elle avait l'air assez contente de sa vie sessouelle...

     

    Comme Georgette quoi.

     

    Georgette elle a rajouté : bon, j'ai acheté un rôti de dinde. Je l'ai payé 28 €. C'est bien, hein, hein, hein ? On le fait cuire comment ? Pis, j'ai acheté 4 gâteaux. On les mangera en dessert hein, hein, hein ?

    Titain, elle a répondu : mais on est 6 !

    Georgette, elle a dit : ben oui, mais j'en ai acheté 4. C'est suffisant ! On les partagera, hein, hein, hein ? Voui.

     

    Chuis ressortie fumer une cigarette car j'étais déjà vannée.

     

    Dès qu'on est passés à table, Georgette, avec la bouche pleine de salade frisée, elle a demandé à Titain : alors t'as eu tes règles ? Nan, passque la dernière fois, t'as eu des problèmes, hein, hein, hein ?

     

    J'ai regardé d'un air consterné la moule qu'ya avait dans la salade. Et je me suis demandé qui avait eu la lumineuse idée de fout' ça dedans.

     

    Du coup, j'ai encore regardé la biquette par la fenêtre...

     

    Après Georgette, elle a dit : bon ben j'vais vous apporter le rôti. Celui que j'ai payé 28€. J'espère qu'il est bon, hein, hein, hein ?

     

    On a mangé le rôti.

     

    Elle a rajouté : Sonia, il est bon mon rôti ? Nan, passque pour 28€, il doit être bon à ce prix-là, hein, hein, hein ?

     

     

    J'avais envie d'aller me coucher.

     

    Là, Georgette elle a annoncé : Titain, si t'as mal au ventre à cause de tes règles, tu peux aller t'allonger dans le jardin hein, hein, hein ? J'ai acheté un transat.

     

    Titain, elle a répondu : un seul ?

     

    L'autre carne a dit : Voui. Je l'ai payé 17€. Avec ton père on s'le partage. Ca te dérange pas poupon hein, hein, hein ?

     

    Poupon il a rien dit. Il continuait à mastiquer son rôti trop cuit.

     

    Directement, Georgette elle a apporté les 4 gâteaux en dessert. Même pas on avait terminé les pommes sautées.

     

    J'ai regardé si y avait Internet pour que je puisse me connecter sur sncf.com... Mais y avait pas Internet.

     

    Alors, j'ai pensé à la France. Au Général de Gaulle, tout ça.

     

    Et j'ai subi Georgette.

     

    Avec une très grande dignité dois-je ajouter...

     

    Sans rien dire.

     

    Mais j'irai plus à Chinon. C'est certain.

     

    Et j'ai filé un gloss à Titain...

     

     

     

     

  • Fanfan et les dangereux Kidenappeurs tous bourrés

    Y avait longtemps que je vous avais pas parlé de ma coupine Fanfan.

    Pour re-situer les faits :

    Fanfan, c'est celle qui avait un mec Anglais qui lui racontait que des conneuries.

    C'est aussi celle qui atterrissait aux urgences pour des raisons un peu obscures...

    Ou celle qui ne savait pas que les chiens savaient écrire...

     

    Fanfan, avant, elle était en couple avec un alcoolique...

     

    Et un jour, elle s'est mariée avec.

     

    Mais elle savait qu'elle faisait une grosse conneurie, vu que quand elle a monté les marches de la Mairie, elle arrêtait pas de pleurer...

    Les gens y ont cru que c'était de l'émotion dans le dedans d'elle-même. Mais en fait, c'était l'angoisse d'aller dire OUI devant Monsieur le Maire.

    Même que le matin à 11h, elle savait toujours pas ce qu'elle allait se fout' sur le cul pour y aller.

    T'imagines la motivation ?

     

    Enfin.

     

    Le mariage n'a duré que 3 jours voyez-vous...

     

    Avant de l'épousailler, Fanfan vivait avec lui au z'états-z'unis de l'Amérique.

    Dans le Texas, où elle s'occupait d'une boutique de morues Françaises (mais des morues vieilles hein).

     

    Et quand t'es expatrié, t'es vachement bien logé dans une résidence hyper luxe où qu'on te paye tout.

    Alors, un soir, voilà que la Fanfan elle dormait bien comme il faut, et vers 2h30 du mat' elle entend du bruit.

    Elle va dans le salon.

    Et là.

     

    3 mecs.

     

    Tous bourrés.

     

    Et visiblement, ils avaient très envie que Fanfan elle leur touche la biroute.

     

    Mais Fanfan c'est une teigne : elle touche pas la biroute du premier venu...

     

    Alors elle a gueulé en Américain : mais putain de bordel de cul ! Qu'est-ce que vous foutez là ? Go out ! Go out !

     

    Et les types ils ont dit que c'était des types de la maintenance, et que c'est pour ça qu'ils avaient les clés de chez elle... Que là, ils avaient bu plein d'alcool au bistrot et tout.

     

    Fanfan leur a dit qu'elle en avait rien à foutre, mother fucker !, et elle a appuyé sur le bouton qui sert à donner l'alarme dans toute la résidence.

    Mais ça a servi à rien passque c'était une résidence toute neuve où qu'y avait personne. et les types y voulaient quand même niquer.

     

    Alors Fanfan, elle a appuyé sur le détecteur de fumée.

    Et ça a fait tout plein de fumée (évidemment).

    Le temps que le salon soit brumeux, elle a couru dans sa cuisine et elle a ramené du Glassex Vitres.

     

    Et un couteau à fromage.

     

    Tu sais, celui avec un bout rond.

     

    Mais il coupait rien du tout.

     

    Même pas le Brie de Meaux.

     

    M'enfin, pour trouver du Brie de Meaux au Texas... Visiblement, c'est pour ça qu'elle s'en est pas rendue compte avant...

     

    Pis Fanfan elle a essayé d'aller réveiller son mec.

    Mais il a eu peur et il s'est caché dans l'armoire...

     

    Alors Fanfan elle est revenue dans le salon et elle a vaporisé du Glassex Vitres sur les mecs.

     

    Ben tu sais quoi ?

     

    Ils ont grave eu mal aux z'yeux et ils se sont cassés.

     

    De toutes façons, ils auraient rien pu faire de sessouel vu qu'ils étaient trop bourrés et qu'ils pouvaient même plus arquer.

     

    Mais quand ils se sont cassés, Fanfan elle a téléphoné chez les voisines pour les avertir.

    Et ça tombe bien, c'était 2 étudiantes qui rentraient juste de boite et qui avaient ramené un flic avec elles pour s'amuser un peu...

     

    Ben tu sais quoi ?

     

    Le temps que l'équipe de renfort de la Maréchaussée arrive et fasse comme dans les films, et ben évidemment que les mecs s'étaient barrés !

     

    Et le flic il a gueulé, passqu'il était vraiment pas très content de devoir arrêter des kidenappeurs au lieu de se taper les 2 étudiantes en même temps...

     

    Après ça, Fanfan elle a été tellement trauma qu'elle est rentrée en France.

     

     

  • La Concierch' est dans l'escaliech'

    Ceci n'est pas l'histoire inventée. Je vous la posterai plus tard.

     

    Ce qui suit est complètement vrai de vrai !

     

    Quand je suis venue m'installer dans mon appartement ya 4 mois, j'ai rencontré ma concierge. Et ma concierge elle est grave folle de moi. Elle me dit que je suis "son bébé", elle me fait mon ménach' et mon repassach' et ... Elle me raconte toute la vie de la résidence...

    Et ça, c'est vachement interessant, croyez-moi.

    Déjà j'ai appris des choses sur la counnasse de dame du RdC, celle qui m'a demandé la dernière fois : vous z'avez changé de chien ?

    Moi, pas aimable : Nan c'est le même pourquoi ?

    La counnasse : Ben il est plus grand qu'avant.

    Moi : Nan, c'est juste qu'elle est obèse. Sinon, c'est la même.

    Eh ben à-priori elle s'est prise la tête avec ses voisins de palier. Alors ils l'ont attrapée dans le local poubelle pour la taper avec une pelle à charbon !

    Et moi quand j'ai su ça, eh ben gnarf j'ai été très contente.

    Et là, ya ma concierch' qui m'a invitée à déjeuner et il s'est passé un truc incroyable.

    On était en train de se baffrer de foie gras et de vin bien frais et bien agréable, quand ya quelqu'un qu'a sonné à la loge.

    Quand la porte s'est ouverte ya mon sang qu'a fait qu'un tour.

    Passque derrrière la porte y avait 3 types.

    3 types qu'avaient l'air franchement pas commodes.

    Des Corses en fait.

    D'au moins 2 mètres de haut chacun.

    Habillés tout en noir et ils rigoulaient pas du tout les types...

    J'ai eu peur mais j'ai pas fait pipi sur moi cette fois-ci (vu que j'étais habillée en Etam, ça voulait sans doute pas sortir... Rappelez-vous, je ne fait pipi que dans de la Haute-Couture).

    Ils se sont présentés en disant que c'était les héritiers de la vieille dame qu'était morte la semaine dernière. Et dans leurs grosses mains, y avait un testament disant que c'était eux qui devaient tout récupérer.

    C'est là que j'ai senti qu'il allait y avoir un problème... Alors j'ai remis du gloss évidemment.

    Je me rappelle que quand la vieille est subitement décédée de sa belle mort, ya quelqu'un qu'a foutu une affiche dans le hall en disant que si on voulait, on pouvait donner des sous vu que la pôv' dame elle avait pas de famille et tout.

    Et après, le couple de Ténardier qu'a tapé l'autre greluche avec une pelle à charbon, ben ils ont décidé de vider l'appart' car ils ont dit que de toutes façons la dame elle était seule au monde.

    Et là les 3 Corses, ils avaient pas l'air d'être d'accord du tout car ils voulaient récupérer des "petites affaires" de leur mémé.

    Ma concierch' elle a dit : mais vous voulez récupérer quoi exactement ?

    Ils nous ont dit : un violon...

    Moi j'ai commencé à me passer la moulinette cérébrale, et je me suis dit que si ça se trouve, dans le violon y avait certainement des trucs qui font rigouler quand on les fume.

    Mais en fait nan.

    Passque le violon c'était un Stradivarius... Un truc qui coûte très cher donc.

    Alors on est allé voir les Ténardier.

    Et comme c'est un couple très basique, ils nous ont dit en tremblant que : oui effectivement, y avait bien un violon dans les affaires de la vieille... Mais comme il marchait pas et qu'il était tout pourri ben on l'a mis dans la poubelle !

    Alors ?

    D'après vous ?

    Qui qu'est parti fouiller dans les poubelles pour éviter que les 3 Corses tuent tout le monde ?

    Hein ?

    La Soso !

    Et sous les pelures de patate, les dégueulassités et tout, eh ben elle l'a retrouvé le violon !

    'tain...

    Dire que j'ai tenu ce truc tout pourri entre les mains.

    Un truc qui vaut des millions d'Euros !

    Ca m'a un peu émue quand même...

    A l'heure qu'il est, je serai en train de me faire dorer les fesses sur une plage des Caraïbes, avec 3 éphèbes qui seraient payés rien que pour me masser et me faire du jus de papaye...

    Pppffff...

    Au lieu de ça, on a fini par appeler la Maréchaussée pour qu'ils viennent tout régler.

    Mon honnêteté me perdra !

     

    Conseil de Soso : faites les poubelles de vos voisins... On sait jamais.

     

     

  • Même à 15 ans, on peut être alcoolique...

    Ceci est une histoire vraie. Elle m'a été racontée par ma copine Leslie Gogois. Vous savez, celle qui écrit des supers livres avec Aude de Galard.

    Et comme elle m'aime, elle m'a donné son OK pour la publier ici.

    Vendredi dernier, on était en train de se baffrer chez COLETTE, haut lieu de branchitude pétassifère Parisienne, avec ma copine Catherine. Et voilà que Leslie, passablement grisée par les coupettes de Champagne qu'on était en train de se mettre dans la tronche, se met à nous raconter une histoire.

    Pourtant, je rappelle que chez COLETTE, ya un bar à eaux où tu peux même acheter une bouteille à boire sur place pour la modique somme de 50€... M'enfin, comme ya un des serveurs qu'est amoureux de moi il a rincé toute notre table en Champagne. Grande classe moi je dis !

    La scène se passe en Irlande quand elle avait 15 ans lors d'une immersion linguistique.

    Détail important : en Irlande, les maisons elles se ressemblent toutes.

    Alors Leslie, elle arrive toute heureuse dans sa famille d'accueil et tout.

    Et la dame de la maison lui dit : tiens ma poule, voilà les clés, tu peux rentrer et sortir à l'heure que tu veux !

    Leslie, ça lui a fait bizarre passque à 15 ans elle avait pas trop le droit de sortir à Paris. Vu qu'elle est fille unique, sa môman elle faisait bien attention à tout, et donc pas de sorties.

    Alors là, vous imaginez ? Une adolescente à qui on dit : ben tu peux faire ce que tu veux, c'est Broadway quoi !

    Du coup, la Leslie, elle en profite allègrement. Elle se met à découvrir la vie nocturne en Irlande, les boums tout ça.

    Et aussi les pubs...

    Et Leslie ce qu'elle a particulièrement aimé en Irlande, c'est les Irlandais et leur capacité phénoménale à lever le coude et à tester toutes les bières...

    Donc, la p'tite elle fait son initiation à la vie et vers 2h du mat' elle se dit que bon c'est pas tout ça, même si je marche plus très droit, faut quand même que je rentre à ma maison.

    Et en Irlande, dans le village où elle habitait, tout était bien cool. genre les voisins se connaissent tous, et donc c'est pas la peine de fermer la porte de sa maison à clé.

    Et Leslie qu'est toute bourrée, elle se dit oh ben c'est formidable ça alors, ya même pas besoin que je tourne la clé dans la serrure, la porte elle s'ouvre toute seule dis donc !

    Elle monte doucement dans sa chambre.

    Elle se couche toute habillée (vu savez comment c'est quand on est bourré dans le dedans de soi-même, on se désape même pas).

    Et elle s'endort.

    Une fois qu'elle se réveille dans son lit le matin, elle se dit qu'ya vraiment un truc qui va pas.

    Bon ok, le lit il tourne un peu... Mais ça c'est de la faute à la bière.

    Mais la chambre elle est un peu bizarre...

    D'où qui sont le poster des Muppet-Show ?

    D'où qui sont la moquette rose avec des fleurs orange ?

    Pourquoi qu'ya des maquettes d'avions et des posters de chanteuses pas très habillées ?

    Et surtout : où qu'elles sont mes affaires ???

    Fallait bien se rendre à l'évidence : elle avait pas dormi dans la bonne maison...

    Alors, comme Leslie, c'est une fille super bien éleve, elle a refait le lit inconnu, elle s'est remise du gloss, elle est restée très digne et elle est descendue dans le salon.

    Là y avait une famille avec des grumeaux qui prenaient leur petit-déj'... Une famille qu'elle avait jamais vue avant...

    Ben elle a détalée comme un lapin de Pâques !

    Et en sortant elle s'est rendue compte que sa vraie maison, c'était celle qui était collée juste à-côté...

    ..........

    Elle est rentrée comme une fleur chez elle et a retrouvé avec un grand soulagement, le poster des Muppet Show et la moquette rose.

    Par chance, sa famille d'accueil dormait encore. Donc personne ne s'est rendu compte de rien.

     

    Ca m'a rappelé cette fois où j'habitais encore à Beauvais... J'avais un peu bigné la wature de ma môman en rentrant dans un poteau, donc je m'attendais à recevoir les foudres paternelles sur la tête.

    En arrivant devant mon portail, j'étais tellement énervée que je me suis excitée sur la porte du garage sans jamais arriver à l'ouvrir.

    Juste à un moment je me suis dit : tiens c'est bizarre, mon pôpa a changé la haie de place. Elle est plus à droite mais à gauche...

    Et même pas ça m'a étonnée qu'on puisse déplacer une haie de 5 mètres de long en 2 heures de temps...

    Mais il faisait nuit bordel ! 

    C'est quand j'ai vu la voisine sortir de sa maison en faisant des moulinets de bras - voisine communément appelée "la mère la douleur" (passqu'elle se plaint tout le temps), que j'ai compris..

    J'étais en train d'essayer d'ouvrir sa porte à elle. Et elle avait pas l'air contente du tout.

    Comme quoi ça arrive à tout le monde non ?

     

  • Comment soigner une maladie honteuse ?

    Je vous préviens d'avance, ce billet n'est pas glam du tout. Alors BON APPETIT si vous z'êtes à table !

     

    DEFINITION DE LA MYCOSE SELON MA COPINE ANNE-CLAIRE (qui est l'une des femmes les plus élégantes et distinguées que je connaisse...) :

    "mmmmm... La mycose.... C'est... Comment dire...

    Au début ça te chatouille légèrement...

    Ensuite ça commence à démanger,

    Donc, tu essayes de discrètement te gratouiller.

    Et puis à la fin...

    BEN CA TE DEMANGE TELLEMENT QUE TU Y VAS AVEC LA FOURCHETTE QUOI !!!"

    Tout ça pour dire que je pensais que Anne-Claire était la seule personne au monde à m'avoir aussi dit la chose suivante :

    "Ma Chérie, tu avais déjà pris des ovules toi ? Parce que moi non...

    Figures-toi que je m'apprêtais benoîtement à avaler cette chose à la forme bizarre.

    A gauche : l'Ovule. A droite : un verre d'eau.

    Soudain, je me dit qu'il serait peut-être pas mal de consulter la notice... Et là je vois écrit : VOIE VAGINALE... Je ne savais même pas que ça pouvait exister ce genre de médicament !".

    NB : je précise que je n'ai pas de mycose ! Je ne fais que décrire des faits !

     

    L'histoire aurait pu s'arrêter là si ma délicieuse Eliiiiiiiise ne m'avait pas narré la chose suivante aujourd'hui (mais elle a trop honte pour le mettre sur son blog et elle sait que chez moi tout est possible...) :

    La scène se passe du côté de Besançon.

    Protagoniste principal : la Tata d'Elise...

    Tout le monde est à table, le papy a bien sagement enlevé son dentier pour le mettre dans le verre d'eau qui est devant lui. Donc, tout normal quoi.

    Et là, une petite voix (celle de la tante) :

    "Euh... Scusez-moi... Je sais pas ce que j'ai fait. Je devais être perturbée... Mais je viens d'avaler mon ovule là !".

    Qui qu'a du téléphoner aux urgences pour esspliquer la situation ?

    Les gens de l'hôpital ont dit que ça n'était pas bien grave (genre ils en ont vu d'autres...).

    N'empêche que : la tatie a passé toute son après-midi à se plaindre que "c'était" coincé dans sa gorge en train de fondre...

    Mais les garçons qui me lisent ne peuvent pas comprendre ce genre de choses...

  • PatounetteChatte et la Vache Espagnole

    Dans LE CLUB DE LA HONTE, accueillons aujourd'hui PatounetteChatte !

     

    A l'époque, PatounetteChatte avait 16 ans, bien fraîche et toutes ses dents. V'là qu'elle s'intéressait plus aux jeux de garçons qu’aux garçons eux-mêmes. Un p'tit mec quoi. Genre qui préférait jouer avec des grues et des tracteurs plutôt qu'avec des Barbies.

     Ca n'a rien à voir, mais en passant, vous le saviez vous qu'Albator en fait c'était une femme ???? Et que c'est pour ça qu'il voulait pas se taper la blonde !

    Bon, Patounette était en vacances en Espagne à Anna (Province de Valencia) avec son papy, sa mamy et toute une Smala de cousins dit !

    C’était la semaine sainte et à cette époque de l’année, comme dans toute l’Espagne, des jeux sont organisés. Cette année-là Oh joie ! Oh bonheur ! C’est dans sa rue qu’aura lieu la course avec les vaches !!

     

    Vous savez les trucs avec des cornes qui parfois sont pas très sympathiques.

     Celle-là elle est sympa...

    La rue est donc entourée de barrières et les vaches sont lâchées : le jeux consiste à les courser et à se faire courser. Ce qui est super intelligent...

    Il est 22 heures, l’ambiance est à son comble ! Les hommes sont chauds bouillants de pouvoir se taper de la vachette consentante en pleine rue !

    PatounetteChatte est sur le balcon familial avec une partie de la Smala et elle trépigne… Toute exaltée dans le dedans d'elle-même… Il n’y a que des garçons dans la rue, et elle n'a qu’une envie : les rejoindre pour faire tout comme eux !!!

     

    Son tonton : « Alors Pat ? ça te dit ??? On descend, on y va ??? Je vois bien que tu en meurs d’envie !!! »

    Il a raison le tonton, elle en crève d’envie !!! Elle s’y voit déjà et comme ça son cousin, pas très chaud, la suivra !!!

    Patounette elle se voit déjà demain en héroïne du village : LA SEULE FILLE QUI A OSEE !!! PASSQUE C'EST WONDERWOMAN !!! LA SEULE FILLE QUI FAIT TOUT COMME LES GARCONS ET SE TAPE AUSSI LES VACHETTES !

    Ignorant le regard réprobateur de son papy (qui trouve qu'une fille ça doit rester à la maison en jupe), elle se lance dans les escaliers,  première, suivie par son tonton et le cousin.

    Mais... quand elle ouvre la porte là, c’est le drame... Ya une vache qui se trouve là : JUSTE EN FACE DE LA PORTE !!!!

    Cette connasse ne courre pas avec les autres !!! Pourquoi ?

    Ben passqu'elle a entendue Patounette ! Alors elle l’attend !!! ELLE !!! et pas une autre !

    Un cri, un frisson, pas le temps de réaliser !!! Le tonton et le cousin (très courageux) ont rebroussé chemin aussi sec.

    Patounette est là, seule, face à la bête. Qui la charge, tout simplement... Elle lui fonce dessus la salope cornue !!!

    Chaipas comment, dans l’étroitesse du couloir p'têt', mais v'la que Patounette se retrouve sur le dos de la bestiole.

    Dans les escaliers il y a un palier et là, miracle, la vache, elle reste coincée dedans. Normal... C'est gros une vache. Pis quand elle est est énervée elle doit gonfler...

    Patounette, toujours aussi vaillante, descend de son dos, la peur au ventre et en larmes. Et du coup, elle part s’enfermer dans la cave.

    Elle entend les grognements de la bête, ses coups de sabots. Morte de peur !!!

    Et soudain plus rien... Silence…

    Puis des cris : « Pat !!! Pat !!! Mon Dieu où est-elle ?? !! » !!!

    C’est la famille qui contemple ce qui reste d'elle dans l’entrée : ses chaussures bleues…

    Tout ce qui reste de Patounette, une fois que la vache l'a boulottée...

    Finalement, la vache à réussi à sortir et Patounette ouvre la porte en pleurant, en criant : « Je saigne !!! J’ai mal !!! Au secours !!! »

    Toute la famille regarde... soulagée... mais avec un drôle d’air …. Puis ils éclatent de rires !!! ILS OSENT RIRE !!!

    Patounette se regarde, tâte sa blessure et STUPEUR... Ce n’est pas du sang sur sa jambe, NAAAAAAN !!! C’est un mélange de PIPI-CACA !!! La vachette a eu certainement plus peur qu'elle et elle s’est fait dessus (et sur Patounette par la même occasion).

    Car dans ce genre de jeux, on a juste  oublié un détail : LES VACHETTES SONT BOULEES !!! Ce qui en veut pas dire qu'on leur colle à toutes une paire de coucougnette flambant neuves... Mais qu'on leur met des protections sur les cornes pour qu'elle évitent d'embrocher quelqu'un au passage.

    Finalement Pat remonte à la maison couverte de pipi, de popo et de honte !!! CAR TOUT LE VILLAGE L’A VUE !!! TOUT LE MONDE ETAIT LA !!! Et une seule personne a conscience de ce qui l’attend les prochains jours : SON GRAND PERE !!! « TU EST LA HONTE DE LA FAMILLE !!! »

    Effectivement, elle a passée le reste des vacances avec ce surnom : LA VAQUILLA !!!

    CETTE HISTOIRE EST VERIDIQUE !!!! YAVAIT PLEIN DE TEMOINS !!! TOUT UN VILLAGE ET UNE FAMILLE !!!

    Pôv' vache va... Elle l'a fait pleurer cette vilaine Patounette !

     

    PS : Vous savez ce que c'est une vache folle ?

    Un taureau avec un sac à main !

  • Valérie, Reine des salsifis

    C'est juste un billet un peu primaire et graveleux, mais tout le monde peut comprendre ce genre de choses … L'utilité d'un blog est de pouvoir parler de tout librement et sans complexes (enfin je crois) !

    Ma copine Valérie a fait le vœu de ne plus jamais manger de salsifis de sa vie !!

    Je m'explique : elle adoooooore les salsifis !!! C'est bien le seul légume qui trouve grâce à ses yeux en ce bas monde d'ailleurs .. (perso j'aime pô trop, mais bon... Chacun ses goûts).

    Vendredi dernier, Valérie se dit que bon, elle est (à peu près) célibataire et que donc on ne risque pas de la kidnapper pour aller passer un week-end torride avec bête de sexe dans un Relais et Châteaux.

    Image utopique

    Donc, la v'là rentrée chez elle comme une pauvre bête et : elle décide de se faire des salsifis.

    Elle y met donc tout son cœur, vapeur, puis bien grillés dans le poëlon avec au moins 1 kilo d'ail ! Valérie elle s'en fout, vu qu'elle dort avec son chat et qu'il risque pas de lui dire qu'elle a une haleine de taureau ..
    Sur ce, Valérie s'enfourne allègrement les salsifis.

    Et … Un texto de son amant (un p'tit Joaillier de 25 ans beau comme un coucher de soleil sur Rio) : Je peu venire dormire avec toi se soir ? Passque quand on est djeuns on sait pas écrire...

    Valérie lit le sms la bouche pleine au moment pile de la dernière fourchettée !

    Et elle écrit une réponse : oh oui !!!

    Et elle se rue sur le dentifrice menthe…

    Et là c'est le drame …

    Son bide commence à gonfler façon dirigeable Zeppelin …


    En une heure elle s'est re-brossée les dents 3 fois !

    Franck est venu sonner à la porte, elle était au plus mal, agonisante et tout …. Elle se traîne comme une femelle éléphante enceinte de 10 mois de triplés éléphanteau (et les crétins de salsifis qui continuaient à se battre).

    Ils ont regardé un DVD pppffff ….. (en temps normal Valérie elle l'aurait violé direct sur le palier …).
    Pendant le film elle faisait semblant de rigoler bêtement (elle sait même plus ce que c'était, c'est pour dire).

    Il lui parlait, elle répondait et en fait elle pensait : Mamaaaaaaan, j'ai envie de lâcher un vent (pardon pardon !!!).

    Et dans son appartement, il n'y a pas vraiment d'endroit où l'on puisse flatuler tranquille puisque tout s'entend.

    Donc, Valérie a eu la brillante idée (et Dieu sait que l'on en a lorsque l'on souffre) de descendre les poubelles à 1 heure du matin (logique).
    Enfin c’est pas elle qui l'a eu l’idée... C'est moi... Elle m'a téléphoné tapie sous les couvertures pendant que Franck était aux toilettes...

    Sur mes bons et précieux conseils, elle est sortie de chez elle avec un sac plastique à la main et a prié pour ne pas rencontrer un de ses voisins.

    Alors moi je vous le demande : comment pouvoir faire des galipettes (et surtout qu'on en meurt d'envie) alors qu'on vient d'avaler l'équivalent de 3 kilos de haricots péteurs que l'on arrive pas à digérer et que l'on SAIT que l'on a une haleine à faire fuir un ornithorynque ????

    Eh ben on redescend les poubelles toute la nuit en priant que l'ascenseur soit insonorisé et que l'on ne tombe pas sur un voisin insomniaque (ou alors très enrhumé et ayant perdu tout sens olfactif)….

    Et l'amant du moment qui vous prend pour une tarée, mais ça c'est secondaire puisqu'on ne lui demande pas de réfléchir (ni de vous appuyer sur le bide d'ailleurs ….).

  • Barnabé et ses petites contrariétés

    J'ai un copain qui s'appelle Barnabé. 

    Enfin il s'appelle pas vraiment Barnabé, mais comme j'ai promis à Dominique qu'on ne reconnaîtrait pas de qui je parle, eh ben j'ai décidé de l'appeler Barnabé (mais attention, c'est pas de Dominique dont il s'agit hein !). 

    Donc Barnabé, il est très beau. 

    Barnabé, il est très riche (il est même rentier, il fout rien de ses journées à part arranger la déco intérieure de ses 250 m² dans le centre de Paris). 

    Barnabé, il est très célibataire. 

    Barnabé, il est très romantique. 

    Barnabé, il cherche beaucoup l'amour. 

    Mais vous excitez pas les filles, passque Barnabé, il est aussi très très homosexuel. 

    Contrairement à tous mes amis de la jaquette flottante, Barnabé ne pratique pas les plaisirs copulatoires. 

    Barnabé ne peut se mettre en position horizontale (ou verticale, ça dépend des préférences de chacun) QUE s'il est amoureux. 

    Et pour être amoureux, il faut rencontrer le prince charmant. 

    Et Barnabé c'est Blanche-Neige (la robe virginale en moins)... 

    Comme le Prince charmant ne vient pas, Barnabé il peut attendre avant de croquer la pomme... 

    Et comme autour de Barnabé, ne naviguent que des farfadets (du type Alexis cette traînée qui vit à Lyon, Claudia du Portugal ou encore Dominique...), ben Barnabé il fait rien. 

    Mais rien de chez rien ! Nada, niente, la boutique est fermée. 

    Jamais il va traîner ses guêtres dans des endroits de perdition (genre le Queen aux soirées moussues, quand vous êtes certain de revenir avec autre chose qu'un baril d'OMO, ou au Tagada de la rue Vavin où l'on pêche des choses toutes roses qui ne parlent pas, ou bien même dans ces lieux de débauche pure appelées backroom ou "boites à fesses". Y en a même une où l'on m'a dit qu'il fallait laisser toutes ses affaires à l'entrée (même sa culotte) et aller boire son diabolo-menthe en tenue d'Adam. 

    Enfin, les types qui fréquentent ce genre d'endroits ne boivent pas de diabolo-menthe... 

    Nan, ces types là ils boivent pas, ils causent pas, ils ont juste le service 3 pièces à l'air et ... ils attendent...... (chaipas trop ce qu'ils attendent d'ailleurs). 

    Donc Barnabé, il sort pas, il fume pas, il boit pas. Il boit que du diabolo-menthe devant Desperate Housewives. 

    Une vraie petite sainte... 

    Il a pas mis les pieds dans un sauna ("pour se détendre le jonc" comme dirait Alexis) depuis des années. 

    Bref : le sexe ne l'interesse pas. 

    Il dit qu'il n'y voit aucun intérêt et que rien que d'y penser ça le fatigue d'avance... 

    A tel point, qu'il décide un beau jour de se rendre chez un médecin pour les organes internes (internolo-bobologue je crois que ça s'appelle). 

    En fait, nan c'est juste un urologue. 

    Il y va, il se fait ausculter. 

    Sous toutes les coutures... 

    En fait ,il y est allé passqu'il se sentait un peu fatigué le Barnabé ... Et passque dans ses analyses initiales chez le généraliste y avait marqué qu'il n'avait pas assez de testostérone (si si ça arrive). 

    Le médecin lui prescrit quelques analyses complémentaires et à la lecture du truc il lève un sourcil façon accent circonflexe : euh... dites moi jeune homme... Vous ne manquez de rien ? 

    Barnabé : ben nan pourquoi ?

    Le docteur : avez-vous une vie intime ? 

    Barnabé : comment cela ? 

    Le docteur : oui, avez-vous quelqu'un dans votre vie ou une quelconque activité ? 

    Barnabé : ben non 

    Le doc : m'étonne pas 

    Barnabé : pourquoi ? 

    Le docteur : c'est très simple : depuis combien de temps n'avez vous pas eu de relations sexuelles ? 

    Barnabé : je ne sais pas... Euh 6 ans.... 

    Le docteur : vous envisagez de rentrer dans les ordres ? 

    Barnabé : nan 

    Le docteur : m'enfin regardez-vous, vous êtes jeune et beau et vous avez des résultats qui correspondent à ceux d'une personne d'environ 65 ans ! j'ai jamais vu ça moi quelqu'un de votre âge qui manque de testostérone !!!! 

    Barnabé (un peu honteuse) : mais c'est un choix ! Pas une obligation 

    Le docteur : Libre à vous d'avoir la sexualité d'une huître, mais si vous ne vous ressaisissez pas, vous courez droit dans le mur ! 

    Barnabé : Et ? 

    Le docteur (qui décidément était un marrant) : Alors, mon garçon : il faut descendre à la mine pousser les wagonnets quoi !!!! Faut vous faire caresser le gardon, remplir le vestibule, ramoner l'abricot, donner le picotin, briquer le casse-noisettes, mamourer le bibelot, sabrer la sucette, reluire le berlingot, rafraîchir le tison, chatouiller le bijou !!! 

    Barnabé, ça a été beaucoup trop pour lui... Là tout d'un coup, il a été très très très déprimé et épuisé d'avance... 

    Car c'est bien connu, moins on pratique, moins on en a envie ! 

    Il prend son ordonnance et là il constate que le médecin lui a prescrit des "hormones". 

    Barnabé va à la pharmacie, commence son traitement et là...... 

    Ca lui a changé sa vie au Barnabé ! 

    Il a soudain pu constater que son organe pouvait lui servir à des choses super intéressantes !! 

    Le truc c'est qu'il pouvait pas maîtriser son désordre interne.... 

    De priapisme qu'il s'est mis à souffrir le Barnabé ! 

    Il avait tout le temps envie ! Du soir au matin, la nuit, à la boulangerie devant les baguettes de pain, dans le bus en mettant son ticket dans le composteur, en conduisant sur la Francilienne, en mettant de l'essence, chez IKEA, au rayon frais du G20, et même devant sa grand-mère... pppfffff.... 

    Et il y avait des endroits où il valait mieux qu'il ne mette pas trop les pieds : genre la piscine des Halles, la file d'attente du cinéma ou pire le rassemblement des Jeunes Militants UMP.... 

    Alors il s'est mis à sortir. Il était même prêt à partir pour Ibiza (c'est vous dire...). 

    Il est sorti beaucoup, beaucoup, une Reine de la Nuit c'est devenu le Barnabé ! 

    Tous les pires claques de Paris le connaissent... Les videurs lui font la bise. Les patrons de boites à fesses l'appellent par son prénom. Et les choses toutes roses qui parlent pas, eh ben elles lui font plein d'autres choses. 

    Chose toute rose

    Ca l'a tellement épuisé le Barnabé qu'il est parti se reposer à Jerba... Au Club Med'....... (sous une tente... bien dressée la tente...).

    Barnabé au pays des merveilles

  • Sainte-Stéphanie et les p'tits hommes verts...

    Stéphanie c'est ma copine, c'est ma grande copine. Stéphanie c'est une Sainte (Stéphanie tu passeras à la caisse en finissant de lire ce mail...).
    Stéphanie elle dit toujours ce qu'il faut faire de bien et elle dit aussi qu'il faut pas le faire quand c'est pas bien (et là elle lève son doigt de maîtresse d'école en l'air ...).


    Stéphanie, cette chronique est à ta gloire !
     
    Ma copine est (très) chic (comme moi), très stylisée (comme moi) et bien coool (normal c'est ma copine).


    Stéphanie, c'est la fille qui a toujours la parole juste devant l'adversité, qui reste digne jusqu'au bout (même quand elle part travailler et qu'elle se rend compte qu'elle a coincé sa petite culotte blanche dans son fond de robe noir, le tout sous une robe transparente et qu'elle doit se rhabiller sous l'oeil lubrique des voyageurs du bus de la ligne 72...).

     

    Stéphanie c'est la fille qui achète un lave-linge chez Darty juste pour le côté esthétique et passqu'il a un tas de beaux boutons lumineux.
    Et qui s'énerve quand elle arrive pas à faire marcher la bête... Alors elle appelle le dépanneur de chez Darty et là ya 2 beaufs qui se pointent et qui appuient sur un bouton et là le lave-linge il marche.... Alors Stéphanie elle est tellement triste que les dépanneurs lui proposent de l'emmener avec eux (mais Stéphanie elle dit non passqu'elle ne part pas comme ça avec le premier dépanneur de lave-linges, même si c'est une bête en matière de fonctionnement de machines à boutons).

    Vedette Chantal Thomass lave-linge sexy

    Oui c'est bien une machine à laver ! Elle est jolie hein ? C'est Chantal Thomass qui l'a faite pour Vedette...
     
    Donc, Samedi soir, ma copine se rend dans ce haut-lieu de perdition qu'est le Queen (102 avenue des Champs-Elysées à Paris).
    Le Queen, c'est une boite de nuit où se regroupent les garçons un peu "sensibles", plus ou moins virils et plus ou moins "honteuses". Toute cette force vive se trémousse pas très habillée sous des rythmes endiablés (musique de cinglé comme dirait papa...).

    Donc ma Stéphanie s'habille en vamp pour y aller (histoire de lutter contre toutes les créatures présentes dans ce bouge). Jupe noire, bas noirs, escarpins noirs (merci Sonia de lui fournir ce que l'on fait de plus putaille Grecque en terme d'escarpins Dior avé des chaînes et tout).
     
    La Stéphanie s'agite et se trémousse jusqu'au bout de la nuit dans ce haut lieu de nuits parisiennes en compagnie de toutes ses copines : Nicolas l'Arménienne, Alexis cette traînée qui normalement vit à Lyon, Claudia de la Porte d'Auteuil et Pascal le chacal...

    A 6 heures du matin, exténuée par toute cette promiscuité masculine, la Stéphanie décide d'aller rejoindre ses pénates et de vulgairement mettre la viande dans le torchon. Je précise : seule ! Car Stéphanie ne ramènera jamais chez elle un garçon rencontré au Queen dont on ne sait même pas s'il "cotise à la même caisse" qu'elle ...
     
    Stéphanie sort du Queen, au moment où les cafetiers installent leurs tables et où le corps de balais de la Mairie de Paris fait son office.
     
    Petite précision : une Stéphanie sortant du Queen à 6h du matin est un rien défraîchie : oeil cerné, mascara un peu coulant, rouge à lèvre dans les narines. Mais elle marche dignement, enveloppée dans son grand manteau...

    Les yeux de Stéphanie !
     
    Stéphanie décide de traverser les champs-Elysées afin d'aller en quête d'un taxi.
    Pour cela, comme elle est très bien élevée, elle attend que le petit bonhomme soit vert.
    A ce moment, une voiture s'arrête et le conducteur baisse sa vitre.
    Ma copine qui est toujours prête à offrir son aide, s'approche de la voiture.
    Le type lui lance : Tu prends combien ?
    Stéphanie : Pardon ?
    Le type : Ben oui, c'est combien ? Tu montes ?
    Stéphanie (rouge de honte) : CA VA PAS NAAANNNN ????

    Le type se marre et redémarre.
     
    A ce moment précis le drame commence. Un camion de Police arrive toutes sirènes hurlantes et 4 flics en descendent.
    Ils arrivent direct sur ma Stéphanie et l'enfourne dans le panier à salade !


    Celle-ci trépigne et se débat. Meuh qu'est-ce que vous faite lachez-moi !
    Les flics : Ouai on l'a vu ton petit manège, racolage sur la voie publique !!!!!
    Stéphanie : Meuh ça va pas non ? Je suis en train d'attendre que le petit bonhomme passe au vert ! Vous me prenez pour qui ?
    Les flics (accent Toulousain) : Nous aussi on va passer au vert ... Ca se voit bien ce que tu fais non ?
    Stéphanie : Mais ya erreur je sors du Queen !!!!
    Les flics (entre eux) : Ca tombe c'est pas une gonzesse.
    Les flics (toujours entre eux) : Pas grave, on vérifiera au poste !


     
    Les voilà partis, ma Stéphanie coincée entre un soulard et une "chose rose qui ne parlait pas" toute droit sortie du Bois de Boulogne...


     
    Arrivés au poste : vérification d'identité.
    Evidemment, quand on sort au Queen, on prend le strict minimum : clés, argent pour le taxi et cigarettes. Sauf que dans le sac de Stéphanie il y avait aussi les préservatifs que l'on donne au vestiaire du Queen avec la pub pour www.metslemoi.com en vert fluo dessus.

     Sortez couverts !


    Aucun moyen pour Stéphanie de prouver qu'elle s'appelle Stéphanie B. vivant à Boulogne. D'ailleurs ils ont rit les flics quand elle a dit "Boulogne". Ils ont fait (toujours avec l'accent Toulousain) : Ca m'étonne pas ....
     
    Donc, Stéphanie a été gentiment installée dans une cellule, toujours entre la "chose rose qui ne parlait pas" et le soulard.
    Sauf qu'ils ont mis un autre type dans la cellule. Un type bizarre..... très bizarre...
    Du genre de celui qui a agressé ma môman dans une cabine téléphonique.... Elle était en train de téléphoner et elle s'est rendue compte que le type tapait contra la cabine. Ma môman s'est retourné pour lui signifier qu'elle n'en avait plus pour longtemps, et ..... C'était pas avec sa main que le type tapait contre la cabine... Mais avec un certain appendice. Ma mère horrifiée par la monstrusosité (et la stupidité) de la chose avait alors abrégé sa conversation. Et la, le type était entré dans la cabine en agitant l'objet du délit avec sa main. Alors maman lui a tapé dessus avec le combiné du téléphone.
    Il a eu mal le type, très très mal.....

     Allô ????
     
    Donc c'était un type comme ça qui était dans la cellule avec Stéphanie.
    Il arrêtait pas de se coller contre elle en lui demandant si elle aimait les chamallow...
    Stéphanie toute gênée et fatiguée qu'elle était, elle était pas contente... mais alors alors vraiment pas contente du tout....


     
    Et là, la "chose rose qui parlait pas" s'est mise à hurler : Nan mais tu vas la lacher oui ! Avec une voix d'une virilité étonnante. Un peu comme quand mon copain Alexis s'était habillé en femme pour le passage à l'An 2000. Il avait pris le TGV de Lyon dans cette tenue (juste un petit fourreau lamé de rien du tout). Rien ne laissait transparaître que sous ce corps de femme battaient deux belles coucougnettes. Jusqu'à ce qu'un malotru fasse tomber sa valise sur l'escarpin d'Alexis qui s'est mis à beugler : Nan mais putaiiiiin vous pourriez faire attention non !!!! Tout le wagon s'était retourné sur cette belle femme manucurée, coiffée, maquillée qui jurait comme un poissonnier !


     
    La "chose toute rose qui finalement parlait" s'est alors rapprochée de Stéphanie pour faire amie-amie.
    Stéphanie n'ayant aucune envie de parler talons à cette heure-ci s'est alors résolue à faire  ce qu'elle aurait du faire depuis le départ : demander la permission d'appeler son papa.... pour qu'il vienne la chercher au poste...pour racolage sur la voie publique...
     
    Et là, elle a vécu un très très grand moment de solitude....

  • Des Lumières....

    Ma copine Audrey (encore et toujours), avant, quand elle était institutrice pour les p’tits n’enfants, elle leur a donné des devoirs à faire.

    Sujet : « Imaginez que vous vivez au Siècle des Lumières. Comment vous y prenez-vous pour vendre L’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert ».

    Phrase lue dans une copie : « Moi je vais dans une Librairie. Je frappe à la porte et je dis : Chers Messieurs et chère Mesdames, venez donc acheter L’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert. Dedans, vous y trouverez tout ce que l’on peut faire de mieux pendant le Siècle des Lumières. Ainsi que des photos de vos Philosophes préférés !!! Des Philosophes au repos et des Philosophes en action !!! ».

    Impossible de savoir ce que le môme a voulu dire par là....

    NDLR : à cette époque, la photographie était encore du domaine de l’imaginaire….

  • Caro et les oeufs

    J'ai trouvé PIRE que moi en cuisine !!! Voui Voui ça existe !!!!

    La copine de ma copine Caro ! YES je suis vengée de ma nullité !

     

    Caro passe la soirée avec son mec à elle, sa copine et le mec de sa copine.

     

    Schéma classique : les garçons boivent - les filles papotent.

    Soudainement, les garçons ont faim (ils veulent éponger l'alcool) - mais les filles ne savent pas cuisiner de façon très élaborée.

    Donc, tout le monde s'y met : on décide de faire une grosse salade (très simple). On prend donc de la salade verte, du riz, du thon, des ooolives, du maïs et des p'tites tomates.

    Un des garçons suggère : ça serait bien de mettre des oeufs durs dedans non ?

    Pleine de bonne volonté, la copine de ma copine Caro lance : "je m'en occupe !!!".

     

    Ben, on n'a pas compris d'où venait la fumée....

     

    La copine, elle a pris une bête casserole. Elle a mis 3 oeufs dedans et elle a allumé la gazinière.

     

    Le problème, c'est qu'elle a pas mis d'eau dans la casserole.

     

    Elle savait pas........ (on lui avait jamais dit).

     

     

    Avant le désastre, elle aurait pu consulter ce très bon Livre en vente actuellement dans toutes les bonnes librairies

    (même que ce sont mes copinettes-chérinettes-poupinettes "Aude (en bleu) et Leslie (en rose)" qui l'ont écrit !)

    OUI CHEF par Cyril Lignac

     

     

     

     

  • Véronique et le pervers Teuton…

     

     Avec ma petite Véronique, avant qu'elle ne rencontre le pervers teuton...

    Ma copine Véro, c’est une super fille vachement brillante qui a fait un tas d’études super compliquées. Ma copine Véro elle est ingénieur et elle assemble des boulons, enfin tout plein de trucs aux antipodes de ce que moi je sais faire (déjà qu’il m’a fallu 1 an avant de savoir faire moi-même le plein de ma voiture pour la première fois de ma vie… Avant ça, je me suis faite arnaquer par tous les pompistes de la Place de Paris….).

    Donc ma copine Véro, elle est pas tombée de la dernière pluie. C’est une fille intelligente, juste, qui a toujours le bon mot au bon moment et est toute pleine de bon sens. Elle peut parler de plomberie, de branchements électriques et aussi de sacs à main coordonnés aux souliers.

    Seulement, elle aimerait bien rencontrer un gentil garçon, bien fait de sa personne, sain de corps et d’esprit…

    Alors, voilà qu’elle sort un soir et elle rencontre de l’Homme Allemand. Du Teuton, grand, beau, intelligent (Véro, elle a vécu à Pékin, donc elle parle Chinois, et aussi l’Anglais et l’Allemand). Voilà qu’ils se mettent à papoter en langue de l’est et à échanger diverses idées.

    Tout va bien.

    Ils se conviennent d’un autre rendez-vous (parce que chez les Teutons, il faut plusieurs rendez-vous, culturellement chez eux, ça marche par paliers successifs d’après ce qu’elle m’a expliquée).

    Donc, ils se revoient une seconde fois pour prendre un verre.

    Ils se revoient une troisième fois pour aller dîner.

    Ils se revoient une quatrième fois pour s’embrasser.

    Et ils se revoient une cinquième fois pour dîner et s’embrasser.

    Et après ils se revoient encore (très certainement pour se grimper dessus, mais ça, la bienséance ne m’a pas permise d’en savoir plus).

    Bref, ça se passait très bien entre Véro et son Allemand.

    Un soir, à table (ça mange tout le temps un Allemand…), il lui demande entre la saucisse et l’appfle-strüddel ce qu’elle attend d’une relation comme la leur.

    Elle répond sincèrement : "la complicité, l’humour, la confiance etc…"

    Réponse édifiante du teuton : Moi je suis à la recherche d’une relation un peu plus « spéciale »..

    Véro : « Comment ça, spéciale ? »

    Le Teuton : « Oui…. Tu n’as jamais eu envie de dépasser les conventions et d’explorer de nouvelles choses ? ».

    Véro (qui sentait venir l’enfoirage) : « Peux-tu préciser le sens de ta pensée ? ».

    Et là, cet empaffé s’est mis à lui expliquer les tenants et les aboutissants de la relation soumis-dominé.

    En gros, il voulait qu’elle lui donne une bonne fessée !

    Véro était pétrifiée d’horreur. Elle a tout de suite vu son teuton avec une cagoule en latex, à 4 pattes, avec un collier clouté et une laisse (comme ceux qu’on voit à la « Nuit des Punitions Interminables » au Queen).

    Elle a expliqué qu’elle était absolument incapable de fouetter qui que ce soit et elle s’est sauvée en courant…

    Encore, un malade atrophié du bulbe (et avec ça on s'étonne qu'il y a de plus en plus de célibataires à Paris...).