Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

c'est madame musquin

  • Ma Voisine, cette crotte céleste.

    Où c’est qu’on en était les gens ?

    Ah ouais, à quand Madame de Mon Cul sur la Commode a voulu m’électriser avec son ampoule…

    Bon, alors v’là que j’étais chez moi à reprendre mes esprits (traduction : je continuais à mater « Drop Dead Diva », et je m’apprêtais à rempiler sur « Nurse Jackie »).

     

    NURSE-JACKIE-Season-2-2.jpg

     

    Soudainement, ça sonne à la porte.

    J’me dis dans le dedans de moi-même que si c’est encore Madame de Mon Cul sur la Commode je la déboite.

    J’ouvre.

    C’était pire que tout.

    Là, matérialisée devant mes yeux, tel un ectoplasme et en provenance directe du rez-de-chaussée : la Taupe de Portugalie.

    J’ai vérifié que c’était bien elle car elle me semblait toute momifiée et plastifiée, et oui c’était bien elle.


    D’ailleurs, tu sais comment que je la reconnais ?

    Ben c’est simple : été comme hiver, elle porte jupe, avec les jambes nues.

    Enfin… Quand je parle de jambes nues je me comprends hein… Vu le kilomètres de poils visibles à l’œil nu et qui lui tapissent le mollet dans le genre moquette murale, je crois qu’elle risque pas de prendre froid. Et l’été en pleine canicule, je préfère même pas y penser (ou alors elle fait des tresses, je ne vois plus que ça).

     

    JAMBES.jpg

     

     

     

    Le fait est qu’elle ressemblait à une statue du Musée Grévin (traduction : elle avait pas l’air contente du tout), et apparemment c’était à cause du petit sac en plastique qu’elle tenait dans les mains.

     

    Moi (aimable) : C’est pour quoi ? Je fais pas le café.

    Elle : Je crois que c’est à vous !

     

    Là, elle me tend le sac.

     

    Je dis : C’est qu’est-ce que c’est ?

    Elle : Je vous laisse regarder.

     

     

    J’ouvre.

     

    Ami lecteur et velu, sais-tu ce qu’il y avait en offrande ?

     

    Un étron.

    Oui.

     

    Une crotte quoi.

     

    Je hurle : Mais ça va vraiment pas dans votre tête, vous z'êtes vraiment pas terminée !!!

    Elle : C’est à vot’ chien et c’était devant la porte d’entrée du bâtiment.

    Moi : Alors là, c’est impossible. Je la surveille et elle n’a jamais fait ses besoins dans la cour. Je vous rappelle que je suis une femme du monde moi !

     

    Et là, ya une vision d’horreur qui m’est venue à l’esprit.

    Je l’ai imaginée à 4 pattes en train de ramasser la crotte (avec une petite cuillère va savoir… Venant d’elle plus rien ne m’étonne) et de déposer délicatement la chose fumante dans un sac Picard.

     

    J’ai rétorqué (pas aimable du tout) : Vous avez l’habitude de jouer avec le caca vous hein ? Faut croire que ça vous éclate. Vous savez qu’il y a un nom pour vot’ pathologie ?

     

    Elle hurle : Mais il n’y a qu’un seul chien dans la résidence, et c’est le votre ! Donc ça ne peut venir que de là !

    Moi (calme) : Et ben là, vous vous touchez gravement. Passque voyez-vous, je n’identifie pas cet étron. Mon chien ne mange que des croquettes spéciales, d’où popos spéciaux. Et CA c’est pas à elle.

    Elle : Alors à qui ça peut être ?

    Moi : A vous ! On commence à avoir l’habitude ici vous savez… Et je crois que c’est pas trop le moment de me faire chier (si je puis dire) vu que la wasine du dessous vient de présentement essayer d’effectuer un remake de Claude François sur MA gueule !

     

    Sur ce, j’ai claqué ma porte dans son nez (en lui rendant le sac).

     

    Mais cette prostituée me l’a laissé sur le  paillasson…

     

    Et tu sais ce qu’elle m’a fait cette truie le lendemain ?

    Nan mais j’te jure que je vais finir par organiser une expédition punitive pour aller la raser de force hein !

     

    Ben v’là que j’étais dans l’ascenseur de chez moi.

    Et là, v’là que ce diabolique engin de malheur s’arrête.

    Entre le 1er étage et le rez-de-chaussée.

     

     

    Evidemment, les portes elles s’ouvrent pas hein.

    J’appuie sur le bouton d’urgence.

    Il marchait pas (chuis tombée sur l’horloge parlante Italienne).

    NB : penser à insulter les services de l’ascenseur.

     

    noelbd0.jpg

     

     

    Evidemment, j’avais pas mon portable sur moi.

    Donc j’me mets à taper sur les portes en criant : Youhou les gens, chuis coincée, venez m’aider !

     

    Ben je te le donne en mille, qui qu’est sorti de son antre en 3 secondes ? La Taupe !

     

    Vu que c’est un ascenseur tout transparent, elle a bien vu que c’était ma gueule dedans.

    Elle m’a regardée (j’ai cru qu’elle allait me lancer des cacahuètes).

    Et elle est rentrée chez elle.

     

    J’ai braillé gentiment : Dites, ça vous trouerait le fondement d’appeler les réparateurs ?

    Elle (derrière sa porte) : Non. C’est un numéro en 08.

    Moi : Pute ! (oui j’ai vraiment dit ça. J’assume).

     

    Finalement, je m’apprêtais à passer le restant de la journée dans cet  ascenseur quand par miracle ma concierge est arrivée.

    D'où dialogue surréaliste :

    Elle : Ben Sonia, qu'est-ce que tu fais là ?

    Moi : J'attends le bus.


     



     

    Aux dernières nouvelles il est toujours question que la Taupe porte plainte conte moi (ce que j'attends avec joie, bonheur et délectation à l'idée d'aller esspliquer mon cas à la Maréchaussée)

     

     

     

     

     

  • Si vous pouviez faire levier, je pourrai m'introduire...

    Ya des jours comme ça, où à peine que t'es levée, tu te dis que la meilleure chose que t'aurais à faire c'est d'aller te recoucher.

    Moi, les premières choses que je fais le matin c'est :

    1. pipi
    2. me brosser les dents
    3. me mettre du gloss
    4. sortir Maya de Bencouscous

     

    Jusque là, tout va bien.

    Ouais, sauf quand tu te rends compte avec horreur que les clés de chez toi que t'avais dans la main, et ben par un miracle non esspliqué : elles y sont pu.

    Quand tu entends : klong, klong, klong !

    Et quand tu t'aperçois qu'en fait, elles sont SOUS l'ascenseur.

    NDLR : j'habite au 7è étage. Donc, le SOUS l'ascenseur, c'est au rez-de-chaussée, 7 étages plus bas, SOUS la cabine.

    Dans un vieux trou tout noir et bien moche.

     

     

    Donc il est 10h du matin, tu es dehors, avec juste un chien de 13 kilos en ta possession et rien d'autre.

     

    8992__photo2.jpg
    J'avais jamais remarqué que le cochon s'était un peu oublié sur lui...

     

     

    Au départ, j'ai essayé de me prendre pour Mac Gyver. J'a donc regardé autour de moi ce qui pourrait bien m'aider à rattraper mes clés.

    Et autour de moi, c'est-à-dire dans ma cour, ya rien que des bacs à fleurs et des gros pots avec des plantes et des arbres dedans.

    Donc j'ai attrapé un gros tuteur en bois et un autre petit en plastique.

    J'ai coincé le gros baton dans la porte d'ascenseur (c'est là que j'ai fait levier), et ensuite j'ai essayé de m'introduire par le trou (je me rends compte que c'est super sessouel exposé comme ça en fait...).

     

    Au bout de 20 minutes de bataille, la seule chose que j'ai réussi à faire c'est : me faire super mal à la main, me péter un ongle et éloigner encore plus les clés.

    Vers un moche truc tout noir qu'était là...

     

    A ce moment là, ya une dame de mon immeuble qu'est arrivée avec un gros caddie chargé de courses.

    J'y dit super énervée : ouais ben désolée, l'ascenseur y marche pas. Je l'ai bloqué !

     

     

    Elle causait pas Français.

    Donc elle s'est assise à-côté de moi pour genre m'aider.

    Oui, tu te doutes bien que j'étais vautrée par terre pour mieux manoeuvrer...

     

    Ce qui a été encore pire, vu qu'on a essayé de communiquer et qu'on s'est très très mal comprises (même avec les moulinets de bras).

    Et j'ai vécu un immense moment de solitude quand j'ai voulu momentanément lui libérer l'ascenseur, et que j'ai jamais réussi à retirer le bout de bois qui faisait levier...

     

     

    J'ai également alpagué 3 gars qu'étaient en train de visiblement déménager, et ils m'ont offert un cadeau extraordinaire, un objet fabuleux : un cintre en fer !

     

     

    30 minutes plus tard, il fallait bien que je me rende à l'évidence : Mac Gyver c'est que dans les films. Et Mac Gyver c'est un garçon...

     

    J'ai donc tout laissé en plan, et j'ai sonné chez mon docteur préféré.

    Il me dit : rho mais t'as pas rendez-vous toi ?

    J'y réponds : nan, chuis coincée dehors, à cause que je peux pas rentrer chez moi, passque je suis rien qu'une grosse gourdasse.

     

    Bon.

    On appelle les gens du Syndic.

    Qu'étaient visiblement en pause-pipi.

     

     

    Je sors me changer les idées dans la rue, et je pousse mes pas jusqu'à chez ma coupine Barbara.

    Elle me dit : aaaah ben t'es pile à l'heure pour ton rendez-vous toi !

    J'y réponds : nan mais en fait j'peux pas venir me faire atomiser les poils bla-bla-bla... Clés bla-bla-bla...

    Elle me dit : rho mais tu peux faire ta séance quand même hein, ton chien y me dérange pas.

    Moi : je suis pas lavée, je sors du lit en mode pouillasse ! Et pis si tu veux tout savoir, j'ai pas de culotte...

     

    b_8992___cm___clavier___b_1___le_pere____.jpg

     

    NDLR : à quoi bon mettre une culotte quand on sort son chien le matin hein ?

     

    En revenant chez mon docteur, j'ai pu tout de même joindre les enfoirés du Syndic.

    Ils m'ont dit : on vous envoie un dépanneur dans les plus brefs délais.

    Ce qui en Français veut dire : très très longtemps...

     

    Mon docteur il a dit : si tu veux, tu peux attendre dans la salle d'attente (vu que c'est fait pour ça).

    J'ai répondu : nan j'ai le chien, et je suis pas lavée et j'ai pas de culotte.

     

     

     

    Et qui c'est qu'a donc du rester assise sur un p'tit muret dans sa cour, pendant 2 heures comme une pauvresse ?

    19130985_w434_h_q80.jpg

     

     

    Qui c'est qu'a du dire : Bonjour Monsieur et Bonjour Madame à tous les gens qui passaient dans la cour ?

     

    Qui c'est qu'a du mendier 10 euros à un wasin pour aller s'acheter des clopes et un briquet ?

     

    Inutile de te dire que j'avais même pas de gloss...

     

    Et évidemment, sans portable, impossible d'appeler une coupine pour passer le temps.

    19130987_w434_h_q80.jpg

     

     

    Pis j'avais faim dans cette affaire-là, donc j'ai attaqué la baguette achetée avec la monnaie des clopes.

     

    Une gueuse te dis-je...

     

     

    2 heures plus tard ya un truc type qu'est arrivé.

    C'est dans ces moments-là que tu te dis : ouais, ben j'aurais du appeler les pompiers, au moins ils sont visuellement agréables...

     

    preskovic.jpg

     

     

    Passque les gens qui dépannent les ascenseurs ils agressent l'oeil sont pas très sessouels, j'te prie de le croire ! Je sais de quoi je parle, j'en ai fait les frais.

     

     

    Pis pas très très vifs non plus...

     

    Genre tu sais que tu es appelé pour dépanner un ascenseur.

    Tu vois dans la cour : une nouillasse fille assise sur un p'tit muret en train de manger un bout de baguette, un chien vautré sur un pot de fleurs, et ben t'as un peu d'esprit quoi, tu penses bien qu'elle attend pas le train et tu dis un truc dans le genre : c'est vous qu'avez appelé ?

    Ben même pas.

    J'ai donc du m'adresser à la chose d'apparence humaine en face de moi, en braillant : rhaaaaaa c'est vous mon sauveur ?

     

    Pis faire gaffe que le vent il soulève pas trop ma robe...

     

     

    Le type, quand il est arrivé devant l'ascenseur et qu'il a vu mon bout de bois coincé dedans, il avait pas l'air content du tout.

    Il m'a dit : aaaaahhhh, mais vous z'aviez pas précisé ça !

    Moi : ouais, ben je voulais pas abuser du téléphone du docteur hein... Pis si je vous l'avais dit, jamais vous seriez venu !

    Lui : j'vous préviens, si vous avez cassé quelque chose, et ben... Euh... Je vous aurais prévenue !

     

    ph6.jpg

     

     

    J'ai fait mon sourire n°243 (çui qu'est un peu forcé et très hypocrite), pis j'me suis rappelée que j'étais pas trop en position de force, vu que j'étais pas lavée...

     

    i_8992_12.jpg

     

    Le type il est descendu dans le grand trou où c'est qu'y avait pas de lumière. 

     

    Et moi j'arrêtais pas de brailler : mais làààà, làààààà ! Elles sont làààà mes clés !!!! Pis si vous pouviez aussi me récupérer la p'tite geisha qui va avec, ce serait fort urbain... Rhooooo ben ça alors, par quel prodige, par quel miracle, ya aussi l'ancien collier de mon chien que je croyais perdu à jamais !!!

     

    Le monsieur il a fini par tout ouvrir, tout débloquer et me donner mes clés.

    Il a dit : vous savez que les dépannages sont facturés 150 € ?

     

    J'ai rien répondu.

    J'me suis élégamment mise dans un rayon de soleil qui passait par là.

    NDLR : faut bien trouver un moyen quand on porte une robe un peu transparente.

    Il a regardé, et il a rajouté : bon, ben ça ira pour cette fois-ci, mais faites attention la prochaine fois hein !

    J'ai juste répondu : c'est pas ma faute, c'est à cause de vot' trou là dans l'ascenseur ! 

     

    Bizarrement, quand l'ascenseur est monté avec moi dedans, et ben il est resté à regarder en-dessous.

    Certainement pour voir si tout fonctionnait bien, je suppose...