Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jour 1 en Martinique - Raid des Alizés

La veille du départ, mon sac n'était pas encore prêt.

Cela-dit, je crois que pas grand monde n'avait préparé son paquetage...

Ma maison ressemblait à un vaste champs de mine, avec des fringues étalées partout, du sol au plafond.

Le tout sous l’œil amusé d'Isabelle (Frogita) qui avait décidé de me tenir compagnie. Nadia, avait besoin de se vider la tête en faisant du yoga (et de ce fait, sa valise n'était pas prête non plus). 

Sur Face Book, on nous avait ouvert un groupe secret histoire que les 150 participantes fassent connaissance.

Dedans y avait une dame nutritionniste qui donnait des conseils. Moi j'y ai demandé si c'était possible de me nourrir exclusivement de couscous juste avant de partir. Je crois qu'elle m'a détestée directement.

bière.jpg

Pis, on l'a achevée avec cette photo...

 

TV Sport Events, la société organisatrice du Raid avait remis à chaque participante le même sac à roulettes, bleu marine, très pratique, avec le numéro d'équipe noté dessus en très gros, et unique bagage toléré en soute. V'là qu'on avait plus qu'à le remplir...

sac.jpg

 

Le lendemain : départ pour Orly avec Muriel (de Santé Sport Magazine, çui qui a sponsorisé not' voyage) et on retrouve ma Delphine de Oh my Tri.

Dès l'arrivée, on a pu constater que l'organisation était au top (d'ailleurs elle l'a été tout au long du séjour).

Il y avait un petit desk rien que pour nous, avec Corsair qui nous souhaitait la bienvenue et tout. Une gentille Madame a bien voulu me donner un siège devant la sortie de secours afin que je puisse étaler mes grandes pattes.

C'est en montant dans l'avion qu'on a commencé à faire un peu de bruit... A tel point que les Stewards ont dit à Jean-Christophe, assis à-côté de moi, que ça serait bien qu'on se calme un peu (et encore... on était environ que 80, étant donné que les autres participantes étaient déjà sur place aux Antilles, car originaires de la Martinique ou de la Guadeloupe).

JC m'a filé une petite go-pro, à moi (Sonia) afin que j'aille filmer des filles, toujours dans l'optique de faire amie-amie.

Moi, tu me connais, je sais pas manipuler ce genre d'appareil...

Donc v'là que j'étais tranquillement en train filmer les narines de Flora, la Miss France 2014 (mais je savais pas que c'était elle en fait... La fille elle va représenter la France au Concours Miss Univers, et moi j'y filme ses narines et même pas elle dit quoi que ce soit...), quand soudainement j'ai senti qu'une main touchait mes fesses (ça doit être le collant de compression Skins qui fait ça... Ça moule vraiment les chairs... Oui, j'ai voyagé avec car c'est encore mieux qu'un collant de contention pour éviter les jambes lourdes) .

Je me retourne, et là je tombe sur un vieux pervers avec un sourire jusqu'aux oreilles.

Je demande : "Ça va, je ne te dérange pas ? T'es tranquille, tu te sers ?".

Lui, mort de rire. Moi, pas du tout.

Je vais voir Jean-Christophe, furieuse et je lance : "Ya un crétin qui vient de me mettre la main au cul, c'est scandaleux !".

JC part le voir. Demande à la femme du Monsieur si si ça la dérange pas trop que son mari tripote des fesses devant elle. Silence radio.

J'en remets une couche au steward (qui riait) : "Je suis pas hostile au concept, mais j'aime bien donner ma permission ! Sans déconner...  On est présentement dans un avion, et sur 80 paires de fesses, faut que ça tombe sur les miennes ?". 

Le steward il répond : "Le problème c'est que vous ne pouvez pas faire d'esclandre ici... Est-ce que vous souhaitez que la Police attende ce Monsieur à l'arrivée à Fort-de-France ?".

Moi : "Nan... C'est mon jour de bonté...".

Bon, après j'ai fait amie-amie avec les Stewards à cause que je les ai gaulés en train de dire : "Ouais... Tu imagines... 150 filles en bivouac dans la jungle pendant 3 jours... Faut voir ce que ça donne au niveau épilation hein...".

Moi : "Hé !!! Je vous ai entendus !!! Vous voulez l'adresse ?".

Eux : "Ouich :) "  (et un type derrière moi a levé la main en disant qu'il voulait l'adresse aussi...).

 

9h30 de vol surréaliste plus tard, arrivée à l'aéroport Aimé Césaire, chaleur étouffante, doudoune Parisienne roulée dans le sac à dos.

Le rêve commence : des photos du Raid des Alizés sont partout sur les écrans de l'aéroport.

J'entends énormément de sons de tambours à l'extérieur. Je demande aux Douaniers : "C'est quoi ce bruit dehors ?". Ils répondent en souriant : "C'est pour vous... Bienvenue en Martinique !".

Et en sortant : le truc de fou. Toutes les Martiniquaises & Guadeloupéennes en haie d'honneur en train de nous accueillir !

Un orchestre de tambours rien que pour nous... (voir la vidéo du billet précédent). La folie qui commence. Nous dansons. C'est incroyable comme ambiance.

Puis, nous montons dans 3 bus, afin de nous acheminer vers le camps au bout de 2h de trajet.

 

Et enfin : c'est la découverte du bivouac. Le village des Schtroumpfs !

bivouac.jpg

On nous emmène dîner. Avec le décalage horaire, à 22h heure locale, je m'endors sur la table en grignotant un peu de salade comme un lapin.

Sous la tente, je trouve le moyen de faire un Millefeuille complet avec une Nadia dubitative à-côté...

Il y avait 10 douches d'eau froide. Pas la foi de faire la queue. Isabelle a eu plus de courage que nous. Se laver attendra le lendemain matin.

1ère nuit sur un tapis de sol. La chaleur est étouffante, même pas besoin de me glisser dans le sac de couchage. Demain : rendez-vous à 7h30 sur la ligne de départ pour 15km de VTT avec 500 mètres de dénivelé positif, et ce sera canoë l'après-midi.

Géraldine de Run Chic propose une distribution générale de Stilnox. Pas besoin, avec la fatigue je m'endors comme un bébé, les sons de la nature autour de moi...

 

A suivre.

 

Commentaires

  • Jolie plume.. j'attends la suite avec impatience. .Agnès de l'équipe 2, destination martinique CMT

  • Hey ma poupette ! T'es comme moi, tu ne redescends pas hein ?
    Bisous bisous !

  • j'ai hâte de lire la suite, mais je comprends mieux pourquoi tu dois faire plusieurs billets. d'autant que tu dois avoir une foule de choses à raconter !

  • Ouais passque si je fais un seul billet, LA Pascale va me dire que c'est trop long :)

  • EXACTEMENT. Là c'est bien, juste comme il faut putain !

  • Ouais et ça te fera une occasion de moins pour râler.

  • Oui oui, les choses sérieuses arrivent !

  • Ouich, ça vient :)

  • Dormir sous une tente en Novembre sans avoir besoin de sac de couchage... tu vends du rêve là ! :p

    (et je comprends ta décision de pas avoir fait appeler la police mais le fait que le steward se marrait... c'est le genre de truc qui m'aurait fait pêter un cable auprès de la compagnie aérienne)

  • Il faisait parfois 35C°...
    Pour le Steward, il était super sympa, et la situation faisait qu'il n'y avait tout de même pas de quoi crier au loup :)
    Comme dit la mémé de ma meilleure amie : "un cul vu n'est pas perdu !".

  • Bon j'avais fait un comm' et paf, le chien, il a disparu... J'essaie de recommencer...

    Donc, je disais que le truc qui m'a mise dans un sale état avec difficulté à lire la suite calmement tellement j'hyper ventilais... c'est l'histoire de la main au cul.

    JAMAIS mais putain de JAMAIS il faut laisser passer ce genre de truc, surtout devant tant de témoins hilares. C'est INTOLERABLE.

    Moi, j'aurais mis la main au paquet mou du vieux chnoc et j'aurais serré et tordu le bousin jusqu'à ce qu'il arrête de rire... Puis j'aurais invité tout le monde à rire avec moi... et je serais allée dégueuler et me désinfecter la main ensuite. Putain, comment tu m'as énervée là !!!

  • J'ai braillé comme un putois pendant 1 heure, et je me suis arrêtée à cause que le Steward a dit qu'il fallait pas que je fasse de scandale dans l'avion...

  • Ouais ben justement c'est ça le truc. Faut pas gueuler pour se faire entendre.
    Après lui avoir replacé le paquet dans le bon ordre, tu lâches pas l'affaire (façon de causer) : ce que vous avez fait putain de chien galeux c'est réprimé par la loi !!! Putain d'enflure.
    Et le steward méritait le même traitement, sauf que je pense qu'il aurait aimé ça !

  • Ouais, ben j'ai préféré laisser tomber sinon c'est moi qui me serait retrouvée au poste à l'arrivée...

  • Pareil que Pascale. Le coup de la main aux fesses m'a fait bondir. Celui du sourire du pervers post-main aux fesses m'a donné mal au bide. Et le steward qui rigole... n'en jetez plus... arrrrghhhhhhhhhhhh

    À part ca, elles sont très belles vos tentes ;)

  • Des Quechua de Décathlon, toutes importées de Métropole (comme les VTT !).

  • déjà tu es revenue, et visiblement entière !

    ça, c'est fait ;)

  • Ouais... Avec le pouce fracturé, mais chuis là :)

  • Ayé c'est posté !

  • Coucou,

    ça avait l'air top votre truc franchement. heureusement je vais en gwada en juillet prochain pour mon trail dans la forêt vierge !

  • Toi avec ta Transkarukera : t'es un grand malade...
    Quand j'ai lu que tu avais fait du 34min/km, je me suis dit qu'un truc pareil n'était pas possible.
    Ben maintenant que je l'ai fait aussi : je te confirme que oui, c'est vrai, ça peut arriver... Mais : plus jamais je refais un truc pareil !

  • Le village des schtroumph ! mouhahahahaha ! (merde, le pouce !)

  • C'était vraiment ça :)

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel